Test : Kingdom Hearts

Kingdom Hearts - PS2

Genre : Action-RPG

Date de sortie : Novembre 2002

Genre
Action-RPG
Date de sortie
Novembre 2002 - France
Développé par
Squaresoft
Edité par
Sony Computer Entertainment Europe
Disponible sur
PS2
Site officiel
Site officiel

C'est à partir de l'alliance entre deux mondes extraordinaires qu'est né Kingdom Hearts. Disney, véritable maître dans le domaine de l'animation, et Squaresoft, éditeur de renom, s'associent donc pour marquer une nouvelle fois l'univers vidéoludique de leur empreinte. C'est ainsi que trois personnages vont vivre une aventure orchestrée par l'inéluctable combat contre le mal, et séduire par la même occasion bon nombre de joueurs.

 
 
Vous vous retrouvez dans la peau de Sora, jeune garçon courageux et insouciant qui vit paisiblement sur l'île de la Destinée, en companie de ses deux meilleurs amis : Riku, qui paraît déjà très mûr pour ses 15 ans, manifeste l'envie de quitter l'île. Sa témérité et son assurance en font a la fois l'ami et le rival de Sora ; il est très respecté, car il n'a jusqu'alors jamais connu la défaite en duel. Puis la fragile Kairi, qui n'a aucun souvenir de son passé. Désormais agée de 14 ans, c'est une adolescente à la fois gaie et déterminée, parfaitement à l'aise sur sa terre d'acceuil. C'est ainsi que les 3 comparses vont décider de quitter l'île du Destin pour tenter de découvrir leurs origines. Mais leur projet est stoppé net par l'intervention des "Sans-coeur", avant même d'avoir débuté... Ces "Sans-coeur" sont en fait le Mal incarné et le fruit d'expériences maléfiques (par la sorcière éponyme, soit dit en passant). Ils ont pour seul but de tuer et détruire, sans le moindre scrupule. Bref, Sora est transporté dans un nouvel univers qu'il ne connait pas, et il va vite faire la connaissance de Dingo et Donald : quel trio ! Eh oui, ces trois personnages décident de s'allier afin de retrouver le roi Mickey et les amis de Sora ; c'est à partir de là que commence véritablement votre longue épopée au sein de Kingdom Hearts.
 

Moults péripéties

Passons maintenant aux différents évènements qui vont se dérouler au cours du jeu ; comme vous le savez, vous allez être amené à visiter des mondes propres à Disney. On retiendra notamment Agrabah, pays d'Aladdin (avec qui vous pourrez d'ailleurs jouer), la Jungle Profonde de Tarzan, le Colisée d'Hercule, le Château de La belle au bois dormant, le monde d'Alice au pays des merveilles... pour ne citer qu'eux. Ce seront donc quelques unes des multiples destinations qui vous seront offertes ; premier point positif, ces mondes sont d'une fidélité remarquable vis-à-vis des oeuvres originales. On se sent véritablement plongé dans l'univers Disney. Biensûr, pour se déplacer de monde en monde, vous disposerez d'un vaisseau customisable à volonté via les blocs gummi. Facteur qui s'avère intéressant mais un peu lassant à la longue, surtout son l'intérêt reste finalement limité. Sans parler du résultat qui donne lieu la plupart du temps à un assemblage de pièces Lego tout à fait ridicules... avis aux plus créatifs donc. Pour reprendre l'idée des différents mondes à visiter, vous rencontrerez à chaque fois le personnage principal qui lui est propre. Ainsi, en plus de vos éternels compagnons Dingo et Donald, vous ferez connaissance avec Peter Pan, la sirène Ariel, ou encore l'impulsif Jack Skellington. A noter qui ceux-ci sont toujours légèrement plus puissants que vous et qu'il est donc conseillé de les intégrer à votre équipe, outre le simple fait d'avoir l'honneur de combattre avec eux. Et en plus de toutes ces légendes du dessin animé, vous rencontrerez encore d'autres personnalités à notoriété non dissimulée ; ceux-ci sont d'ailleurs, la plupart du temps, tirés de l'univers de Final Fantasy (d'où la présence de Square tout de même) : on citera le mystérieux Cloud Strife (FFVII), le laconique Squall Leonhart (FFVIII), ou encore l'ambitieux Tidus (FFX). Ceux-là ont des rôles qui varient beaucoup : certains vous aideront dans votre périple (Squall, Youfie), d'autres vous provoquent en duel (Cloud, Tidus) ; cepedant ils restent tous du bon côté, et ne seront nullement influencés par le mal. Pour continuer avec les personnages, viennent biensûr les grands méchants de Disney : la sorcière Maléfique, le dieu Hadès et son chien Cerbères, le vizir Jafar, le Capitaine Crochet... feront tout pour barrer votre chemin. Ceux-ci sont une nouvelle fois superbement modélisés et l'on retrouve avec le sourire leurs mimiques respectives (comme la voix mielleuse et manipulatrice de Jafar). Une histoire qui repose en fait sur un scénario assez simple, mais si bien ficelé qu'il vous tiendra en haleine du début à la fin.
 

Les côtés plus techniques

Je le rappelle, Kingdom Hearts est ce que l'on appelle un "A-RPG" (ou Action-RPG : plus simplement, un RPG temps-réel) qui fait forcément penser à Zelda au niveau des combats. D'ailleurs, ceux-ci s'avèrent vraiment agréables et je dirais même qu'on ne s'en lasse jamais, tant le système de contrôle est à la fois infiniment simple et particulièrement efficace. Simple car il ne nécessite généralement que 2 ou trois boutons, indispensables aux actions de Sora (attaquer, sauter ; et plus ponctuellemnt, un coup spécial) et à son déplacement qui diffère selon les univers. Ces derniers vous permettront d'ailleurs de faire connaissances avec de nombreux monstres plus ou moins puissants, et aux caractéristiques bien distinctes, ce qui vous obligera a modifier votre comportement et stratégie d'attaque en fonction de l'ennemi qui est face de vous. Une des stratégies les plus simples (et les plus lâches) restant bien évidemment la fuite ; mais elle s'impose parfois, vous verrez ! Et puis, il faut bien admettre que cela peut éviter au joueur de tomber dans l'ennui, ou dans l'énervement face à des situations "bourrin" et répétitives. Autre facteur qui joue en faveur de l'intérêt des combats, le système d'expérience : en vous entraînant dur, vous pourrez monter en niveau (de 1 à 100) et augmenter vos statistiques : HP, MP, Attaque, Défence, PC .. et également apprendre de nouvelles techniques de combat (parmi les plus utiles, "Aquilon", "Contre-attaque" et "Ragnarok") propres à chaque personnages et apprises dans un ordre différent selon le caractère du joueur. Cela augmentera considérablement la profondeur des batailles, qui peuvent sembler répétitives et dénuées de toute tactique au début. Sans oublier biensûr les Invocations qui vous aideront lors de ces combats contre les "Sans-coeur" : Simba et le Génie seront de la partie, réjouissez-vous. Eux aussi auront leurs caractéristiques propres et vous devrez gérer les appels en fonction de l'ennemi, comme d'habitude. L'apparition de ces divinités étant illustrée par une animation relativement bien réalisée. Ce qui est regrettable, c'est que vous n'aurez que rarement recours à eux, sauf par intérêt ludique, car les ennemis sont pour la plupart si faibles que votre arme suffira quasiment tout le temps ; exceptés quelques-un bien entendu. Ils sont tellement peu nombreux que je me permets de les citer : Kurz Zisa, un gigantesque robot que vous pourrez défier à Agrabah sous certaines conditions, le Titan de Glace du monde d'Hercule, et biensûr le mythique Sephiroth, combattant le plus fort du colisée à tel point qu'il n'y a jamais connu la défaite ; un très rude affrontement vous attend... Mais ces derniers sont trop rares à mon goût, et le reste du jeu est rythmé de combats sans véritable suspense.
 

Côté graphismes

Les décors sont dans l'ensemble très réussis, disposant de couleurs toujours appropriées à l'atmosphère du monde et d'une originalité irréfutable. Absolument tout est en 3D, vous pouvez vous déplacer ou vous voulez tout en bénéficiant d'une caméra mobile efficace. On voit bien que Square a travaillé dur tant le rendu graphique est superbe, aussi bien au niveau des personnages que des décors. Personnages aux expressions faciales très travaillées ; leurs sentiments et émotions seront facilement décelables en se contentant de les regarder, ce qui est magique. Ils donnent l'impression de vivre, tout simplement. Autre facteur et qui est peut-être le plus impressionant (je dis peut-être car on commencer à y être habitué), les images de synthèses ; une fois encore, Squaresoft frappe fort et prouve qu'il reste le maître absolu en la matière. Chaque séquence est une pure merveille de beauté et d'animation ; regardez l'introduction, vous comprendrez... un point fort auquel on s'attendait, bien évidemment, et la seule crainte était celle d'être déçu. Ca n'est vraiment pas le cas, rassurez-vous, Kingdom Hearts bénéficie de cinématiques somptueuses.
 

Musique et ambiance sonore

Comme vous le savez, dans un RPG et quel qu'il soit, la musique joue un rôle essentiel. Cela permet d'être totalement plongé dans l'univers que l'on visite, et les mélodies doivent par conséquent coller au milieu. C'est chose faite : sans êtres aussi belles que celle d'un FF, les musiques parviennent aisément à immerger le joueur dans le monde où il se trouve, ne faisant même plus attention à ce qui l'entoure, bercé par des mélodies souvent très agréables. Elles sont non seulement de qualité mais également très variées, étonnament partagées entre rythme doux de l'univers du dessin animé et saccadé des combats finaux. On peut donc aisément passer du genre classique à la j-pop, et cet amalgame n'est qu'un étonnement positif supplémentaire. Que ce soit pour la version originale ou la version anglaise, les musiques sont de même facture : excellente. On retiendra Hikari, qui n'est ni plus ni moins le thème chanté de Kingdom Hearts, magnifiquement interprêté par Utada Hikaru. Le jeu bénéficie donc d'une ambiance sonore idyllique...à l'image du jeu.

Mais il n'y a pas que la musique qui contribue à la réussite du jeu sur le plan sonore ; en effet, il est indéniable que l'une des plus immenses qualités de Kingdom Hearts réside dans la reconstitution des voix. De prime abord, il est important de souligner les performances des interprêtes. L'attitude ainsi que les pensées de Sora s'en retrouvement extrêmement bien rendues. Quant aux voix des différents personnages Disney, ce sont tout simplement les voix o-ri-gi-na-les ! Pour la version américaine en tout cas... mais pour les autres rien n'es moins sûr. Encore un facteur qui permet des plonger le joueur dans le monde qu'il parcourt. Non seulement les paroles des personnages sont fidèlement reprises, mais aussi leurs mimiques, comme je l'ai brièvement dit plus haut. Ce qui donne au jeu une nouvelle dimension ; quel bonheur que de voir Jafar ou, dans un tout autre genre, le Capitaine Crochet s'exprimer de la même manière que dans leurs bon vieux dessins animés ! Ici est donc mis en exergue le travail de Disney, qui n'est vraiment pas négligeable. Ce dernier a en effet tout mis en oeuvre pour attribuer à son jeu un univers crédible vis-à-vis de celui des dessins animés Disney. Là encore, le pari est réussi. Enfin, facteur qui ravira les fans de Square, les personnages propres à la série qui apparaissent dans l'histoire s'expriment désormais réellement, ce qui doit procurer chez la majorité une certaine excitation à l'idée d'entendre pour la première fois la voix de Cloud, Squall, Youfie et biend d'autres (quant aux personnages de FFX, ça ne compte pas puisqu'ils sont encore trop jeunes). Et là, encore et toujours, on se rend vite compte que ces voix leurs vont à merveille, tant elles semblent d'un naturel bouleversant ; à tel point que l'on va jusqu'à se demander si on ne les a pas déjà entendues quelque part. C'est dire...
 

Malheureusement, tout n'est pas parfait...

Il convient de l'admettre, Kingdom Hearts, derrière ses innombrables qualités, n'est pas exempt de tout défaut. Pour commencer, bien que beaux dans l'ensemble, les graphismes demeurent assez inégaux ; certains passages sont à la limite du médiocre, ce qui est vraiment dommage. Pour rester dans cet esprit, certains mondes semblent avoir été quelque peu négligés (je pense surtout au Colisée et au Pays Imaginaire) que ce soit au niveau du rendu graphique ou de la richesse de l'exploration. Ces mondes voient donc leur intérêt s'amoindrir quelque peu, et lasseront certainement d'autant plus vite qu'ils sont pour la plupart relativement répétitifs et sans surprise. Heuresement que la 3D et les musiques sont là pour maintenir le joueur immergé dans l'ambiance... En parlant de la 3D qui, je l'ai dit, s'avère très réussie, elle amène cependant à rencontrer des problèmes très irritants au niveau des angles de vue et position de la caméra. Lors de combats où la victoire ne tient qu'à un fil, cela peut jouer en votre défaveur...et demeure donc très gênant. Ou encore dans des phases de jeu ou l'habileté est mise à rude épreuve, les angles de vue sont souvent agaçants et nuisent à toute réussite. Enfin, l'essentiel dans un combat réside dans son issue finale mais aussi dans sa beauté ; et ici encore, certaines positions de caméra rendent l'affrontement bien trop confus et gâchent totalement le côté artistique de la bataille. Voici dont les principaux aspects regrettables du jeu, qui sans faire légion sont néanmoins très présents dans l'aventure. C'est fort dommage.
 

Avis aux joueurs

Kingdom Hearts n'est ni un produit Squaresoft ni un produit Disney. Il est réellement la fusion des deux, et c'est ce qui fait sa force. Mais cela peut créer une légère confusion chez certains joueurs : ceux qui s'attendent à un pur RPG Squaresoft seront très probablement déçu. Tout comme ceux qui ne voient eu ce jeu que l'univers Disney. Ainsi, ceux qui n'aiment pas Squaresoft ou Disney, que ce soient les deux ou un des deux, mieux vaut se méfier de Kingom Hearts car vous risquez de vivre une cruelle désillusion. Pourtant, ce jeu reste une très grande aventure dont il serait dommage de se priver ; je dirais même que le résultat est superbe, et qui que vous soyez, Kingdom Hearts ne pourra vous laisser indifférent. Replonger un joueur dans ses rêves d'enfants, n'est-ce pas un but magnifique atteint par un simple jeu vidéo.

Article rédigé par n0nam , le

Je pense avoir tout dit, sur un jeu sur lequel il faut tout dire. Petits et grands, fanatiques ou simples intrigués, vivez l'expérience et tirez en vos propres conclusions, celles qui viennent de votre coeur.

Points positifs

  • Univers Disney magnifiquement repris
  • Graphismes superbes
  • Musiques entraînantes
  • Absence de linéarité

Points négatifs

  • Négligeances de certains mondes
  • Angles de vue parfois gênants

Commentaires