Test : Earth 2150

Earth 2150 - PC

Genre : Action/Stratégie

Date de sortie : Juin 2000

Genre
Action/Stratégie
Date de sortie
Juin 2000 - France
Développé par
Topware Interactive
Edité par
SSI
Disponible sur
PC

Après la preview, voici le test ! Que vaut-il ? Sera-t-il mieux que la version preview ? Vous allez avoir la réponse à toutes vos questions...

 
 
Après une version preview décevante, il était normal que je n'ai pas été enthousiasmé au premier abord par cette version finale. Donc, récapitulons : Earth 2150 est un jeu de STR en 3D temps réel, qui est la suite de Earth 2140, un jeu bien sympathique. Le scénario de ce nouvel opus est assez original : vous devrez vous échapper de la Terre et trois camps s'opposent. Jusque là, rien de spécial, mais la suite est assez intéressante : pour vous échapper, vous devrez investir 1 000 000 de crédits ou 500 000 suivant le camp choisi. Pour ce faire, vous devrez remplir 75 missions par camp et ainsi récupérer des richesses de certaines terres pour construire le vaisseau qui vous permettra de s'enfuir. Le problème, c'est que le temps est compté et qu'il vous faudra 182 jours pour accomplir votre mission, donc ne traînez pas entre deux missions ! Aussi, vous possédez une basé principale d'où vous enverrez l'argent et vous pourrez l'améliorer et récolter les quelques ressources présentes à côté de la base.
 

La campagne

Après vous avoir décrit le scénario, parlons du jeu proprement dit. Pour ne pas laisser le joueur se perdre au début, un tutorial assez succinct vous décrit les différentes opérations que vous pourrez effectuer à votre base et comment construire des tanks. Pourquoi une explication dans ce domaine ? C'est bien simple : le joueur peut assembler des tanks en combinant des pièces détachées, comme c'est le cas dans Metal Conflict pour les Com-Bots ou dans Warzone 2100. Les pièces sont peu nombreuses mais efficaces. Vous pouvez également munir certains de vos bâtiments de tourelles. Par contre, le tutorial n'indique pas la procédure à suivre pour construire des tunnels, mais ce n'est pas très compliqué. Mais nous nous éloignons du sujet et revenons-en aux campagnes, qui représentent tout de même un morceau important du jeu. Après le tutorial, vous commencez donc dans votre base. Vous choisissez une des quelques missions disponibles. Les objectifs reviennent assez souvent à localiser le point de ressource, de construire votre base et de détruire l'ennemi. D'ailleurs, les premières missions manquent d'action et sont peu intéressantes. Par la suite, lorsque vous maîtrisez bien l'interface du jeu, vous construisez votre base, vos unités et vous élaborez une stratégie qui vous mènera à la victoire.
 

IA

Un des points clé d'un jeu de stratégie est bien sûr l'IA des alliés et des ennemis. Eh bien c'est bizarre, mais l'IA des alliés est fort développée, le pathfinder (ce qui permet aux unités de repérer leur chemin) est bien élaboré et ils n'hésiteront pas à ouvrir le feu si un ennemi tente de s'attaquer à votre base. D'ailleurs, j'ai laissé le jeu tourner vingt minutes sans rien toucher et mes unités se défendaient très bien. Par contre, l'IA des ennemis laisse à désirer. Certes, elle construit des tours de défense lorsque vous attaquer toujours le même point et va vous empêcher de contrôler le pont, mais l'ordinateur ne construit pas tous les bâtiments, ne les place pas toujours correctement et envoie ses unités au compte-gouttes. Malgré tout, les gros bourrins n'arriveront pas à gagner l'ordinateur car il défend très bien sa base.
En ce qui concerne l'équilibre des clans, on peut regretter que le système de construction d'une des races soit plus avantageux que celui des autres car il ne faut pas de véhicule de construction pour créer un bâtiment et la plupart de leurs unités volent. Dans les deux autres races, c'est mieux équilibré.
 

Escarmouche

Le mode escarmouche est assez intéressant car les cartes sont nombreuses et variées. De plus, certaines comportent des éléments assez originaux comme cette carte où votre base est installée au sommet d'une montagne et qu'un simple passage pour permet d'accéder au niveau du sol. Sinon, la récolte de ressource est absente (l'ordinateur vous donnera des crédits tout seul) et cela permet de rendre le jeu plus intense, mais moins stratégique.

Design

Non seulement Earth 2150 est beau, mais en plus, il est fluide. Les bâtiments sont bien modélisés, les tanks sont assez réalistes et les terrains sont assez arrondis et vastes. Les effets de lumière comme les chars qui allument leurs phares à la tombée de la nuit sont superbes. En plus, il peut se mettre à neiger ou à faire du brouillard et même du vent ! Et, fin du fin, lorsque la neige tombe, les bâtiments deviennent petit à petit couverts de neige, ainsi que les véhicules immobiles. Ensuite, les débris des unités détruites restent sur le terrain pour plus de réalisme. Le seul défaut vient de la répétitivité des décors et la disposition des unités, beaucoup trop géométrique. Sinon, les sons sont plutôt cools et les cinématiques superbes.

Les défauts

Mais Earth 2150 n'est pas sans défaut. Outre l'IA pauvre, le tutorial simpliste et la campagne lente à démarrer, on peut regretter que le concept de l'interface nous demande de faire trop de tâches répétitives. Par exemple, il faut cliquer sur le bouton de droite pour désélectionner les unités et sur le bouton de gauche pour en sélectionner une. Le problème de ces boutons, c'est lorsque vous cliquez sur directement sur une unité avec le bouton de gauche alors que vous aviez déjà sélectionné une unité : cette dernière va venir près de l'autre... A part ces petits défauts, c'est un bon jeu de stratégie.

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Earth 2150 est un bon jeu de STR proposant quelques idées, un scénario permettant une campagne innovante, des graphismes très beaux et de nombreuses unités personnalisables. Il est simplement dommage que le premier contact soit rebutant.

Points positifs

  • Graphismes
  • Innovations
  • Principe de la campagne

Points négatifs

  • Premier contact rebutant
  • IA moyenne

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

31 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires