Test : Facebreaker

Facebreaker - PS3

Genre : Casual Boxing

Date de sortie : 05 septembre 2008

Genre
Casual Boxing
Date de sortie
05 septembre 2008 - France
Développé par
Electronic Arts
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
PS3, Xbox 360

Electronic Arts, le spécialiste mondial du noble art, nous propose une toute nouvelle approche de la boxe avec un titre produit par EA Sports Freestyle. Comme vous l’imaginez aisément, le titre s’éloigne largement de Fight Night pour nous proposer une ambiance décalée et un gameplay qui se veut beaucoup plus proche d’un Ready To Rumble. Le tout est de savoir s’ils ont réussi leur pari et si l’intérêt dépassera une après-midi de bourrinage.

 
 
Une ambiance de feu est toujours la promesse d’un titre avec lequel on a plaisir à jouer. Ceci semble évident et pourtant, Facebreaker, comme vous pourrez le constater, propose bien celle-ci mais a oublié l’essentiel, un gameplay suffisamment bien équilibré pour nous scotcher des heures devant nos écrans. Mais commençons par le meilleur avant de parler de ce qui fâche.
 

Show made in EA

L’éditeur américain nous prouve encore une fois avec sa division Freestyle son savoir faire pour nous proposer un emballage, qu’il soit graphique ou sonore, de tout premier plan. Les boxeurs sont tous atypiques par rapport à la réalité du noble art mais ils ont une forme de loufoquerie qui les rend tout de même assez crédibles pour monter sur un ring. Dans un esprit très cartoon, vous aurez droit au bel hidalgo, au rappeur black surlooké et à la tigresse brune qui est limite tendance sadomasochiste. C’est une douzaine de personnages tous plus barrés les uns que les autres que vous pourrez incarner. L’environnement est aussi bien dans le ton de ce jeu loufoque avec des rings qui méritent quelques moments de sourire par leur côté barré. De ce côté, EA montre toute sa connaissance des ficelles graphiques pour réussir une ambiance sympathique.

Le son n’est pas en reste avec une production riche en bruitages et musiques. Le son qui accompagne les combats vous plonge dans une frénésie pugilistique accompagnant largement les bourres pifs que vous donnerez tout au long du jeu. Les musiques pop teintées de rock participent aussi à cette ambiance si particulière.
 

Ca se gâte

Malgré toute la maîtrise dont fait preuve l’éditeur pour nous proposer un jeu graphiquement très beau, ils ont oublié qu’il ne suffit pas de faire quelques personnages loufoques pour que le visuel soit vraiment réussi. Les animations sont très limite. Les déplacements sont saccadés à cause d’un choix très peu judicieux de nous proposer des bons en avant pour atterrir plus rapidement près de vos adversaires. Les coups sont basiques et l’on a l’impression de toujours voir les mêmes attitudes. C’est d’autant plus flagrant qu’il n’y a quasiment pas de différences entre les protagonistes. Le jeu en devenant répétitif avec un visuel des actions proposées aussi basique.

La durée de vie est aussi en cause. Certes vous pourrez confectionner de nombreux personnages mais les animations se ressemblant toutes, il est peu probable que vous passiez de longues heures après avoir terminé l’aventure principale. Le mode online est bien présent et vous permettra quelques combats supplémentaires mais ce qui suit ne prédit rien de bon sur la durée de ce côté et on peut déjà parier que les serveurs vont rapidement être désertés.
 

On touche le fond

Bien sûr l’amateur de boxe et de Fight Night n’est pas le cœur de cible de ce jeu proposant un gameplay arcade. Pourtant, là ou un Ready to Rumble parvenait à nous faire plaisir par une jolie diversité technique, le gameplay de Facebreaker est d’un ennui rarement atteint. La prise en main n’est pas vraiment en cause car il n’y a guère plus simple comme façon de jouer avec un coup bas, un coup haut, un spécial et une projection. Pour la défense, si celle-ci propose plusieurs techniques, rapidement vous oublierez son utilisation car elle ne propose rien de bien probant pour construire une stratégie. Le but étant essentiellement de frapper trois coup en premier et de charger un coup qui permet l’esquive puis de recommencer.

Cette technique comprise, vous serez rapidement le maître des combattants de ce jeu. La projection est aussi un bon argument avec certains boxeurs tant celle-ci procure un avantage énorme. Mais là nous atteignons le paroxysme de la variété du jeu. On s’ennuie donc fermement avec ce titre dont l’intérêt ne dépasse guère une après-midi.
 

Article rédigé par kago , le

Electronic Arts ne parvient pas à renouveler le genre arcade de la boxe. Si la réalisation graphique et sonore est très convenable, il n’empêche que les animations simplistes renforcent l’impression d’un jeu trop minimaliste pour nous projeter des heures devant notre écran. Le gameplay ne parvenant pas à améliorer l’intérêt. En attente donc d’une seconde version pour enfin avoir un jeu qui nous fera oublier les canons du genre qui commencent à dater.

Points positifs

  • L'ambiance sonore réussie
  • Les personnages loufoques
  • L'éditeur de boxeur

Points négatifs

  • Un gameplay minimaliste
  • Une durée de vie très faible
  • Des animations au rabais

Commentaires