MMO - Le Cimetière des Eléphants

MMO - Le Cimetière des Eléphants

Dans Actu , par Vivian Darkbloom le 10 décembre 2008 à 10h37

Depuis quelques mois la galaxie financière s'ébranle et menace d'exploser en une supernova de tous les diables ; les éditeurs audacieux, ceux là mêmes qui ont hypothéqué la quasi totalité de leur fonds propres sur la lourde et périlleuse infrastructure que réclament les MMO, comme leurs [stupides] collègues banquiers [sic], mettent souvent genoux à terre. Ces jours derniers, les annonces de fermetures de serveurs se sont multipliées et ils ne sont pas rares les éditeurs à tenter une refonte totale de leurs business modèles à toutes fins d'essayer de sauver leurs investissements. Sous le fronton du cimetière de nos loisirs vidéoludiques les noms [souvent prestigieux], les stèles [de fortune] et les fleurs [rares] s'accumulent : l'an dernier c'était NCSoft qui arrêtait brutalement la respiration artificielle de l'agonisant Auto Assault. Dans quelques semaines Tabula Rasa et HellGate London, deux jeux conçus par des maîtres incontestés de la discipline, Richard Garriot et Bill Ropper, seront inhumés... Dans l'intimité qui caractérisa - hélas - leur vie. Funcom, le père du très audacieux Age of Conan sorti il y a seulement quelques mois, a annoncé une vaste campagne de fusion de serveurs ; la raison officielle invoquée est la restructuration d'univers plus cohérents et mieux peuplés ; la raison officieuse, on s'en doute, tient au succès mitigé du titre. Pendant ce temps là, Flying Labs multiplie les effets de marketing dans le but de rentabiliser le très couteux Pirates of the Burning Sea dont la survie n'est toujours pas garantie... Hier, Ataris mettait la main sur Cryptic, spécialiste du jeu massivement multijoueur, et différait une nouvelle fois la sortie de Star Trek Online [désormais hypothétiquement fixée à 2010], un titre dont le développement aura donné le vertige à tous les chroniqueurs de la profession. C'est également hier que Tedd vous entretenait, avec une évidente euphorie [salut Tedd] du revirement opéré par Gravity pour son petit MMORPG en 2D, Ragnarok Online qui passera très bientôt d'un modèle payant à un modèle gratuit. Aujourd'hui c'est Savage 2 qui fait brutalement volte face et annonce la résiliation de ses abonnements : ce jeu atypique, où se mêlent astucieusement action et stratégie sera dorénavant disponible en freeware ! C'est à dire "entièrement gratuit" ! L'avenir paraît donc bien incertain pour de nombreux projets de MMO dont le développement semble vouloir aboutir dans un contexte économique plus que morose. On se souvient de la brusque annulation du titre développé par Cryptic et qui aurait du être édité par Microsoft Marvel Comics Online... On sait également que le développeur de StarGate Worlds est en grande difficulté financière et que, face à l'effet de strangulation de ses nombreux créanciers, la société n'est plus à même d'assurer le paiement de ses employés... Les mois à venir risquent donc d'être particulièrement critiques tout à la fois pour les projets de MMO en cours mais également pour les titres actuellement disponibles et qui peinent à assurer leur viabilité économique, faute à des structures techniques extrêmement coûteuses et à des tarifs souvent prohibitifs que la valeur ajoutée en terme d'expérience de jeu ne justifie pas. Face au marasme actuel, il est sans doute grand temps que les éditeurs repensent les schémas traditionnels sur lesquels ils s'appuient : en dix ans, les mécanismes du jeu massivement multijoueur ont peu évolué ; ils restent encore calqués sur les modèles proposés pour leurs collègues Solo. L'enthousiasme initial s'essouffle. Considérant la recrudescence des titres en cours de développement et le peu d'innovations programmées en termes de gameplay [des titres aux fonctionnements homothétiques entrent naturellement en concurrence mutuelle - théorème de "bon sens"], la situation ne saurait perdurer très longtemps sans entraîner quelques faillites magistrales... Ici, gare au conservatisme et à la pusillanimité ! Une chose est cependant certaine, l'avenir de World of Warcraft, dont la nouvelle extension s'est vendue à 2,8 millions de copies en moins de 24 heures, s'annonce toujours aussi radieux...

Commentaires