Test : Maximo

Maximo - PS2

Genre : Plate-formes

Date de sortie : Mars 2002

Genre
Plate-formes
Date de sortie
Mars 2002 - France
Développé par
Capcom
Edité par
Capcom
Disponible sur
PS2
Site officiel
Site officiel

Après Evil Twin, Rayman M, Crash Bandicoot et Jak and Daxter, nous voilà en présence d'un autre jeu de plate-formes : Maximo, qui est en fait une adaptation d'un vieux jeu de Capcom, Ghosts'N Goblins.

 
 
Dès l'introduction, la nouvelle production de Capcom annonce la couleur : le jeu sera riche en surprises ! En effet, on y voit le héros de l'aventure, nommé Maximo (comme le jeu ! Quel coïncidence !), tentant de sauver une gente demoiselle. Toutefois, ce n'est que le début du jeu, donc il est normal que cette tentative se transforme en échec, et notre héros se trouve alors aux prises de la mort... Cette dernière confie à Maximo une pièce qui lui permettra de revenir une fois dans le monde des vivants s'il lui arrivait malheur. Une fois qu'il aura donné sa pièce, vous devrez faire attention, car vous ne pourrez plus ressusciter ! Rassurez-vous, pendant que vous jouerez, vous serez amené à récupérer d'autres pièces, et fort heureusement, car Maximo est un jeu à la difficulté rédhibitoire, mais nous reviendrons un peu plus tard sur ce point.
 

De l'horreur comique

L'univers du jeu mêle Survival Horror et humour grotesque style dessins-animés. Survival Horror parce qu'on doit y affronter des squelettes et autres morts-vivants surgissant de nulle-part. Parfois, le sol se dérobe sous vos pieds, laissant place à de vastes étendues de lave. Et puis aussi humour style dessins-animés pour quelques détails farfelus : Maximo, lorsqu'il est gravement blessé, par exemple, perd son armure et se retrouve en sous-vêtements ! Cela concerne aussi le style graphique, assez cartoon dans l'ensemble. D'ailleurs, le graphisme est réussi, surtout en ce qui concerne les effets spéciaux, vraiment convaincants. Côté musiques, on peut regretter le faible nombre de morceaux accompagnant chaque monde, mais ces derniers sont assez réussis, donc on fermera les yeux !
 

A l'ancienne

Le gameplay de Maximo nous rappelle celui des vieux jeux de plate-formes : on doit tuer des monstres, ramasser des bonus (toujours les fameuses pièces, mais aussi des power-ups pour améliorer son équipement, de nouvelles vies, etc.), actionner le bon levier et trouver la sortie ! Toujours sur le concept des vieux jeux de plate-formes, vous pourrez faire tous les niveaux d'un monde (ces derniers sont au nombre de cinq au total) dans l'ordre que vous le souhaitez, et vous pourrez les recommencer quand vous vous voudrez, pour récupérer un bonus que vous aviez raté la première fois, par exemple. Cependant, pour passer à l'univers suivant, il faudra finir tous les niveaux d'un univers, et ensuite battre le boss (en général pas très difficile à vaincre, heureusement !). Vous ne pourrez enregistrer qu'entre les niveaux, moyennant la modique somme de 100 pièces (somme plutôt facile à acquérir). Concernant les mouvements que vous pourrez effectuer, tout reste très basique : quelques coups spéciaux, le double-saut, se protéger avec son bouclier, voire le lancer, et c'est tout !
Tiens, tant que je suis, j'aimerais vous dire un truc. Pour activer les checkpoints, il faut effectuer la combinaison Double-saut + frappe vers le bas. Je vous dis ça, car la documentation fournit des informations peu précises à ce sujet. Et puis les "étangs près des tours de boss", les seuls lieux où vous pourrez enregistrer, ce sont des petites étendues d'eau, que vous trouverez dans les zones où vous pouvez choisir les niveaux. Voilà, ça vous évitera de risquer de tourner en rond.
 

Les petits défauts

Au risque de vous surprendre, il y a des défauts dans Maximo ! Comment ça, vous ne le pensiez pas ??? Mais que diable ! Vous n'avez donc pas lu le premier paragraphe de ma prose, dans lequel j'y mentionnais que la difficulté était rédhibitoire ? Bon, je vais fermer les yeux cette fois-ci, mais gare à vous la prochaine fois... Le premier défaut concerne donc cette fameuse difficulté. En effet, elle s'avère élevée, et surtout très irrégulière : le premier niveau est facile, mais les deux suivants deviennent bien plus durs. Ensuite, la barre est placée plus bas et on avance bien plus facilement. Alors j'en ai tiré deux possibilités : soit je me suis amélioré en jouant à Maximo à tel point que je suis devenu un dieu du pad (ce qui fait que je n'ai pas trouvé le jeu trop dur à partir d'un certain point), soit c'est que le jeu est devenu plus facile. Je pencherai pour la seconde hypothèse, car à partir d'un certain moment, le jeu est à nouveau devenu difficile !
Second grief : la caméra. Il n'y pas rare qu'elle soit mal placée, et vous devrez sans cesse la remettre à sa place (heureusement, les développeurs ont prévu un bouton afin de la recadrer). C'est assez embêtant quand on doit sauter sur une petite plate-formes tout au fond d'un trou.
Troisième blâme : ben heu, il n'y en a pas. Donc vous pouvez passer à la conclusion, qui fait la synthèse de tout ce que j'ai dit dans ce test. Ah, attendez, j'ai trouvé ! Maximo est assez répétitif.

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un très bon jeu de plate-formes, malheureusement à réserver aux plus doués, car Maximo est difficile, et somme tout assez répétitif. Si vous arrivez à faire l'impasse sur ces deux défauts, vous ne le regretterez pas !

Points positifs

  • Mélange horreur/humour
  • Plaira aux nostalgiques

Points négatifs

  • Difficile
  • Caméra
  • Répétitif

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires