Test : Chaos Legion

Chaos Legion - PS2

Genre : Fantasy-Opera/Action-RPG

Date de sortie : Septembre 2003

Genre
Fantasy-Opera/Action-RPG
Date de sortie
Septembre 2003 - France
Développé par
Capcom
Edité par
Capcom
Disponible sur
PC, PS2
Site officiel
Site officiel

Et hop ! C’est la mode en se moment on dirait : encore un « Beat them all » sort sur console. Et devinez qui en est l’éditeur… Capcom bien sûr ! Après s’être gentiment essayé sur GameCube avec P.N.03 sorti il y a quelques jours, revoilà le développeur Nippon sur PS2 pour essayer de se rattraper après la déception Devil May Cry 2…

 
 
Eh oui, rappelez-vous, il y a maintenant 5 mois sortait la suite de DMC. Cette suite, nombreux sont ceux qui voudraient l’oublier, tout comme nos amis de Capcom qui voudraient bien justement nous y aider en tapant un coup d’éclat avec son Chaos Legion empreint au même univers : un jeu d’action dans un univers gothique avec un héros charismatique maniant une épée.
 

La cuisine du Légionnaire

« Beat Them All »… Un genre de jeu vieux comme le monde et qui a déjà était mis et mélangé à toutes les sauces. Cette fois, pour essayer d’attirer les consommateurs que vous êtes, Chaos Legion tente la recette de rajouter à sa recette un zeste de RPG, voir aussi de stratégie - tactique.
En effet, tout se présente comme un bon vieux jeu de massacre où l’on doit tout simplement avancer en mettant en pièce des dizaines, que dis-je des centaines d’ennemis. Rien de bien nouveau me direz vous… sauf qu’ici 9 invocations diverses et variées sont mises à votre disposition pour vous aider à progresser. Notons au passage qu’évident ne disposez que d’une au départ et qu’il faudra venir à bout des boss pour gagner les autres. La part RPG du titre est due au faite qu’en combattant à vos côtés ces dernières gagnent des points d’expérience que vous pouvez dépenser en fin de niveau pour augmenter leurs caractéristiques. Chacune d’entre elles possède évidement des styles de combats divers et variés (avec entre autres des épéistes, des archers, etc.) et sont plus ou moins efficaces en fonction de la nature des adversaires (démons de chair, de métal) et en combat vous disposez de 2 modes d’actions pour les régir : attaque ou défense. Ceci constitue ainsi la partie stratégie. Malheureusement, on a un peu l’impression que tout ceci n’est pas superbement finalisé et les 2 seuls modes de combats pour les invocations constitue quand même d’assez maigres possibilités, tout comme leurs améliorations qui auraient tout de même être plus riches.
D’ailleurs tant que l’on parle du gameplay, notons que comme à l’accoutumée dans ces jeux, vous pourrez ramasser quelques objets permettant de faire augmenter votre barre de vie, où des potions vous redonner vie ou âme. Oui car vous disposez en plus d’une barre de santé, une d’âme ayant un peu le même rôle que celle d’état démoniaque dans DMC ou qu’une de magie, c'est-à-dire ici de vous permettre d’invoquer vos légions puis de constituer ensuite leur barre de vie.
Enfin parlons de la gamme de mouvement de notre héros qui n’est franchement pas exceptionnelle avec un bouton de saut et 2 attaques différentes (une pour « paralyser », l’autre pour taper).
 

Et l’histoire dans tout ça ?

Et bien comme d’habitude dans ces jeux ce n’est pas très recherché. Alors en gros vous incarnez Victor Delacroix un chevalier dont le charisme n’a rien à envier à celui de Dante, parti à la poursuite de « son meilleur ami » qui est s’est allié avec les gros méchant et qui projet de détruire la terre. Ajoutons à cela le fantôme d’une fille qui fut aimée par ces 2 jeunes hommes et une guerrière qui veut se venger du méchant et on obtient le scénario de ce Chaos Legion. Comme d’habitude on regrettera que ce prétexte d’histoire ne soit pas vraiment mis en valeur par le découpage plus qu’abrupte du jeu. Ainsi l’aventure se résume à une dizaine de chapitres tous découpés à la scie avec des vidéos intercalées entre chacun pour essayer de recoller tous ça. D’ailleurs ce ciselage est aussi plus que visible à l’intérieur même des niveaux puisque ces derniers se résument à plusieurs arènes posées les unes à côté des autres que l’on doit nettoyer de douzaines de monstres.
Cela se ressent enfin dans les décors. En effet, si l’on a droit à un univers gothique assez bien faits, tout cela est plus que dépouillé et la comparaison à des arènes est plus justifiée. Mais sinon les personnages et créatures sont tout de même assez bien représentés et les cinématiques sont vraiment de toute beauté, un peu dans le style de celle de Diablo 2 avec un côté manga en plus, ce qui est normal puisque le jeu en est justement tiré d’un.
Et je n’oublierai pas mon coup de gueule : la caméra ! J’en ai vu des peu pratiques mais là je tire mon chapeau à celle-ci ! En effet, cette dernière reste fixée dans l’ange de vue où elle est, ce qui est vraiment agaçant étant donnant que l’on est obligé de courir dans tous les sens pour combattre les hordes adverses et qu’ainsi on est sans cesse obligé de la ramener avec le stick analogique droit pour pouvoir y voir quelque chose !
 

C’est grave docteur ?

Et bien cela dépend de ce que l’on est venu chercher. Car de par sa structure même on a affaire à un jeu bien bourrin assez défoulant mais pas plus. Le reste bien qu’intéressant, comme le système d’invocations, laisse un petit goût d’inachevé ce qui est bien dommage, surtout lorsque l’on rappelle que la durée de vie, avec la dizaine de niveau est de quelques heures… aïe !
 

Article rédigé par Pandé , le

Ce n’est malheureusement pas avec ce titre que Capcom redorera son blason. Trop court, trop inexploité, trop fade ce petit jeu tout de même assez sympa est à conseiller, surtout aux joueurs en recherche d’un simple jeu de massacre.

Points positifs

  • Cinématiques somptueuses
  • Système d’invocations
  • Des personnages charismatiques

Points négatifs

  • Caméra très capricieuse
  • Trop « bourin »
  • Pas assez approfondi

Commentaires