Test : Katamari Forever

Katamari Forever - PS3

Genre : Puzzle oriental

Date de sortie : 22 septembre 2009

Genre
Puzzle oriental
Date de sortie
22 septembre 2009 - France
Développé par
Bandai Namco Entertainment
Edité par
Bandai Namco Entertainment
Disponible sur
PS3
Modes de distribution
Boutique
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Katamari Forever est un nouvel ovni vidéoludique comme seuls les japonais sont capables d'en concevoir. Un univers complétement taré, des graphismes improbables et un concept débile mais redoutable, à savoir faire une grosse boule, vous voici au coeur du jeu. Accrochera, accrochera pas ?

 
 
Katamari n'en est pas à son coup d'essai sur consoles, mais le trio "Katamari / Sony / pays du camembert" fut difficile à réunir. En effet, le premier opus, Katamari Demacy, est sorti en 2004 sur PS2 Jap, US, mais jamais chez nous. Erreur rattrapée deux ans après avec la sortie tardive de We love Katamari. Le concept fonctionne, et logiquement, les consoles Next Gen ont droit à leur déclinaison de la licence. En 2008, Beautiful Katamari est prévu sur PS3 et Xbox 360, mais son développement sera interrompu sur la plate-forme de Sony. Et aujourd'hui enfin, il revient sur PS3. Il se nomme Katamari forever, comme une déclaration d'amour aux fans désabusés qui attendaient leur version.
 

Oups, je suis un bousier

Un petit peu d'histoire. Vous êtes le prince, et votre papa le roi de l'univers s'est mangé un sacré gnon sur le coin de la tronche. Celui-ci reste inconscient, et on décide (en toute logique), de construire un RoboRoi pour le remplacer. C'est une idée. Le souci est que ce RoboRoi échappe à tout contrôle et se permet même de détruire les planètes de l'univers. Fâcheux événement, vous décidez donc de vous en mêler. Le but est de construire des Katamaris pour remplacer les étoiles manquantes. Mais que sont les Katamaris ? Des grosses boules. A chaque niveau, votre Prince, un infâme petit bonhomme vert au physique ingrat et peu probable, devra faire rouler sa boule pour y coller toutes sortes d'objets à sa portée. Votre héros se dirige uniquement aux sticks, et vous devrez faire grandir au maximum son Katamari afin de plaire au roi. Au fur et à mesure que vous augmentez en taille, différents objets qui étaient trop gros pour être assimilables deviennent à votre portée. En fonction de votre mission, il faudra préconiser certains types d'objets par rapport à d'autres dans différents univers. Par exemple, si l'on vous demande de réaliser un Katamari à partir d'objets de valeurs principalement, ruez-vous sur les bagues, montres en or et pièces d'argent en priorité, puisque si vous ne récoltez que des pièces d'échec et autres caramels mous, vous vous attirerez les foudres du roi pour votre incompétence.
 

Ne pas perdre la boule

Outre son concept de jeu sympathique, c'est l'univers de Katamari Forever qui est bigrement réussi. En effet, le design graphique n'obéit à absolument aucune logique. Le photo-réalisme se mêle au style enfantin crayola, le choix des couleurs, flashy au possible, est judicieux puisqu'il sert bien l'univers décalé. En revanche, in-game, les graphismes sont fades et nettement pas à la hauteur de la console. Le choix musical, quant à lui, est exceptionnel. En effet, la perception de l'oreille nippone est certainement très différente de la notre, si l'on se réfère à la plupart des musiques de leurs softs. Curieusement, celles-ci, même si elles ne dénotent pas avec le contexte décalé dans lequel elles se trouvent, ne dérangent pas. Pire, elles sont même parfois séduisantes. Vous pouvez d'ailleurs écouter la B.O. du jeu sur le site officiel du site http://www.katamariforever.com/. On notera l'esprit toujours aussi comique dans lequel le site est conçu. En effet, on vous y promet Katamari Forever gratuitement ! Pour le recevoir, il suffit d'envoyer 40 $ à Amazon, et celui-ci se frayera un chemin jusqu'à votre boîte aux lettre quelques jours plus tard. Sympa non ? Remarquez que le jeu sort au prix de 40 euros sur notre territoire, ce qui est un bel effort de la part du constructeur.
 

Mais c'est la cata, Marie !

Katamari Forever est un jeu vraiment sympathique, mais il n'en demeure pas moins qu'il comporte plusieurs défauts. Tout d'abord, le principe du jeu ne plaira pas à tout le monde. Vous faites vraiment rouler une boule pour engloutir tout ce qui se passe durant toute l'aventure. Outre l'originalité, c'est parfois son côté redondant qui prédomine, en fonction du joueur qui est assis devant son écran. La maniabilité est parfois agaçante aussi, et pour faire sauter votre Katamari, il faut secouer la manette. Cela rend la jouabilité souvent hasardeuse dans des niveaux où votre dextérité est votre principal atout. Et puis on n'a pas toujours envie de secouer sa manette quand on est affalé dans son canapé. Le graphisme aurait eu besoin d'un coup de boost aussi, puisqu'il n'est clairement pas à la hauteur de la Next Gen. Enfin, une chose est certaine, si vous avez possédé n'importe quelle version du jeu sur les précédents supports, l'achat de celle-ci n'est absolument pas nécessaire puisqu'il ne se renouvelle pas du tout. Mais le soft reste assez addictif, malgré le manque de multijoueur online. En revanche, la possibilité de faire des boules à deux joueurs sur le même écran, en coopération et en duel, relance encore un petit peu un intérêt qui peinait à se voir renouveler dans cette nouvelle mouture.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Katamari Forever, un petit ovni nippon addictif comme eux seuls savent les concocter, remplit très bien son rôle, pour peu que vous n'ayiez pas déjà en votre possession une version antérieure. Un univers rigolo, un principe de jeu sympathique et un faible prix de lancement (40 euros) devraient convaincre les adeptes du genre de se laisser tenter. Bourrins et adeptes de performances technologiques, passez votre chemin mécréants.

Points positifs

  • Univers délirant
  • Musiques sympathiques
  • Principe de jeu addictif

Points négatifs

  • Pas de renouvellement
  • Pas de multijoueur
  • Graphiquement pas à la hauteur in-game

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires