Test : Live For Speed

Live For Speed - PC

Genre : Simulation de bagnoles

Date de sortie : Août 2003

Genre
Simulation de bagnoles
Date de sortie
Août 2003 - France
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Live for Speed... Derrière ce nom à la consonnance faussement familière se cache un jeu réalisé par une petite poignée d'amateurs, désireux de montrer que les pros, c'est que des cacas d'abord. Pari réussi ? Bah oui, mais pas entièrement, forcément.

 
 
Certains joueurs doivent connaître ce titre, puisque ça fait un bail qu'une démo est disponible sur le net. Inutile d'aller prendre votre manteau (quoique c'est pas vraiment la peine en ce moment) et de courir chez le dealer du coin, Live for Speed n'est disponible que sur le net, contre seulement 17 €, ce qui en fait un produit très abordable financièrement. Pourtant, n'en déduisez pas que Live For Speed est moins bon qu'un jeu normal, ce qui se fait principalement ressentir, c'est le budget, matérialisé à l'écran par de très faibles graphismes. L'absence de partenariat avec un distributeur pour diffuser tout ça a aussi contribué à réduire les coûts, vu qu'il n'y a pas de frais de transports et les risques sur les invendus sont largement réduits.
 

C'est moche mais c'est puissant

Le studio de développement aurait mieux fait de trouver un bon designeur pour réaliser tout le graphisme du jeu, car on oscille entre le pas mal (certains décors) et le très moche (le design des voitures et parfois du sol). Ce qui est dommage dans l'histoire, c'est que le moteur 3D tient bien la route (c'est super fluide, même sur de petites configs) et aurait facilement encaissé une débauche graphique supplémentaire. Toutefois, il est vrai que réaliser de belles textures et une modélisation fine nécessitent de gros moyens. M'enfin, ce n'est pas non plus le point majeur du soft, mais comme on est des fines bouches et qu'on ne voudrait pas que vous vous enfuyiez sous prétexte que c'est moche, ben heu... restez quoi ! Bon pour motiver, je rajouterai que la vue interne intègre aussi le cockpit et qu'elle est plutôt bien gaulée.
 

Au commencement

Donc quand vous commencez le jeu, vous vous retrouverez devant un menu très sobre, puis vous découvrirez rapidement que peu de circuits sont proposés (histoire de gonfler le nombre, vous pourrez aussi y jouer en mode miroir), peu de voitures, peu de modes de jeu, et quatre environnements. Voilà, c'était pour les chiffres. Ah oui, un mode multi aussi. Et un mode contre-la-montre permettant de sauver ses meilleurs temps dans le site officiel.
Etant donné le parti pris des développeurs de réaliser une véritable simulation, vous n'échapperez pas aux millions de réglages qu'implique une virée sur circuit. Vous devrez donc configurer les suspensions, les freins, la sensibilité du volant et bien sûr choisir le bon type de pneu. Cerise sur le gâteau, quand vous gagnerez une course, vous empocherez des crédits pour acheter de nouvelles voitures.
Du côté des modes de jeu, zappons le solo, qui, sans être anodin, loin de là même, n'est rien face au mode multijoueur, vraiment bien conçu. Bon évidemment, vous ne pourrez faire que des courses classiques, sur un nombre réduit de circuits, mais la simplicité de connexion à un serveur, le nombre de personnes présentes simultanément et l'aspect simulation du produit contribuent à le rendre bien plus attrayant que prévu. Toutefois, si vous avez une connexion de mauvaise qualité, méfiez-vous du lag.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un très bon jeu de course. Si, si, c'est vrai. Le seul gros reproche à faire, c'est évidemment le manque de circuits et la pauvreté des graphismes, mais cela est vite compensé par un prix réduit au maximum. Si vous êtes en manque de jeux de caisse, voilà probablement la meilleure occaz de l'été !

Points positifs

  • L'aspect simulation
  • Le prix
  • Le mode multijoueur

Points négatifs

  • C'est moche
  • Pas assez de circuits

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

31 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires