Test : Darkstar One

Darkstar One - PC

Genre : Aventure/Shoot spatial

Date de sortie : 05 juillet 2006

Genre
Aventure/Shoot spatial
Date de sortie
05 juillet 2006 - France
Développé par
Ascaron
Edité par
KOCH Media
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

En cette période de canicule, je rêve de partir à l’aventure dans le froid intersidéral de notre galaxie, et des autres voisines. En attendant les quelques milliers d’années qui nous séparent de cette technologie, je peux toujours me consoler en jouant à Dark Star One emmailloté de glaçons. Les mêmes que ceux qui flottent actuellement dans mon verre de Ricard – à consommer avec modération – tel le pilote rebelle et refoulé que je suis, un peu ivrogne sur les bords, sur fond de rock’n’roll…

 
 
Dans Dark Star One vous êtes un jeune pilote plein d’ambition et d’innocence qui vient de terminer son entraînement. Un ado encore à la dérive qui, suite à la mort de son père, cherche cruellement sa place dans cette société installée de planète en planète, sur une étendue qui dépasse votre imagination. Que faire ? Travailler pour l’empire, être rangé comme un gentil fonctionnaire au service de la mondialisation aux esprits pré formatés ? Peut-être préférez vous mener une vie risquée de pirate devant jongler de système anarchique en système anarchique pour échapper aux chasseurs de prime et aux forces de l’ordre. Quelque soit la destinée que vous adopterez, une chose est sûre : il est temps pour vous de prendre en main ce que vous a légué votre père : le vaisseau Dark Star One. Ce vaisseau bâti à partir de reliques mystérieuses ne ressemble à aucun autre. Il a la formidable possibilité d’évoluer à tous les niveaux, et pas seulement par son équipement. Vous voilà fin prêt à élucider la mystérieuse disparition de votre paternel.
 

Indiana Jones de l’espace

Bien évidemment, si l’évolution de votre vaisseau pouvait se faire au doigt et à l’œil ce serait bien trop facile. Non, il va falloir récolter un peu partout dans l’univers des exemplaires de ces fameuses reliques. Ensuite vous pourrez les utiliser pour améliorer différents points de votre vaisseau, suivant un arbre des technologies. A côté de cela, il y a les améliorations plus classiques qui consistent simplement à acheter des équipements standard comme un nouveau moteur ou tout pleins de gadgets, disponibles dans tous les spatioports riches et branchés. Là vous vous dîtes, saperlipopette, j’ai pas un rond ! Et bien rassurez-vous, pleins de petits jobs d’été pourront être accomplis en dehors des missions du scénario principal. De l’escorte à la chasse aux méchants, en passant par l’espionnage ou la récupération de cargaison. Si cela ne vous satisfait pas, vous pourrez aussi librement boursicoter en achetant diverses marchandises pour les revendre ça et là où le marché est plus fort. De même que la contrebande et le vol de cargaison vous sont ouverts à tout moment. Les choix seront vastes et c’est justement ces choix qui fonderont votre réputation et pencheront la balance en faveur d’une vie de justicier ou de malfrat de l’espace. Evidemment la piraterie semble attrayante par son argent facile et sa rebelzattitoude, mais ne vous étonnez pas après si on vous refuse l’entrée pour draguer dans les endroits chics.
 

Coordonnées 23, 65, 13

La navigation et le pilotage dans le jeu se fait de manière assez classique. Vous passerez d’un lieu à l’autre à l’aide de sauts hyperspatiaux. La maniabilité du vaisseau est très bonne surtout si vous possédez un joystick à 3 axes avec manette des gaz. Vous aurez également un panel d’options comme l’orientation de l’énergie vers telle arme ou tel bouclier sans que cela devienne pompeux comme dans un X3 : Réunion. On est plutôt dans le style de l’excellent X-wing Alliance, en un peu moins complet peut-être. Un petit regret personnel en revanche : le système de visée avec correction automatique de la trajectoire. En clair pour abattre une cible mouvante, vous n’avez qu’à aligner très grossièrement le réticule dessus, peu importe sa vitesse, la tourelle ajustera automatiquement pour anticiper à votre place. La technologie c’est bien, mais ça enlève du piment au jeu. Heureusement l’IA n’est pas trop mauvaise et vous obligera à jouer de vos gadgets et de votre vitesse.
Enfin dernier défaut, les missions qui paraissent d’un premier abord très nombreuses s’avèrent à l’usage très répétitives, ce qui pourrait bien entamer la qualité du jeu aux yeux de nombreux joueurs qui se lasseront bien vite. Côté trame principale, c’est pas mal mais assez classique, et on est loin des rebondissements et des batailles épiques connues dans X-wing alliance.

Graphiquement le jeu est plus que sympathique, mais vous demandera une grosse config pour voir les effets dans leur qualité maximale. Cependant, avec une config plus classique, c’est déjà très détaillé, bien que les différents lieux se ressemblent finalement pas mal….mais en même temps c’est ça l’espace.
 

Article rédigé par DjiZ , le

Dark Star One est un jeu très prenant, entre la simulation simplifiée et l’arcade d’un shoot spatial, qui se rapproche d’X-wing alliance, sans en atteindre la magnificence, et qui reprend des recettes de Freelancer. Vendu seulement 40 euros, il sera un choix évident pour tout les fans du genre. Tout ce qui lui manque c’est un peu plus de renouveau et un mode multijoueur.

Points positifs

  • Le choix de sa "vie" spatiale
  • Graphismes
  • Maniabilité

Points négatifs

  • Répétitivité
  • Pas de multijoueur

Commentaires