Test : Reprobates

Reprobates - PC

Genre : Aventure

Date de sortie : 14 septembre 2007

Genre
Aventure
Date de sortie
14 septembre 2007 - France
Développé par
Future Games
Edité par
Micro Application
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Au milieu de studio de développement gargantuesques aux bras très longs, de petites entreprises arrivent à se faire un nom. Future Games fait partie de celles-là. Bien loin des jeux de cour, ce studio de développement tchèque nous sert donc son troisième titre d'aventure, campagne de communication à l'appui.

 
 
Adam Reichl n'est pas chanceux. Tout pressé qu'il est de retrouver sa tendre et charnue moitié, le jeune tchèque enfourche son bolide à quatre roues pour finir sous la structure de métal d'un camion-citerne avoisinant les 30 tonnes. Ne lui avait-on pas dit de ne pas téléphoner au volant ? Son destin n'en est en tout cas pas changé, car son histoire ne s'arrête pas là et c'est certainement ça le plus étrange. Plus étrange que le second mandat de Phillipe de Villiers en 2017. Si si.
 

Yes. Questions

Soigné, frais et dispo, Adam s'éveille dans un minuscule bungalow sous-équipé. A l'extérieur se trouvent d'autres bungalows, d'autres gens paumés et un clocher, tous plantés sur une île minuscule. Le Club Med n'ayant pas pour habitude de ressusciter et d'enlever leurs clients, Adam en conclût bien rapidement qu'il ne comprend rien du tout à ce qui lui arrive, tout comme les autres habitants de l'île aussi éberlués que lui. C'est après cette introduction lapidaire que le jeu débute véritablement. Enfant légitime de son géniteur NI.BI.RU, Reprobates est un point & click des plus classiques. L'intrigue évoluera au fur et à mesure des dialogues et des découvertes d'Adam, aidés par des objets à découvrir ça-et-là dans les différents tableaux. Linéaire, il n'en est pas mois novateur, puisque certaines actions feront diminuer la jauge d'énergie du protagoniste. Traduisant ses capacités physiques brutes, il ne pourra par exemple pas tirer comme un bœuf sur un levier s'il est à sec. Se soulager dans les fourrés, croquer un gâteau sec ou se vider une bouteille d'eau sur le visage et le torse tel David Hasseloff lui fera récupérer ses forces.
 

Jump in my car

En plus d'être un handicapé majeur du volant, Adam Reichl, comme les autres pensionnaires de l'île, fait de vilains cauchemars, se réveille en plein après-midi et s'endort dès que le clocher de l'île retentit pour la troisième fois. A coup sûr, quelque chose de louche se cache derrière tout ceci et chacun y va de son interprétation : est-ce une émission de télé-réalité, un ersatz de purgatoire ou une expérience sadique sur l'être humain par lui même? Plus fous que les autres, nous chez GameHope, on n'hésite pas à vous dévoiler la fin d'un jeu. Eh bien voici : à la fin du jeu, on sait ce qui se cache derrière tant de mystères. Epoustouflant, non?
 
 
Derrière un scénario original se cachent pourtant de nombreux défauts qui nuisent à l'expérience de jeu. Déjà, les actions du personnage principal sont un poil lentes, assez en tout cas pour faire perdre un temps précieux lors d'évènements chronométrés. Celui-ci peut néanmoins courir, mais cela aura tôt fait de vider sa barre d'énergie, indispensable dans ce genre de situation. Si vous êtes pressé, il vous faudra ralentir. Etrange concept. La plupart des objets à découvrir et utiliser pour venir à bout de toutes ces questions sont dissimulés dans le décor, si bien dissimulés qu'ils seront véritablement invisibles à nos yeux. Certes, les phases de recherche sont nombreuses dans les jeux d'aventure mais on est plus proches ici de l'investigation à la loupe qu'autre chose. Le clavier, lui, ne servira qu'à une seule chose : appuyer sur la touche "E" pour dévoiler les issues possibles du tableau où nous nous trouvons. Le déséquilibre est flagrant : des heures de recherche pour trouver un objet au sol, alors qu'une entrée secrète sera identifiable en un instant.
 

Mou

D'aspect, Reprobates impressionne. Les personnages sont particulièrement bien modélisés et les décors sont teintés d'une atmosphère étouffante, rendant certaines scènes au plus haut point efficaces. Le doublage français tient lui aussi ses promesses, tant au niveau de la crédibilité que de la synchronisation des dialogues avec les mouvements labiaux. Future Games s'est d'ailleurs dédouané d'un souci inhérent au genre en implémentant des mini-jeux lors des scènes d'action. Il ne suffit donc pas de pointer l'extincteur sur une voiture incendiée pour en finir avec tout danger, type de situation où le genre point & click souffrait de sa lenteur et de la non-implication du joueur dans le déroulement des évènements.
 
 
Il y a néanmoins un je-ne-sais-quoi de raide dans l'animation des personnages, aussi beaux soient-ils. La lenteur du déplacement dont nous parlions plus haut n'arrange en rien l'impression que dégage le jeu dans son ensemble, celle d'une certaine paralysie et d'inaction fatale dont on ne pourra pas sortir. En fait, c'est ce type de sentiment que le scénario tend à développer pour le bien de l'intrigue et de son dénouement mais quand à tout ceci s'ajoutent des voix d'acteurs, certes crédibles, mais monocordes au possible avec une quasi-absence de thème musical, on se croirait en plein océan Arctique, au milieu des pingouins, des ours polaires et des Inuits. Et encore, je suis sûr qu'on rigolerait de temps en temps, avec les ours polaires.
 

Article rédigé par Razhiel , le

Reprobates est de loin le plus mauvais des jeux de Future Games. Doté d'un scénario intéressant mais pas transcendant pour un sou et d'une réalisation bancale, il est loin de surpasser The Black Mirror, Ni.Bi.Ru, ses deux prédécesseurs et d'autres jeux qui s'annoncent nettement plus séduisants, tels que eXperience 112.

Points positifs

  • Scénario
  • Un rendu visuel agréable et immersif...

Points négatifs

  • ... plombé par une lenteur à toute épreuve
  • Pas passionnant, ennuyeux même

Commentaires