Test : Runaway : A Road Adventure

Runaway : A Road Adventure - PC

Genre : Aventure

Date de sortie : Avril 2003

Genre
Aventure
Date de sortie
Avril 2003 - France
Développé par
Pendulo Studios
Edité par
Focus Home Interactive
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Eh bien, j'en aurai mangé du Runaway... Une tentative d'essai sur une démo que je n'ai jamais réussi à lancer, une preview sur la version espagnole et maintenant, le test sur la version commerciale ! Vivement que cette histoire se termine.

 
 
Brian est un étudiant qui vient d'achever avec réussite ses études à l'Université. En cherchant un bouquin dans une librairie, notre héros renverse une jeune fille nommée Gina, strip-teaseuse, poursuivie par la mafia pour d'obscures raisons que vous devrez tenter de découvrir. Votre objectif est donc de fuire loin d'ici et de protéger Gina.
 

Jeu d'aventure à l'ancienne

Humpf, j'aurais pu vous épargner ce paragraphe... Avec toute la pub que l'on a faite sur Runaway, impossible de ne pas savoir qu'il s'agit d'un jeu d'aventure à l'ancienne, avec du pointez/cliquez. Pour ceux qui ne s'y seraient jamais essayé, c'est très simple. Le décor est en 2D et dessus se trouve votre personnage. Toutes les actions se font à la souris. Vous voulez marcher dans le décor, vous cliquez sur la destination. Vous voulez parler, vous cliquez sur votre interlocuteur, ce qui lancera un QCM, dans la purée lignée des Monkey Island. Vous pouvez ramasser des objets, les stocker dans votre inventaire, les combiner entre eux et les utiliser avec des éléments du décor pour déclencher des mécanismes très hum... originaux. Je ne peux pas vous donner d'exemple pour ne pas vous gâcher l'effet de surprise. Dit comme ça, ça a l'air idiot, mais je vous assure que c'est très marrant.
 

Les énigmes

Côté énigmes, j'avais déjà fait le tour dans ma preview alors je risque de me répéter. Attendez, je vais la relire pour voir... clic... clac... clic... ah c'est bon. Hum, mouais. A vrai dire, je voulais tenter un petit copier/coller pour gagner du temps (j'ai déjà 15 heures de retard pour ce test), mais c'est raté.
Dans l'ensemble, les énigmes sont plutôt simples. Oh, elles ne sont pas si évidentes que ça quand même, mais elles sont bien dosées et vous ne tournerez jamais en rond pendant des heures parce que l'action ne se déroule que sur trois ou quatre écrans à chaque fois, contrairement à The Longest Journey. L'action se déroule par à-coups, c'est-à-dire que vous allez quand même bloquer un peu, je vous rassure. Cependant, comme je le disais dans ma preview, elles restent très classiques et il ne sera pas rare de les avoir rencontrées dans une production concurrente : fourberie sur les personnages, avoir recours à des procédés douteux, etc.
 

La localisation tient-elle ses promesses ?

Ah, passons au paragraphe sensible de ce test par rapport aux previews. La localisation ! Focus nous avait promis monts et merveilles sur ce niveau-là. Les voix françaises de Will Smith, Cameron Diaz, Tom Cruise et Laurence Fishburn contribuent ainsi à la vie de cet univers. Toutefois, après avoir joué à la version espagnole je ne trouve pas ces voix franchement adaptées à toutes les situations. Le ton est bien choisi, mais on déplore un petit temps d'attente entre chaque phrase, très désagréable et cassant le rythme. Un personnage couper la parole à un autre prend environ une seconde, bonjour le réalisme ! Exemple :
"Oui mais..." (1 seconde) "Il n'y a pas de mais"
A noter aussi un petit problème de numérisation et quelques grésillements. En revanche, pas de problème de mauvaise traduction à noter : les jeux de mots sont toujours là heureusement ! Les traducteurs ont aussi calé quelques petits indices pour résoudre des énigmes qui pouvaient être trop compliquées.
 

Trop ancien ?

Hop, on rejoint la trame de ma preview. Comme je le disais, Runaway joue surtout sur la vague de la nostalgie, étant donné que c'est du déjà-vu et que les personnages n'ont rien d'original. Des jeux de ce style, Lucas Arts nous en a pondu des dizaines, sans oublier Les Chevaliers de Baphomet signé Revolution Software. Toutefois, étant donné les dernières évolutions du troisième -et dernier selon des rumeurs- épisode de cette série, qui aurait tendance à sombrer dans le genre aventure/action qui va pourtant si mal à Indiana Jones qui a déjà sombré dans le gouffre, je vous recommande vivement Runaway si vous voulez de l'aventure. Et enfin, que les mauvaises langues se taisent : le graphisme est très réussi, en 1024x768x32 s'il vous plaît !
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un très bon jeu d'aventure, ne créant malheureusement pas une aussi grande surprise qu'à la sortie des Chevaliers de Baphomet, mais qui vous fera passer d'excellents moments de détente !

Points positifs

  • Graphismes
  • Nostalgie
  • Difficulté bien dosée

Points négatifs

  • Pas assez original
  • Court

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires