Test : Devil May Cry 3 : Dante's Awakening

Devil May Cry 3 : Dante's Awakening - PS2

Genre : Beat'Em All

Date de sortie : 24 mars 2005

Genre
Beat'Em All
Date de sortie
24 mars 2005 - France
08 mars 2005 - USA
17 février 2005 - Japon
Développé par
Capcom
Edité par
Capcom
Disponible sur
PS2
Parfois appelé
Devil May Cry 3, dmc 3
Modes de distribution
Boutique
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 16 ans
 Violence

Comme on dit un peu partout, jamais deux sans trois, alors il fallait forcément s'attendre à ce troisième volet surtout quand on voit le sort qu'a connu le second volet. Pitoyable. Enfin, Dante est là pour le plaisir de tous et surtout de ses fans qui vont trouver en ce volet quelques bribes du premier opus. Let's Rock !

 
 
On croyait ce volet dans l'ordre chronologique qui reprendrait à la fin du second volet et pourtant ce n'est pas le cas. DMC 3 (pour faire court) se situe avant même le premier volet. Attention les fans, vous allez avoir affaire à un Dante jeune et en pleine forme bien qu'il passe son temps à manger des pizzas dans son local. D'ailleurs il ne pourra même pas manger sa pizza tranquillement car il sera rapidement entouré de démons qui vont essayer de le tuer. Je dis bien essayer parce que Dante est un démon et transpercer son corps ça revient à chatouiller l'aisselle d'une brebis, autrement dit aucun effet. Mais ce que nous ignorions c'est que Dante était un grand acrobate à sa jeunesse et qu'il n'arrêtera pas de nous le montrer tout au long du jeu. A commencer par l'intro de la première mission où il est entouré de démons et où ce gaillard nous offre un véritable spectacle de combat et d'acrobaties. Et vas-y que je me sers d'un démon comme d'une planche de surf pour tourner autour des autres démons et les percuter. Sans compter une boule de billard envoyée en l'air puis poussée par une balle de son flingue fétiche (l'Ebony ou l'Ivory ?) qui va lui donner plus de puissance et qui va percuter d'autres boules de billard pour que chaque boule termine son parcours sur le front d'un démon (oui, faut le voir pour le croire). Entre deux tranches de pizzas, notre ami Dante arrive à pulvériser ces démons qui vont vite disparaître.
 

Vergil à la voix puérile

Ce que nous apprenons avec ce DMC 3 c'est que Dante possède un frère nommé Vergil qui se trouve être son rival bien qu'ils partagent le même sang, celui de Sparda leur papa adoré. Lui aussi est en possession d'une amulette comme celle que Dante possède autour du coup et c'est pour cela entre autres qu'il veut voir son frère, pour une séance de combat entre frérots. Et on découvre stupéfait que Vergil a autant la classe que notre cher Dante si ce n'est plus. Armé d'un katana, Vergil saura trancher la gorge de ses ennemis et saura même faire gicler le sang de Dante chose que les démons habituels ont bien du mal à faire. Mais Vergil a un défaut : il a une voix puérile. J'aurais bien aimé entendre la voix japonaise du personnage mais pour ce qui est de la voix anglaise, c'est ridicule. Je dirai même que ça tue la classe du personnage et il est préférable de couper le son pour ne voir que les sous-titres si vous voulez garder la classe du personnage. Alors, comme tout jeu constitué de rivaux, on s'attend à une rivalité entre frangins et c'est ce que Capcom a essayé de faire apparaître mais ça ne se voit pas, ou très peu. Cela ne se voit que pendant les combats entre les frérots mais ailleurs on n'en voit pas une miette. Et comme les combats entre ces mi-humains mi-démons ne sont pas nombreux, on ne perçoit pas la rivalité qu'on aurait pourtant aimé voir. Dommage car toute l'essence du jeu devrait porter là-dessus. Au lieu de ça, Capcom nous offre gratuitement deux personnages totalement inutiles tel que le papa Arkham et la fille Lady qui perturbent plus qu'autre chose la relation entre les deux fils de Sparda. La volonté d'Arkham se mélange à celle de Vergil pour finalement aboutir à autre chose, mais je ne dis plus rien au risque de spoiler. Lady elle, est inutile mais alors complètement. A croire que Capcom cherche à tout prix à caser une fille dans chaque opus de DMC. Là forcément, ça ne passe plus. Déjà qu'on appréciait moyen celle de DMC 2 celle-ci est inutile et en plus de ça elle est irrespectueuse et arrogante envers Dante. Bon faut la comprendre, son père est un démon qui a tué sa mère alors elle vient pour se venger, du coup chaque démon qu'elle croise, elle ne va pas lui faire la bise loin de là. Ceci dit elle est mignonne (lors des cinématiques seulement) avec ces yeux : un rose, l'autre vert on aurait dit Yuna (Final Fantasy X, Final Fantasy X-2). En plus avec la coupe de cheveux on aurait dit Milla Jovovich, mais bon là je mégare. Toujours est-il que cette fille, on la voit partout dans le jeu en train de chercher son père Arkham pour lui faire avaler son bazooka géant qui lui sert non seulement pour buter ses ennemis, mais aussi de tremplin pour monter plus haut ou pour éviter de tomber du haut de la tour par exemple. Oui chez Capcom on n'a peut-être pas de pétrole mais on a des idées car Lady possède plus d'un tour dans son sac et ferait même une bonne alliée aux côtés de Dante mais manque de bol, ils ne s'aiment pas trop, bien que Dante lui ait sauvé la vie à maintes reprises. Allez comprendre les filles.
 

Let's Rock...avec pleins de pixels ?

Graphiquement, DMC 3 tient la route même si on n'ira pas lui décerner la palme d'or des plus beaux graphismes. Par rapport au second volet, les graphismes ont très peu évolué même si Capcom s'est déchaîné sur certains décors en nous offrant une belle vue et il m'est arrivé même parfois à oublier les ennemis et admirer le décor. Seulement ce n'est pas tout le temps le cas, malheureusement. Les effets des coups sont eux aussi beaux et en jettent pas mal, mais c'est du déjà vu. Les personnages eux sont plus ou moins bien réussis. Dante n'a pas été raté pour le plus grand plaisir des fans ni même Vergil qui est très beau avec les cheveux en arrière. D'ailleurs, il n'a même pas besoin de gel ni de peigne pour garder ses cheveux en arrière. Il lui suffit de passer une fois sa main sur ses cheveux et hop le tour est joué, un vrai beau gosse. Par contre, celle qui a été raté, c'est bien Lady. Déjà qu'elle n'est pas très utile et en plus si elle est moche, on ne va pas s'en sortir. Elle a un nez remonté contrairement aux artworks qui circulent un peu partout sur le net et les magazines papier. Non, elle ne ressemble même plus à Milla Jovovich là. Dommage car elle aurait pu être belle et avec son arrogance, ça lui aurait donné un petit côté sexy. C'était au moins ça de gagné, mais non elle n'est même pas belle. Les monstres eux, sont plutôt bien réussis mais c'est surtout les boss qui ont été les plus soignés. Ils possèdent tous une particularité qui les rend unique et rien qu'avec ça on ne s'en lasse pas de les affronter.
 

Sparda, ça te secoue à l'intérieur de toi !

Passons maintenant au gameplay, le point essentiel du jeu, celui qui va faire qu'on va aimer ou qu'on ne va pas aimer ce troisième volet de DMC. Rien qu'avec les nombreuses cut-scenes et cinématiques, on peut voir ce que Capcom a souhaité montrer : un Dante classe et très Rock & Roll. Alors forcément, ça joue dans le gameplay. On va vous demander de faire des combos à tour de bras et enchaîner les multitudes de possibilités que vous avez avec les armes. Alors évidemment, si vous n'avez pas la classe avec ça... Pour cet opus, Capcom a ajouté un système de switch pour les armes. En effet, il vous suffira de choisir deux armes blanches et deux armes à feu au début de la mission ou pendant la mission grâce aux statues divines. Grâce à cela vous aurez la possibilité de changer d'arme à la seconde (dès la première seconde !...ok je sors) pour faire des combos meurtriers dont seuls vos ennemis s'en souviennent. En voici une idée qu'elle est bonne d'autant que de l'arsenal, vous allez en avoir. A chaque boss battu vous recevrez une nouvelle arme selon la spécialité du boss (bien que ce ne soit pas toujours le cas) et Dante aura toujours la classe, avec n'importe quelle arme et même avec la guitare électrique. Si si, je vous assure. A ce propos, cette arme est tout de même assez ridicule et décrédibilise un peu le personnage mais ça résume assez bien l'état d'esprit de Dante, toujours très Rock ! En outre, vous trouverez également l'option "Style" qui vous épaulera au niveau des combos. Grâce au Gunslinger vous aurez la possibilité d'effectuer un nouveau combo inédit avec vos armes à feu, alors qu'avec Swordmaster vous serez le maître des lames et vous aurez droit à un nouveau combo avec vos armes blanches. On dénombre ainsi 4 styles de combat de base et deux autres que vous aurez à débloquer au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu. Et tout ça pour avoir encore plus de classe et être agile. C'est sûr, c'est bien du beat'em all comme on les aime. Le reste c'est toujours pareil, inchangé depuis le premier opus. Vous rencontrerez les mêmes sphères, et les sphères rouges ne seront pas assez nombreuses pour pouvoir vous acheter tout ce qui ce vend dans ce monde de démons. Ceci dit, c'est bien moins cher que dans DMC 2 mais du coup vous avez bien plus de choses à acheter. Autre chose qui demeure inchangée, c'est la transformation en démon, mais on va pas s'attarder là-dessus parce qu'il n'y a pas grand chose à dire si ce n'est que son rôle a été considérablement réduit et on se demande même si ça sert à quelque chose, au final. Cela dure très peu et pendant ce laps de temps on est censé voir un Dante déchaîné, mais la différence est bien maigre. La seule chose nette que j'ai aperçue, c'est que le démon court plus vite que le Dante normal mais c'est à peu près tout.
 

A tes souhaits, Dante !

Dante est drôle. C'est bien la première fois que je vois ça. Bon il avait tendance à faire quelques blagues foireuses dans les autres opus, mais là c'est le comble. Je me suis surpris à rire à ses blagues qui pour la plupart du temps ne sont pas drôles mais simplement amusantes. Au fur et à mesure qu'on avance dans le jeu, on est surpris de le voir sérieux et même fronçant les sourcils. Sacré Dante, il faut toujours qu'il nous surprenne. La musique et l'ambiance sonore sont là pour combler nos tympans avec comme à l'accoutumée une musique très orientée métal qui fera danser notre beau Dante et moi aussi par la même occasion. La bande originale du jeu risque d'ailleurs de faire des émules pour peu que vous aimiez ce genre de musique.
 

Article rédigé par NKB , le

Débile May Cry...pardon Devil May Cry 3 est tout de même meilleur face à un DMC 2 décevant. Capcom a su remonter la pente et redonner un peu de punch à Dante et à l'histoire. Finalement, ce n'était pas une si mauvaise idée d'exploiter le passé de Dante. Dommage que l'histoire soit brouillée par ces deux personnages peu utiles qui sont Arkham et Lady qui n'apportent franchement rien à l'histoire si ce n'est une complication inutile qui aurait pu n'être qu'une rivalité entre deux frères. Ceci dit, ça ne vous empêchera pas de vous défouler avec la multitude d'armes et de combos que vous aurez en votre possession au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu. Allez, le combo A+B pour la note s'impose !

Points positifs

  • Dante est drôle
  • La musique est au top
  • Les combos s'enchaînent à merveille
  • Une beau scénario
  • De belles cinématiques

Points négatifs

  • Trop de classe tue la classe
  • Arkham et Lady inutiles
  • L'angle de vue pas toujours au top

Commentaires