Test : Half-Life

Half-Life - PS2

Genre : Doom-like

Date de sortie : Mars 2002

Genre
Doom-like
Date de sortie
Mars 2002 - France
Développé par
Gearbox Software
Edité par
Sierra Entertainment
Disponible sur
PC, PS2
Site officiel
Site officiel

"Bonjour Monsieur Freeman, content de vous voir". Tous ceux qui ont joué, et adoré, Half-Life se rappelleront à jamais de cette phrase culte prononcée par un scientifique au tout début du jeu. Cependant, les possesseurs de PS2 n'avait pas pu profiter de cette perle, ce qui est chose faite avec cette adaptation fidèle à la version PC.

 
 
Me voilà confronté à un embarrassant dilemme : dois-je vous expliquer tous les mécanismes de Half-Life, ou juste vous décrire les quelques changements présents dans cette nouvelle version ? Allez, je suis en forme aujourd'hui, donc je vais opter pour la première solution, puis je vais enchaîner sur la seconde. Accrochez-vous, vous voilà parti pour quelques minutes de lecture intense ! Yeehaw !
 

Gordon Freeman, "l'homme libre"

Half-Life est un doom-like dans lequel vous incarnez Gordon Freeman, un scientifique qui assistera à l'échec d'une expérience dans le laboratoire ultra-secret de Black Mesa. Cette catastrophe conduira à la mort de la quasi-totalité des scientifiques présents dans le labo lors de l'expérience, mais le plus grave, c'est que des extraterrestres en ont profité pour envahir la terre ! Vous devrez donc les contrer, tout en cherchant à éviter l'armée qui tentera de vous abattre, ce qui corsera un peu plus l'affaire. Désolé, mais je ne peux pas vous en raconter davantage, pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, je peux juste vous dire que la fin est excellente, c'est tout.
 

Pourquoi est-ce un jeu culte ?

Lors de sa sortie sur PC, Half-Life avait créé la surprise pour deux bonnes raisons. La première, c'est l'ambiance incroyable qui se dégage du jeu, à mi-chemin entre horreur et science-fiction. La campagne solo est bourrée de scripts, qui vous feront sursauter ou qui vous mettront dans des situations embarrassantes : un plafond s'écroule et une bestiole vous tombe dessus, vous tombez dans une embuscade et vous êtes la cible d'une poignée de marines, on vous vole vos armes, etc. Vous allez en vivre, des expériences, avec Half-Life !
La seconde raison, ce sont les nombreuses idées et l'incroyable soucis du détail présent dans le jeu. Vous pouvez donner des ordres aux scientifiques et aux gardes, pratiquement tous les objets sont utilisables : du distributeur de canettes au sèche-main. Cependant, on peut regretter l'impossibilité de conduire des véhicules, mais à l'époque (Half-Life est sorti en novembre 98 sur PC, quand même !), c'était déjà pas mal.
 

Et sur Play 2 ?

Bien sûr, les développeurs ont pris soin d'améliorer grandement le jeu, car il faut faire face à la concurrence : No One Lives Forever, James Bond et Quake 3, entre autres, tous les trois étant sortis bien après Half-Life et proposant eux-aussi leur petit lot de nouveautés. Dès qu'on lance le jeu en question, on a davantage l'impression d'être devant une console que face à la version PC, car le menu, même s'il reste relativement similaire à l'original, est bien plus léger, car il y a moins d'options, les bruitages ont été refaits, et surtout, une musique de fond se fait entendre, et elle est inédite !
Dans le jeu, l'élément qu'on pouvait craindre le plus, c'était le graphisme. Sur ce point, il y a du bon, et du moins bon. Les textures n'ont pas été retravaillées, et ne sont pas d'une finesse extraordinaire, ce qui rend les décors assez moyens. En revanche, les contrastes sont davantages prononcés que sur la version PC, qui semblait assez pâle. De plus, les personnages ont été remodélisés et sont bien plus beaux que ceux que l'on peut voir dans la version PC, même dans Blue Shift, qui proposait des persos déjà d'une qualité tout à fait honorable. La blouse n'est plus soudée au scientifique, la cravate bouge, et certains nouveaux modèles ont fait leur apparition. Autre modification notable : les armes ont été retravaillées et sont plus réalistes, surtout en ce qui concerne le pied de biche, qui ressemble enfin à quelque chose. Enfin, les bornes de santé ont été redessinées et sont enfin réalistes. Sur PC, ce n'était qu'un vulgaire cube et, pour tout avouer, je me suis toujours demandé comment Gordon pouvait-il gagner des points de vie avec ce truc. Désormais, une petite seringue est visible, et la réserve de médikit est visible dans un petit récipient, dont le contenu diminue au fur et à mesure que vous vous soignez.

Oui, mais ce n'est pas tout...

Evidemment, j'ai réservé le meilleur pour la fin : la jouabilité. Ok, j'avoue : j'avais complètement oublié ce point, et je n'en parle que maintenant, car j'y repense tout à coup. Comme vous l'imaginiez : la jouabilité est en deçà du duo imbattable clavier/souris. Si vous jouez avec un pad, vous aurez un peu de difficulté au début.
Je vais vous expliquer brièvement le fonctionnement du pad dans Half-Life. Le petit joystick de gauche sert à faire bouger notre héros : avancer, reculer, esquive gauche et droite. Le petit joystick de droite permet de regarder en haut, en bas, à droite et à gauche. Les boutons servent à utiliser des objets ou donner des ordres à des scientifiques, tirer, sauter, s'accroupir, etc. Pour son passage sur console, Half-Life sur PS2 a été doté de quelques nouvelles fonctionnalités. Ainsi, on peut automatiser les phases de sauts/accroupissements. Un bouton permet de prendre un ennemi pour cible et vous ne devez alors plus vous occuper de bien viser, il suffit de sauter, d'esquiver et de tirer ! Le jeu y perd en finesse, mais le principal, c'est qu'on s'amuse ! Après quelques heures de jeu, on a l'impression de bien maîtriser le tout, mais cela reste assez fréquent qu'on tire bêtement sur une caisse au lieu de sauter dessus, tout simplement parce qu'on s'est trompé de bouton.

Un autre mode fait son apparition

Certains auraient presque failli imaginer que Opposing Force et Blue Shift seraient inclus avec la version PS2 de Half-Life. Et non, il n'y a que la campagne de base de la version PC, c'est exactement la même.
Cependant, on peut noter l'apparition d'un nouveau mode (d'où le nom de l'intertitre) : le mode Decay, qui propose 10 niveaux supplémentaires. Si vous y jouez en solo, vous incarnerez tour à tour deux scientifiques qui devront faire face aux évènements qui ont eu lieu dans Black Mesa. La particularité de ce mode réside dans le fait que si une des deux scientifiques meurt, vous perdrez la partie ! Il faudra donc être très coopératif, se couvrir, etc. Si vous y jouez à deux, chacun des joueurs incarnera une scientifique, ce qui donnera encore plus de piment au jeu !

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un excellent doom-like, qui rehausse le niveau de la version PC, qui commençait à se faire vieille. Deux seuls regrets : la jouabilité n'est pas aussi bonne que sur PC, et Gordon Freeman est toujours muet...

Points positifs

  • C'est Half-Life
  • Le mode Decay
  • Nouveaux graphismes

Points négatifs

  • On aurait aimé plus de nouveaux niveaux, voire l'ajout des campagnes Opposing Force et Blue Shift
  • Gordon Freeman est muet
  • La jouabilité n'est pas au top

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires