Test : Pokémon Saphir Alpha

Pokémon Saphir Alpha - 3DS

Genre : Chasseurs de monstres

Date de sortie : Novembre 2014

Genre
Chasseurs de monstres
Date de sortie
Novembre 2014 - France
Développé par
Game Freak
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS
Modes de distribution
Boutique

La vie est pleine de surprises ! Alors que nous étions tous persuadés que les prochains Pokémon reprendraient pour titre les lettres de notre alphabet, Nintendo décide de prendre le bon sens à contre-pied en choisissant un dérivé grec : Alpha et Oméga. Surprenant d’ailleurs si l’on se penche sur le sens de ces deux lettres. Le remake de la troisième génération de Pokémon, hyper attendu par les fans, n’a pas la saveur d’un commencement, et on peut être sûrs que Nintendo ne lâchera pas sa machine à cash de sitôt.

Test effectué à partir d'une version 3DS

 
 
Nous voilà de retour à Hoenn pour revivre ce qui a été pour beaucoup de joueurs un épisode phare et charnière de la série, qui a orienté la licence vers ce que nous connaissons aujourd’hui comme la présence des baies ou les combats en duo. Mais cette fois, c’est un Hoenn tout beau qui nous est présenté avec l’utilisation du moteur graphique du dernier Pokémon X et Y, et ça fait plaisir ! Cette refonte a permis aux développeurs de repenser certains lieux comme la capitale Lavandia ou les arènes, nous épargnant, heureusement, ces passages 3D horripilants du dernier épisode où la camera était incontrôlable rendant le déplacement du héros fastidieux. Il faut noter cependant que la 3D est toujours aussi inutile puisque seulement utilisable durant les combats, et qui en plus baisse le framerate à un niveau inacceptable pour un jeu de cet acabit.
 

La fusion ultime

Si l’on devait résumer ce nouveau Pokémon, il suffirait de dire qu’il adopte tout ce qui était bien dans les générations précédentes. On accueille chaleureusement le retour des baies et des concours de beauté qui avaient disparu avec X et Y, les méga-évolutions sont encore de la partie et permettent au scénario de prendre de la profondeur. Les bases secrètes sont aussi de retour et profitent du StreetPass pour permettre aux joueurs de visiter la base de leurs collègues, un peu comme dans un Animal Crossing. Elles seront également très utiles pour prendre du niveau en End Game. En parlant du End Game, une quête supplémentaire un peu folle est disponible mais pour ne pas spoiler je ne rentrerai pas dans les détails.
 

Déjà-vu

Malgré ce magnifique pot-pourri, il ne faut pas être dupe. Cela reste un Pokémon, et cet énième épisode ne révolutionne pas le genre. Il faut se rendre d’un point A à un point B avec son lot de duellistes à mater, on trouve une ville dans laquelle il faut défier le champion pour récupérer un badge, et on part pour la prochaine ville. Ainsi de suite. Et ce n’est pas le maigre scénario écologique qui vous demande d’affronter la Team Magma ou Aqua, selon votre version, qui rendra le jeu plus palpitant. On accroche ou pas au concept mais si vous n’en êtes pas alors passez votre chemin. Point de révolution ici.
 

Gotta catch'em all

Il faut noter l'ajout d'une fonctionnalité intéressante qui sera surement décriée : le Navi-Dex. Cette dernière vous permet de détecter dans votre entourage des Pokémon rares plus forts que la normale et avec des capacités spéciales. Ils apparaîtront sous forme d'ombre et il vous faudra les approcher discrètement pour pouvoir déclencher l'affrontement. Plus vous combattrez un type de Pokémon, plus vous aurez une chance de tomber sur un rare du même type. C'est aussi grâce à ce Navi-Dex que le slogan "Attrapez les tous" n'aura jamais été aussi concret. Dans une zone il est possible de voir si vous avez attrapé tous les Pokémon chopables dans le coin. De même, si vous voulez un Pokémon en particulier vous pourrez savoir où aller pour le trouver. Compléter son Pokedex n'aura jamais été aussi plaisant, même si j'imagine que les puristes râleront face à ces ajouts.
 

Article rédigé par Wildchoc , le

Son petit nom c'est ROSA et, à part si vous êtes allergiques à Pokémon, c'est un bon parti. Même s'il est plus âgé, il prend soin de lui et s'est même offert une cure de beauté. Aux premiers abords il vous semblera être commun, égal à vos ex mais vous vous rendrez compte en fouillant qu'il a une certaine profondeur. Vous en voudrez toujours plus et vous réaliserez, un peu tard, que plus d'une trentaine d'heures sont passées sans vous en rendre compte. C'est que vraiment, ça devait être sympa.

Points positifs

  • Les graphismes
  • Beaucoup de contenu
  • L’épisode "Delta"
  • La multitude de légendaires

Points négatifs

  • Les Pokémon de ces épisodes étaient peu charismatiques
  • Les ralentissements

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

32 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires