Test : Final Fantasy XIV Online

Final Fantasy XIV Online - PC

Genre : MMORPG

Date de sortie : 30 septembre 2010

Genre
MMORPG
Date de sortie
30 septembre 2010 - France
Développé par
Square Enix
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PC, PS3
Parfois appelé
Final Fantasy XIV

Final Fantasy XIV Online, de quoi faire vibrer les fans de la franchise ! Une itération récente de la licence signifie graphismes au firmament, musiques signées par les plus grands, système de combat au gameplay soigné. Qu'en est-il de ce second épisode online ? La communauté sera-t-elle au rendez-vous pour concurrencer l'impitoyable World Of Warcraft ? Impressions après plusieurs semaines passées ingame...

 
 
Le problème avec les MMORPG de manière générale, c'est qu'il est quasiment impossible de les juger sur pièce aussi tôt après leur sortie. Final Fantasy XIV Online a tout pour plaire et satisfaire les joueurs les plus exigeants au premier abord : un univers riche, profond et fouillé, un design à faire pâlir d'envie n'importe quel autre soft du même type et les musiques d'Uematsu Nobuo. Seulement, la mise en place de l'aventure en elle-même pose quelques inconvénients, et le joueur passionné aura dû faire face à de nombreux crash avant d'enfin pouvoir se lancer à dos de chocobo dans les plaines d'Eorzéa. Résolument old school par ailleurs, en terme de gameplay et de déroulement, Final Fantasy XIV laisse le joueur nouveau totalement livré à lui-même et devant se débrouiller seul, sans presque aucune aide, afin de trouver ses diverses missions, les différents protagonistes PNJ ainsi que les lieux importants.
 

Eorzéa tes souhaits !

Tout débute au moment où les autorités d'Eorzéa décident d'unifier toutes les races et les populations dans le but de faire face à la menace de l'empire de Garlemald. Et des races à choisir pour son personnage, ce n'est pas cela qui manque : variété semble avoir été le maître-mot des développeurs de Square Enix. Variété des classes également, et des jobs, que l'on obtient simplement en en prenant l'habit. Autrement dit : une pioche fera de vous un mineur, une canne à pêche fera de vous un pêcheur. On ne s'y trompera pas en décrivant l'infinie richesse de l'univers présenté ! Le soft propose par ailleurs certaines missions scénarisées incluses dans la trame principale, au rythme assez lent et niais (scénario de jeu de rôle nippon oblige) mais assez originales. Le fait de pouvoir suivre un scénario dans un MMORPG étant plutôt rare, cela méritait largement d'être noté. Le système de guildes de joueurs (linkshell) est très bien pensé lui aussi et offre comme à son habitude son lot d'entraide, fort heureusement au vu du côté hardcore du soft. Les diverses quêtes (ou mandats) peuvent être obtenues auprès des diverses guildes de classe, ou en fonction des différents métiers exercés par le personnage. Bien sûr moins originales que les quêtes scénarisées, il faudra en général affronter du mob en petite troupe, en solo ou en véritable groupe (la difficulté s'ajustant en fonction) et ce en temps limité. Du classique et du moins classique, donc. Extrêmement prometteur en tout cas.
 

Une ergonomie médiévale-fantastique

Et surtout médiévale... Explications : l'interface et la navigation dans les menus semblent venir d'un autre âge. Outre le temps passé à effectuer des clics dans les divers sous-menus afin d'utiliser un item lors d'un combat, pour ne prendre que cet exemple, une latence presque exagérée viendra compliquer les choses et mettra les nerfs des joueurs à rude épreuve. Cette latence a lieu sur un PC avec une configuration titanesque et perdurera même les options graphiques du soft à leur plus bas niveau. Dommage ! Le système de combo propre à Final Fantasy XI Online est lui toujours au rendez-vous, et ne surprendra pas le joueur averti. Ainsi, on choisit ses attaques en cliquant sur l'icône adéquate en attendant que la jauge de timing se remplisse de nouveau. Pour en revenir à l'ergonomie, elle semble clairement avoir été pensée pour les joueurs PlayStation 3 avant tout, tant et si bien que le joueur PC peut en venir à se demander s'il n'est pas bêta-testeur de cette fameuse version console encore à venir. Tout a été pensé pour être géré à la manette et non au couple clavier-souris. Encore une fois, les problèmes d'ergonomie n'handicapent pas le plaisir de jouer à ce point et une communauté bien présente existe et joue à Final Fantasy XIV Online, passant outre ces quelques problèmes.
 

Un design à s'en décrocher la mâchoire !

Effectivement, Final Fantasy XIV Online est beau, le soft est même carrément magnifique, et l'on se plait à déambuler dans ses superbes décors, finement texturés. On est dans un épisode de cette série magique, et cela se sent. A aucun moment on a le sentiment d'être floué ; tout est fluide, coloré, chatoyant, des décors aux divers protagonistes. Que l'on soit dans les décors extérieurs ou les villes, tout est beau... transcendant. Le moindre buisson émeut. Le plan sonore n'est pas en reste, Uematsu Nobuo a fait des merveilles et a travaillé ses arrangements avec un soin immense, même s'ils ne surprendront pas les fans de la série... Avec un enrobage de cet acabit, on ne peut que souhaiter que Square Enix corrige les imperfections du soft dans les mois qui viennent.
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Varié dans les classes, riche dans son contenu scénaristique, superbe sur les plans graphiques et sonores, Final Fantasy XIV Online ne demande qu'à être essayé. Bien des aspects du soft seront sans nul doute corrigés dans le temps, comme la latence et l'ergonomie. Comme tout MMORPG qui se respecte, le jeu sera perfectible sur la durée. Espérons que cette itération sera un bon cru une fois arrivée à maturité.

Points positifs

  • Les graphismes
  • Les musiques
  • L'univers riche
  • La variété des classes

Points négatifs

  • L'ergonomie perfectible
  • La latence
  • Très gourmand en ressources

Commentaires