Test : Botanicula

Botanicula - PC

Genre : Point'n clic botanique

Date de sortie : 19 avril 2012

Genre
Point'n clic botanique
Date de sortie
19 avril 2012 - France
Développé par
Amanita Design
Edité par
Daedalic Entertainment
Disponible sur
PC

En 2009, Amanita Design s’était déjà fait remarquer avec son point’n clic nommé Machinarium. Le studio tchèque remet ça cette année mais le contexte et différent. Après les robots et leur univers de métal, ce sont la nature et les plantes qui sont à l’honneur dans Botanicula. Autant le dire tout de suite, on est sortis enchantés de ce jeu pas comme les autres.

 
 
Botanicula vous met dans la peau d’un groupe de cinq compères végétaux vivant sur un arbre. Mais le calme ne va pas durer et une armée d’araignées noires va attaquer cet endroit idyllique pour en faire son garde-manger. Les cinq héros devront partir à l’aventure pour bouter l’ennemi arachnéen du royaume. Rien ne vaut une histoire simple pour faire un bon jeu. Les petits gars d’Amanita Design l’ont bien compris. Ils adaptent d’ailleurs l’adage au gameplay du jeu qui est ultra simple.
 

Le jeu préféré de Dominique Voynet…

En effet, les mécanismes bien connus du point’n clic sont repris à la lettre. Vous ferez donc face à plusieurs énigmes dans ce jeu. Vous aurez un objectif général : ramener un certain nombre d’objets pour avancer dans le jeu. Pour y arriver, il faudra résoudre plein de petites énigmes. Elle ne sont pas difficiles mais restent bien trouvées et correspondent à l’univers. Il faudra souvent ramener un objet coincé quelque part à un personnage. Et pour y arriver, il y aura des petites épreuves en tout genre. Il faut, à un moment, récupérer un petit soleil. Pour y arriver, il faudra le faire sortir de la tanière labyrinthique d’un ver de terre un peu monomaniaque. En effet, dés que vous dérobez l’objet, il se réveille et part à la chasse. Il faut donc agir vite et bien pour sortir l’objet avant que le ver de terre ne vous rattrape. Ce n’est qu’un exemple d’une énigme sympathique, sans être révolutionnaire, du jeu. On peut aussi remarquer qu’elles se renouvellent plutôt bien. On apprécie aussi les énigmes où il faut choisir le bon personnage pour y arriver à bout.
 

On est pas bien là, décontractés du gland ?

Mais ce qui fait tout le charme du jeu, c’est son ambiance. Le visuel est splendide. On dirait une sorte de collage. Pas celui de ton cousin de 8 ans, plutôt genre collage artistico-écolo. C’est beau et chaque tableau recèle de petites surprises. C’est un des éléments qui donne envie de continuer. On veut toujours savoir ce que nous réserve le prochain niveau. Et les surprises ne sont pas que visuelles. Outre les éléments nécessaires à la progression de l’intrigue principale, il y a une multitude des petits détails avec lesquels on peut interagir dans chaque niveau. Cela pourra être, par exemple, une mère qui nourrit son petit. C’est absolument gratuit mais cela fait partie du charme indéniable du jeu. On a ainsi l’impression d’assister au spectacle de la vie de cet arbre pas comme les autres. De quoi devenir poétique… Mais aussi de faire un peu d’humour puisque certains habitants ont des animations plutôt comiques. Cliquer sur ces éléments rapporte quand même quelques cartes (une pour chaque créature rencontrée), de quoi caresser votre fibre de collectionneur dans le sens du poil.
 

Ah, là je reconnais le cri de la Galinette Cendrée

L’ambiance ne passe pas que par vos petits yeux époustouflés mais aussi par vos oreilles qui vont prendre un grand plaisir à parcourir ce jeu. Dés le début, la musique du jeu vient titiller nos tympans : elle est tout bonnement excellente. Tout au long du jeu, elle passera d’ailleurs par les différents états que traverse nos amis naturels. Et ce qui est surtout réussi, ce sont les bruitages. Toute la richesse des sons de la nature (et d’ailleurs, on n’a pas encore trouvé d’où) se retrouve dans ce jeu. Quand on vous disait, que cela ferait plaisir à nos oreilles, c’était un euphémisme. Les voix des personnages sont aussi délicieusement drôles : une sorte de baragouinage incompréhensible. Et chaque être à son langage. Au final, le plus gros regret sera la durée de vie. Le jeu se boucle en 4 ou 5 heures. Et la rejouabilité est quasi nulle si ce n’est pour vraiment trouver toutes les cartes. Ce qui n’est pas bien dur en soi.
 

Article rédigé par Neo , le

Botanicula est donc un jeu à l'ambiance fantastique. Les fans d'expériences différentes seront aux anges... et les autres aussi. Les graphismes sont excellents, la musique et les bruitages sont réussis et l'on s'attache très vite aux héros pas comme les autres de ce jeu vidéo. Le gameplay reprend les bases du point'n clic mais réussit à être relativement varié. Le seul petit regret sera la durée de vie de 5 heures sans vraiment de rejouabilité possible. Mais l’expérience vaut vraiment le détour.

Points positifs

  • Une patte graphique somptueuse
  • Une musique et des bruitages splendides
  • Une atmosphère générale réussie
  • Le jeu fourmille de détails

Points négatifs

  • Un gameplay classique (mais assez varié) de point'n clic
  • Une durée de vie un peu courte

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires