Preview : Medieval 2 : Total War

Medieval 2 : Total War - PC

Genre : Stratégie temps réel/tour par tour

Date de sortie : 10 novembre 2006

Genre
Stratégie temps réel/tour par tour
Date de sortie
10 novembre 2006 - France
Développé par
The Creative Assembly
Edité par
Sega
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Le 3ème trimestre 2006, après un été franchement molasson, s’annonce très riche en sorties. Creative Assembly fera partie de la course endiablée et à cette occasion il se devait de sortir la cavalerie lourde avec la suite tant attendue de Medieval par les fans : Medieval 2 : Total War.

 
 
Le studio anglais Creative Assembly semble avoir les crocs, on ne l’arrête tout simplement plus. Auteur de la somptueuse série des Total War avec à sa base le titanesque Shogun : Total War. Un jeu à son époque vraiment novateur mêlant habilement la stratégie temps réel et la stratégie au tour par tour, vous mettant au défi d’agrandir votre territoire et de faire de vous un véritable Shogun. A partir de cette date, les titres et les extensions se sont succédés (Medieval : Total War, Rome : Total War) et ont confirmés indéniablement le statut de cette équipe comme place forte du wargames. Aujourd’hui, un nouveau défi les attends et pas des moindres, celui de repousser les limites de son prédécesseur avec Medieval 2 : Total War.
 

Une base inébranlable

L’histoire s’étendra sur une période plus large que son prédécesseur, couvrant un peu plus de quatre siècles de batailles de l’an 1080 à 1530. Le concept restera identique et personne ne sera contre, on jonglera ainsi comme à son habitude entre la partie plateau au tour par tour puis en vue rapprochée temps réel pour les combats. Les factions jouables s’élèveront au nombre de 21 mais quatre seront réservées exclusivement à l’ordinateur. L’Angleterre et la France faisant obligatoirement partie de ses factions jouables, on retrouvera des factions plus éclectiques comme les Aztèques ou l’Egypte avec son armée de mamelouks et de cavaliers lourds, équipés de lances.

Au commande d’une de ces factions votre but ultime sera l’expansion de votre territoire, pour cela il faudra croiser les fers et parfois voir souvent serrer les fesses. Vos envies dévorantes de domination seront assouvies avec pas moins de 45 régions mais surtout avec l’exploration du nouveau monde, le continent nord-américain. Si l’ardeur est là et je vous comprends, il faudra s’étendre de manière très méthodique et prendre en compte les aspects diplomatiques, religieux et développement de vos terres. Briser une alliance sur un coup de tête vous attirera les foudres de vos anciens alliés, prêts à vous découper en apéricube. Remarque l’envoi d’un assassin en s’cret sur son allié fait toujours son effet, pourquoi s’en priver ?

Le développement de vos villes quant à lui s’effectuera entre plusieurs arbres technologiques, à vous de choisir une orientation économique ou militaire avec la construction d’une place fortifiée. Avec cette dernière vous aurez la possibilité de former 3 groupes d’unités en un tour. Une option agréable rendant la protection et surtout la préparation d’une prochaine invasion chez nos allies moins fastidieuse. Oui désolé chez moi, j’ai un malin plaisir à rompre des alliances par des batailles sanglantes en m’en pressant de cocher l’option «égorger les tous» à la fin du victoire. Une sorte d’ exutoire de mon sadisme viscéral que voulez-vous. Pire que mes petits travers, la religion dans cet opus prendra une toute autre dimension, le Pape sera une vraie tègne prêt à envoyer ses inquisiteurs au moindre son de cloche pas très catholique.
 

La religion au centre du monde

Medieval 2 : Total War nous proposera 5 religions : le catholicisme, l’orthodoxie, l’islam, le paganisme et l’hérésie. Je vous ne conseille pas la dernière, les inquisiteurs venant remettre de l’ordre dans votre armée, se délecteront avec cynisme en tuant quelques généraux de votre armée. Le Pape dans cet opus occupe une place prépondérante, il vous gratifiera ou pénalisera selon vos actions et les missions réussies sous son commandement. Encore faut-il espérer des missions moins suicidaires que dans le premier volet. Heureusement on pourra faire copain copain avec le Duché en envoyant des prêtres prêcher la bonne parole. Eux-mêmes s’ils ne sombrent pas du coté obscur en devenant hérétiques, pourront devenir cardinaux et à la mort du Pape avoir une chance de devenir Dieu euh Pape à leurs tours. A cela s’ajoute les fameuses croisades, vous savez des missions à prétexte religieux pour égorger tout le monde et surtout s’en mettre plein les fouilles. Ca vous plait ? Tant mieux car vous en aurez pour votre grade de tortionnaire et cette fois-ci toutes les factions catholiques pourront se joindre à cette épopée.
 

Et dis moi, c’est vraiment différent ?

Chez Creative Assembly, on ne semble pas mettre un chiffre 2 juste pour le fun. Visuellement, on en prend plein les mirettes et les champs de bataille deviennent encore plus réalistes. Ca fourmille de détails saisissants : la flore est plus diversifiée et mieux réalisée, des gerbes de sang s’élèvent dans le ciel lors de combats frénétiques sans oublier le soulèvement de la poussière lors des déplacements des troupes très bien modélisées. Le nouveau moteur 3D à de la ressource sans aucun doute et permettra des batailles de grande envergure avec, selon les développeurs, plus de 10 000 unités visibles à l’écran se fouttant sur la tronche. Le véritable lifting graphique est sans conteste celui opéré sur les unités. Elles possèdent dans cet opus, de véritables animations soignées avec une gestion des ombres précises à faire rougir un John Carmack. Pour souligner l’effort des développeurs, on notera que les unités composant une troupe seront bien distinctes physiquement entre elles renforçant ainsi le cote immersif et réaliste des batailles. Concernant la vue de plateau, pas de changements notables à signaler, elle devrait être proche graphiquement d’un Rome Total War.

Mettons le moteur graphique de côté pour nous attarder en profondeur sur la dernière nouveauté qui croque sous la dent. Un des premières volontés de Creative Assembly a été de donner plus d’importance aux missions. Ainsi, outre le fait que le Pape vous enverra sur des missions délicates il ne sera pas le seul commanditaire à vous attribuer des tâches. Le conseil des nobles composées d’hommes les plus importants de votre faction, vous demandera d’accomplir des taches pour la défense de votre royaume. De plus, le nouveau bâtiment de guilde à construire nous donnera son lot de mission avec de meilleures unités et des bonus non négligeables pour votre faction. Cette nouveauté apportera à n’en pas douter de nouvelles perspectives diplomatiques entre l’éternel dilemme de satisfaire vos nobles ou d’écouter votre raison. On reviendra plus longuement sur l’intérêt réel de ces missions dans le prochain test prévu pour novembre 2006.
 

Article rédigé par Dtox , le

Comme vous l’aurez sûrement compris tout au long de cette preview, Medieval 2 : Total War est en marche et on ne voit vraiment rien à l’horizon qui pourrait l’empêcher de devenir à nouveau la référence suprême dans ce genre de wargames. Confirmation au mois de novembre, la terre en tremble déjà…

Commentaires