Nvidia présente ses nouvelles technologies

Nvidia présente ses nouvelles technologies

Dans Matériel, par Naxi le 15 juillet 2015

Il y a peu, nous avons été invités par Nvidia pour un premier aperçu de leurs nouvelles technologies. Mark Aeverman, venu des Etats-Unis, était présent pour nous présenter quelques produits forts alléchants en exclusivités : retour sur ces produits next-gen qui font franchement envie.

La première chose présentée était l’objet phare de la conférence : la 980Ti. Ce GPU, qui succède en quelque sorte à la surpuissante Titan X, fait état d’une puissance résolument similaire à sa grande sœur : 2.816 unités de calculs, 96 ROPs et 176 unités de texturing. Un joli bébé disponible au prix de 750€, soit 450€ de moins que la Titan X pour des résultats quasiment identiques. Inutile de le nier : l’occasion est intéressante pour peu que l’on soit passionné. Pour l’avoir vu tourner sur quelques jeux à fort potentiel graphique comme The Witcher III ou Project C.A.R.S., on peut vous garantir que les jeux dépotent graphiquement.

C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim

Mais surtout, la 980Ti se rend compatible avec DirectX 12 : ce dernier fut également présenté par Nvidia lui-même par le biais de jolis graphiques et explications techniques. De nouveaux effets graphiques seront apportés, concernant particulièrement les effets de fumée et de flammes ; les ombres elles aussi seront beaucoup plus fines qu’auparavant grâce à la technologie du Conservative Raster On, qui devrait éviter considérablement les problèmes d’étalonnage de pixels et, plus globalement, d’aliasing.

980Ti
Une jolie bestiole.

La 4K ira également de pair avec les supports cités plus haut : déjà disponible sur plusieurs jeux, cette nouvelle résolution qui contient deux fois plus de pixels que notre Full HD commun affiche un rendu franchement joli, à condition d’avoir un jeu qui, de source, envoie du pâté. Par exemple, sur GTA V, le jeu est effectivement très fin et doux au visuel, mais la 4K n’empêchera évidemment pas la bavure de certaines textures si celles-ci sont, de base, baveuses. Principe de base, me direz-vous, mais il est important de le préciser pour que vous ne soyez pas déçus si vous avez l’occasion de tester cette résolution prochainement.

The Matrix

Nvidia en a également profité pour nous parler de la G-Synch, cette petite technologie qui succède à la V-Synch et qui permet d’améliorer le tearing et le lag. Si l’option est déjà présente depuis peu, il est ici question de l’inclure à des notebooks, ces PCs miniatures essentiellement dédiés au travail. Ici, oubliez Word : les bébés ordinateurs présentés étaient de véritables machines de guerre capables de faire tourner n’importe quel jeu ou presque, comportant parfois même des écrans 4K, et étaient donc dotés de la G-Synch. La chose était désactivable manuellement en un clin d’œil, afin de mieux apprécier l’effet… qui n’est pas facile à constater, avouons-le. Ce qui est sûr, c’est qu’une fois la G-Synch activée, les plus gros jeux tournaient parfaitement sur ces notebooks que l’on avait envie d’emporter avec nous et d’une façon parfaitement fluide. Séduisant.

Notebooks
"Am stram gram, pic et pic et colégram"

Et enfin (surtout !), la réalité virtuelle était à l’honneur avec l’Oculus Rift, dont Mark Aeverman était le seul autorisé à se balader avec un exemplaire en Europe. Autant dire que l’on a eu de la chance de re-tester l’appareil dans un endroit serein et loin de la foule hurlante des salons. Et bon sang, quelle claque. La démo non-jouable nous plaçait simplement dans les yeux d’un soldat, qui avançait automatiquement comme sur un rail, au milieu d’une rue dévastée par une guerre futuriste en slow-motion. Le rendu est impressionnant de clarté et d’immersion. On se surprend à tourner autour d’une balle qui nous frôle l’oreille, et à vouloir tendre la main à notre camarde qui vole au-dessus de nous ou encore à esquiver les débris d’une explosion. Et que dire de la fin de cette démo, où l’on se retrouve aux pieds d’un mecha gigantesque et intimidant qui nous hurle dessus… Des frissons. Des frissons partout. Et puis, c’était également l’occasion pour la compagnie de présenter le Multi Res Shading, qui permet de rehausser la qualité graphique de l’Oculus Rift en ne compressant pas les pixels pour leur donner cette forme courbée, nécessaire à la reproduction de la vision humaine. Propre, on vous dit.

VR

Nvidia semble prêt face à une nouvelle guerre contre AMD. La société nous a présenté des produits convaincants et amorçant clairement des choses remarquables pour un futur proche : si la 4K affine le tout mais est loin de laisser bouche bée, on l'aime beaucoup plus quand elle est couplée avec le GPU phare de la firme et Direct X12. Il ne manque plus que le jeu de rêve qui exploitera toutes ces nouvelles données pour nous décrocher la mâchoire... En attendant, mention spéciale à la dernière version Oculus Rift en date qui, elle, promet des sensations absolument démentielles.

Commentaires