Test : Quake 4

Quake 4 - PC

Genre : Doom-like

Date de sortie : Octobre 2005

Genre
Doom-like
Date de sortie
Octobre 2005 - France
Développé par
Raven Software
Edité par
Activision
Disponible sur
PC, Xbox 360
Site officiel
Site officiel

Sorti d'on ne sait où, Quake 4 vient de débarquer, toujours plus bourrin et gore que jamais. Faites chauffer les GeForce en SLI et affûtez les gants cloutés, ça va saigner dans les chaumières !

 
 
Cela fait quatre ans que Raven Software, créateur de Heretic, Soldier of Fortune et repreneur de la série des Jedi Knight, développe Quake 4 dans le plus grand silence. Bien sûr, Activision a tenté de faire monter un peu le buzz au salon de l'E3 2005, mais c'est tout. Pour ainsi dire, on savait que ce quatrième épisode sortait en octobre, qu'il serait basé sur le moteur de Doom 3 et qu'il proposerait un mode solo en supplément de son mode multi, avec un scénario dans la continuité de celui de Quake 2. Même s'il tient sur un timbre poste (après avoir tenté d'envahir la Terre et être repoussés par les terriens, les Stroggs se font envahir chez eux), il s'agit là du meilleur scénario de la série, avec des rebondissements et tout et tout. Mais ne vous emballez pas, hein, on reste dans le registre "jeu d'action bourrin et con", pas de quoi s'affoler.
 

Moi vois, moi tue

Pour tout vous avouer, j'ai toujours été sceptique face à ce Quake 4 : jeu développé en secret, un univers pas tellement inventif et des décors rappelant vraiment ceux de Doom 3. En plus, que faire d'une campagne solo, alors que le mode multijoueur de Quake 3 avait été un must en son temps, et qu'il est toujours très joué en LAN et sur le net ?
Et pourtant, ce mode solo est une excellente surprise. Alors bien sûr, ça reste excessivement primaire, on tue des monstres à gogo, on active des interrupteurs, et ainsi de suite jusqu'à la fin des niveaux, mais ça reste diablement jouissif ! La mise en scène, très scriptée et très épique, n'est pas sans rappeler Call of Duty, puisque le début du jeu vous lance dans un affrontement entre Stroggs et humains, avec des coéquipiers qui se font laminer les uns après les autres. C'est joli, ça pète de partout et on rentre très vite dans le jeu. Mais cette première partie est la moins intéressante du jeu et pourtant, elle dure quand même trois heures. Votre personnage est lent, peu armé et les niveaux ne font pas preuve d'une grande originalité. En plus, ce début est constitué de nombreuses séquences à bord de véhicules (contrairement à F.E.A.R. où vous resterez toujours à pied) à la jouabilité complètement ratée.
 

Et puis la lumière fut

Passé cette introduction un peu molle, on commence à réellement entrer dans Quake 4. Les décors deviennent plus recherchés, avec des bases Stroggs de toute beauté, bien plus travaillées et originales que les bases de Doom 3, et les niveaux sont assez immenses. Alors d'accord, il y a des temps de chargements pour passer dans les différentes sections, mais on a vraiment l'impression de s'enfoncer dans une tour immense : on s'y croirait ! Comme vous pouvez le constater, le moteur graphique fait ici des prouesses, d'autant plus qu'il nécessite une configuration légèrement inférieure à celle requise par Doom 3 pour fonctionner convenablement. Les décors sont bourrés de détails, bien animés (avec un mélange de chair et d'acier très réussi), les effets de lumières sont toujours aussi impressionnants, et en plus, la modélisation des armes et des personnages a beaucoup progressé. Pour un peu, on aurait presque envie d'y jouer avec une main dans le slip, comme le dirait Dudy.
Côté sonore, rien à dire non plus : la musique est envoûtante et ponctue très bien les différentes scènes. Si la traduction française est très correcte (à quelques bévues près), les bruitages restent assez anecdotiques et peut-être un peu trop "quakeux" vu l'ambiance plus réaliste que les opus précédents. Mais l'esprit reste parfaitement conservé et Raven a fait du bon boulot : on voulait du Quake et nous voilà servis.
 

Juste ciel, j'ai retrouvé mon scotch !

Toujours avec la volonté de garder l'esprit originel, les mouvements restent les mêmes : contrairement à F.E.A.R, vous ne pourrez pas vous pencher sur le côté, ni briser une vitre d'un coup de poing, par exemple. La seule vraie nouveauté, c'est le rechargement des armes : veillez donc à ne pas vous trouver avec un chargeur vide juste avant de rusher ! D'ailleurs, l'arsenal reste lui aussi conventionnel, même si vous remarquerez quelques légères différences puisque le Plasma Gun et le BFG 9K ont été remplacés par des équivalents. Contrairement à Doom 3, Quake 4 vous permettra de combiner lampe de poche et arme. Attention hein, pas n'importe quelle arme, puisque vous devrez obligatoirement vous balader avec votre mitrailleuse pour ça. M'enfin on ne s'en plaindra pas, puisque toutes les armes du jeu sont plutôt bien balancées, mode multi oblige. Côté monstres, on sent là-aussi l'inspiration ID Software puisque les Stroggs émettent un petit cri foireux avant de vous attaquer. Sans être bien originaux, les différents monstres restent sympas (enfin sympas... je me comprends) et rappellent la belle époque, sans oublier quelques boss de fin, malheureusement faciles à battre car il suffit pratiquement de foncer en fermant les yeux, l'arme ultime à la main.
 

Calme-toi Tomate, ce n'est que Quake...

Mais pourtant, Quake 4 n'est pas non plus le jeu du siècle. Certes, les décors sont jolis, les niveaux bien bourrins et l'ambiance sympa, mais le style reste inévitablement old-school, avec une panoplie de mouvements limitée, un mode multijoueur qui se résume grosso modo à du deathmatch, très semblable à celui de Quake 3 (ce qui est un bien ou un mal, selon les goûts), et des ennemis très cons. Il est certain que si vous n'aimez pas le style bourrin, ou que vous ne comptez pas y jouer en multi, ça fera un peu cher au kilo, puisque la durée de vie ne dépasse pas la dizaine d'heures, bien que ce soit déjà supérieur à F.E.A.R.. Comme je l'ai dit dans mon test du jeu de Monolith, il est difficile de départager les deux titres puisqu'ils visent des publics assez différents : le bourrin se penchera plutôt vers Quake 4 et essaiera de ne pas décrocher avant les trois premières heures de jeu, tandis que les joueurs un peu plus fins ou occasionnels préféreront un F.E.A.R., plus moderne, plus régulier et doté d'un vrai scénario.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un très bon jeu, aussi sympa en solo qu'en multi, à réserver aux fans des précédents Quake un peu blasés par la tournure que prend les doom-like en ce moment. L'esprit a été très bien conservé et le moteur graphique fait de Quake 4 le plus beau jeu du moment, à condition de fermer les yeux sur le début du jeu.

Points positifs

  • Graphismes
  • Ambiance
  • L'esprit de Quake a été conservé
  • Mode multi très jouissif...

Points négatifs

  • ... mais old-school
  • Début bien moyen
  • Peu d'innovations
  • Maniement des véhicules insupportable

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

31 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires

Jeux similaires