Preview : Lara Croft and the Temple of Osiris

Lara Croft and the Temple of Osiris - PC

Genre : Aventure

Date de sortie : 09 décembre 2014

Genre
Aventure
Date de sortie
09 décembre 2014 - France
Développé par
Crystal Dynamics
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Steam

Entre deux bons gros Tomb Raider, Square Enix a prévu de balancer sur le PSN le 9 décembre prochain Lara Croft et le Temple d’Osiris. Suite plus ou moins indirecte de Guardian of Light, sorti il y a déjà quatre ans, il s’agit toujours d’une aventure en 3D isométrique misant tout sur la coopération. La Paris Games Week 2014 était l’occasion idéale de s’y essayer une première fois.

 
 
C’est donc sur le stand Coca-Cola Zero que la démo du nouveau Lara Croft était disponible. Après avoir dégusté une immense canette de 10cl et entendu pour la énième fois « sachez que ce Coca-Cola Zéro ne contient zéro sucre et zéro calorie ! », phrase à laquelle on a souvent envie de répondre par un «bien ton contrat de travail qui t’oblige à propagander à chaque boisson donnée ? », nous avons joué, par deux ou par quatre, à ce fameux Temple d’Osiris.
 

Toujours bien roulée, même vue de haut

Comme facilement devinable, le contexte du jeu prend place dans le cadre de la mythologie égyptienne. Notre but : éradiquer Seth, le dieu du Chaos, en choppant les reliques d’Osiris qui donnent accès à une puissance divine. Bien que l’aventurière soit balèze, elle sera désormais accompagnée de trois autres personnages maximum (contre deux dans Guardian of Light) : un humain, Carter, et deux dieux, Isis et Orus. Une mixité parfaite pour parvenir à bout des nombreux niveaux proposés. À l’instar du Lara Croft de 2010, on retrouve un gameplay fluide et très accessible : le joystick gauche sert à se déplacer, le droit à tirer. Une touche de saut, d’esquive, de bombe à retardement et quelques capacités spéciales à chaque race, et on est bon.
 
 
Quand nous disons « race », c’est bel et bien parce que deux types de joueurs peuvent être incarnés : là où les humains (la belle Lara et le costaud Carter) utiliseront majoritairement des flingues et pourront se servir du grappin, les dieux (la jolie Isis et le balèze Orus) seront munis de pouvoirs divins. Ces fonctionnalités différentes sont complémentaires : un humain pourra se servir de son grappin pour que son coéquipier fasse du rappel ou traverse des vides en faisant le funambule sur la corde, tandis qu’un dieu pourra s’enfermer dans un bouclier sphérique servant de protection comme d’un tabouret d’escalade. Les dieux peuvent également activer certains mécanismes, pour monter des plateformes donnant accès à certains lieux par exemple. À ceci s’ajoutent d’autres rouages de gameplay assez classiques, déjà présents dans le précédent jeu, mais forts efficaces.
 

Quoique, l’autre est pas mal gaulée non plus

Rapidement, le plaisir se fait sentir. Comme expliqué, il n’y a rien d’extraordinairement innovant mais le tout fonctionne très bien : on s’amuse autant à faire des crasses à son pote qu’à s’entraider pour se sortir d’une galère. Les gunfights sont très classiques mais arcades, et il est visiblement possible d’améliorer son personnage via un système d’upgrade comme dans Guardian of Light. Les seuls petits bémols proviennent de la direction artistique, assez terne, nous offrant une colorimétrie sableuse et des environnements un poil trop communs. La qualité graphique est elle propre, mais franchement loin d’être pleinement digne des nouvelles consoles. Bien sûr, il ne faut pas oublier qu’il ne s’agissait là que d’une version non terminée, et l’on espère grandement être amenés à des séquences plus grandiloquentes. Malgré tout, la démo se terminait sur une course poursuite sympathique et le teasing d’un boss plutôt imposant : avouons-le, le jeu se présente bien.
 

Article rédigé par Naxi , le

Lara Croft et le Temple d’Osiris semble s’inscrire dans la pure lignée de Guardian of Light. Des nouveautés au compte-gouttes mais une efficacité et un plaisir plus qu’efficaces sont présents : espérons juste que les décors soient moins ternes que proposés dans la démo. Verdict le 9 décembre !

Commentaires