Test : Call of Duty : Black Ops

Call of Duty : Black Ops - PS3

Genre : FPS

Date de sortie : 09 novembre 2010

Genre
FPS
Date de sortie
09 novembre 2010 - France
Développé par
Treyarch
Edité par
Activision
Disponible sur
DS, PC, PS3, Wii, Xbox 360
Parfois appelé
Call of Duty 7, Call of Duty 7 : Black Ops, cod 7, cod7, cod 7 bo, cod7 bo
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Jeu en ligne
 Violence

Le rendez-vous était pris depuis un an, tout comme celui qui vient d’être fixé pour l’année prochaine. Call of Duty fait partie des séries qu’on attend avec impatience à chaque fin d’année, pour ne pas dire à chaque mois de novembre. De plus en plus puissante sur le marché des jeux vidéo, la licence d’Activision n’en finit pas de battre des records. Des chiffres de vente aux coûts de production en passant par les budgets alloués à la communication en amont de la sortie, ce Call of Duty : Black Ops a eu l’audace de nous faire rêver depuis le début de l’année. Enfin, l’heure de vérité a sonné, est-ce que les studios TreyArch vont enfin rivaliser avec la qualité des produits d’Infinity Wards ? C’est ce que nous allons voir tout de suite. Il est temps de prendre les armes et d’engager le combat.

 
 
La guerre entre Infinity Wards et TreyArch a fait rage pendant bien trop longtemps. Maintenant que les membres d’Infinity Wards ont plié bagages, il est temps de voir si le second studio aura assez de couilles pour maintenir les standards de qualité imposés depuis la sortie de Call of Duty : Modern Warfare premier du nom. Malgré des ventes plus qu’honorables et un succès finalement rencontré lors de l’apparition du mode Zombies, le dernier épisode développé par TreyArch a été décrit comme un titre n’arrivant pas à satisfaire les joueurs ni sur la campagne solo, ni sur le mode multijoueur. Depuis cet opus, deux ans se sont écoulés et les promesses ont fusé de toutes parts entre Activision et TreyArch. Maintenant que nous avons la galette entre les mains, voyons comment les développeurs californiens se sont débrouillés et s’ils ont réussi à nous offrir un jeu à la hauteur de nos attentes.
 

Il était une fois, dans un bunker russe

Depuis l’apparition des premières images de Call of Duty : Black Ops, tout le monde s’était mis d’accord sur une chose : ce jeu est beau. Maintenant que nous avons la version finale, nous pouvons l’affirmer, CoD : Black Ops n’est pas beau… il est magnifique. Certes on est loin des CG de Final Fantasy, mais la qualité des images in-game est tout simplement impressionnante. Ce sont surtout les animations des personnages qui sont réussies. On se rend très vite compte du travail accompli par Dominique Drozdz et son équipe lors des séances de captures avec de véritables acteurs. Au-delà des personnages, on retrouve une profondeur de champ de bien meilleure qualité qui permet aux joueurs de pouvoir admirer les beaux paysages du jeu entre deux fusillades. Il ne faut pas oublier que nous voyageons beaucoup dans ce titre et qu’il est bon de prendre du temps pour découvrir du pays. Voilà déjà quelques points dans la poche de TreyArch, ça commence très bien.
 
 
En plus de la qualité visuelle, il y a un autre point sur lequel Call of Duty : Black Ops fait très fort : la réalisation. Lors de la soirée de lancement, nous nous sommes tous moqués de Tomer Sisley lorsqu’il a annoncé que ce jeu était l’expérience la plus cinématographique qu’il avait vécue. Sur le coup, on lui a ri au nez en lui disant qu’il n’avait jamais touché à Heavy Rain, mais c’était avant d’avoir fait toute la campagne. Une fois chose faite, notre regard a entièrement changé sur cette affirmation. CoD : Black Ops est très bien réalisé et rivalise sans mal avec une production cinématographique américaine à grand budget. Des explosions dans tous les sens, des allemands, des dictateurs, des russes et des vietnamiens en guise d’ennemis, et au final, une certaine nation qui sauve le monde. C’est du cliché très bien mis en scène, avec ce qu’il faut de suspense et d’intrigue pour nous garder en haleine pendant les sept heures du mode solo. D’ailleurs, faisons un petit point sur ce que l’on retrouve dans ce mode à la fois controversé et apprécié.
 

Rat des villes ou rat des champs ?

La campagne du jeu nous réserve bien des surprises. Même si le but principal est de tout défoncer sur notre passage, la façon dont les développeurs jouent avec nous et nous font jouer est très appréciable. On se retrouve donc dans la peau d’un agent d’une troupe spécialement entraînée pour réussir les pires missions. Seul bémol, on est attaché à une chaise et on se fait poser des questions par une voix pas vraiment sympathique. Tout au long de l’interrogatoire, l’histoire se tisse grâce à des flashbacks dans lesquels on prend possession de différents personnages. Au début, ça parait un petit peu plus confus que dans les épisodes Modern Warfare, mais une fois qu’on a saisi les noms et surtout repéré qui est qui et qui travaille pour qui et avec qui, ça passe comme dans du beurre. Concernant les transitions entre les séquences de jeu, communément appelées les « temps de chargement » (Ô lointaine notion), elles sont très dynamiques et surtout, pour la première fois dans la série, intègrent des images réelles. C’est d’ailleurs une des forces du jeu.
 
 
Tout au long de la campagne, on retrouve des éléments de la vraie vie intégrés de manière très réaliste. Si nous ne savions pas que ce jeu était le fruit de l’imagination tordue de game-designers payés une fortune pour nous faire nous mettre sur la gueule sans compter les heures, on pourrait presque croire à une adaptation de faits réels. La force de la narration, les ambitions des personnages, la cruauté humaine qui nous est balancée en pleine face, on finirait vraiment par y croire. Heureusement qu’il n’y a pas de version Move de ce titre, ça en deviendrait effrayant. En parlant de choses effrayantes, les développeurs se sont fait plaisir. Le jeu est classé +18 et ce n’est vraiment pas pour rien. Certes, il y a des effusions de sang et des morts dans tous les coins, mais ceci n’est rien à côté de certains passages qui se révèlent particulièrement gores et durs psychologiquement. Heureusement, ceux-ci sont très peu nombreux et ne durent pas longtemps, mais quand on nous demande d’appuyer sur un bouton pour torturer quelqu’un afin d’obtenir des renseignements, il y a une hésitation avant d’appuyer sur ce bouton (passage obligatoire malheureusement). Ceci nous ramène au fait que Call of Duty : Black Ops est très réaliste autant dans la mise en scène que dans les actions menées. J’en profite pour faire une spéciale dédicace à Fidel Castro qui est magnifiquement modélisé. C’est un peu dommage que l’on ne puisse pas le jouer dans la campagne ou même juste prendre son apparence dans le mode multijoueur.
 

Chérie, viens dire bonjour aux potes, allez, parle dans le micro

Et oui, après cet éloge du mode solo, il est temps de voir de quelle façon TreyArch a pu rendre le mode multijoueur encore mieux que celui de Modern Warfare. Les premiers changements ont été faits dans les menus. Désormais, la navigation est simplifiée et même s’il faut appuyer sur quelques boutons de plus que dans les épisodes précédents, au final, on s’y retrouve bien mieux. Une fois la partie lancée, on découvre des maps qui, ça se sent réellement, ont été réalisées par des développeurs à l’écoute des joueurs. Les plus grandes plaintes des joueurs par rapport à Modern Warfare 2 étaient qu’il y avait trop de « campeurs » et que certains « atouts » ne correspondaient vraiment pas à ce type de jeu (ex : marathon = course infinie). Il y a donc eu un travail d’accompli pour tenter de remédier à ça et n’en déplaise à une partie des joueurs, les maps de Call of Duty : Black Ops sont très agréables à jouer. Il y a un bon équilibre entre celles dans lesquelles on peut se poser pour sniper, celles sur lesquelles il faut rusher pour choper les premiers frags et celles sur lesquelles il faut savoir temporiser pour ne pas se prendre de flèches explosives en pleine face.
 
 
Ah ? Une flèche explosive ? Yes motha fucka, ce n’est pas une blague, les arbalètes que tout le monde a vu dans le mode solo sont dispos dans le mode multijoueur. Chacun peut choisir son type de flèche entre perforantes et explosives. Le lance-flamme fait également son retour pour notre plus grand bonheur et enfin, notons l’apparition des RC-XD, de petites voitures télécommandées qui explosent au contact de quelqu’un. Ces petits bijoux ne sont pas très maniables mais très efficaces pour parcourir de grandes distances rapidement. Ces trois armes sont de réelles nouveautés dans la licence, mais on retrouve également tout le panel habituel revu et corrigé autant sur le design que sur le ressenti. Les reculs ont été recalculés et les arment bénéficient de bien plus d’habillages. Encore une fois, cela perturbera certains joueurs au début pour mieux les séduire par la suite. Le système utilisé pour débloquer les armes a été revisité. Désormais, on gagne des points à chaque partie. Que ce soit avec notre nombre de kills, nos victoires, nos records, nos défis ou plus simplement nos passages de niveaux, tout ceci nous fera gagner des points qui serviront de monnaie pour pouvoir accéder aux nouvelles armes et leur acheter des accessoires. Ce système augmente grandement la durée de vie du mode multijoueur et ne fait que renforcer l’intérêt que les joueurs y portent. Ajouté aux prestiges, ce système est vraiment un gros bonus.
 

AOUAROUROUROUAOUOAOUROURGH !

Enfin, maintenant que vous savez à peu près tout, il est temps de laisser place à ce dont on parle moins, comme par exemple la présence du mode Zombie. Ce mode de jeu qui vous fait affronter des vagues de zombies tous plus moches les uns que les autres avait rencontré un grand succès dans Call of Duty : World at War. Pourquoi ne pas continuer à l’utiliser ? De plus, le système de points gagnés en tuant des zombies renforce le suspense parce qu’on ne sait pas trop quand on en aura assez pour se procurer de nouvelles armes ou faire le plein de munitions. Une notion de gestion, donc, à laquelle il faut faire attention.
 
 
Les petits plus du jeu sont également des éléments qu’on voit passer sans forcément y prêter attention. Par exemple, on retrouve M. McNamara, l’un des héros de la série Nip Tuck dans ce jeu, on aperçoit un certain président américain en train de tailler le bout de gras avec Castro et Reagan, etc. Les musiques également. Certains n’y font absolument pas attention mais c’est un élément clé. Si les bandes originales de films sont très appréciées, on peut en dire autant de celles de certains jeux. Grâce à la puissance d’Activision, on se plait à reconnaître quelques gros tubes bien ancrés dans la mémoire collective et donc à apprécier certains passages beaucoup plus que d’autres. Dans un autre registre, la manipulation des engins est peut-être LE mauvais point de ce jeu. Parfois, il faut savoir se limiter à ce que l’on sait faire, et TreyArch n’est définitivement pas fait pour pondre des jeux de courses. Que ce soient les motos, les voitures, les bateaux ou les avions (hélicoptères), aucun de ceux-ci ne se manie correctement et cela laisse donc une impression de bourrinage dénué de sens. C’est bien dommage. Mais après tout, qu'est-ce que quelques scènes de loupées au milieu de tout le reste ?
 

Article rédigé par Neji , le

Call of Duty : Black Ops est un bon jeu. Voila une phrase qui résume bien cet article. De la mise en scène à la réalisation en passant par le design et l’intérêt que les joueurs portent au jeu, chaque point a été soigné et travaillé dans les moindres détails. L’intrigue est prenante et l’immersion est totale. Les fans du genre trouveront leurs marques en moins de temps qu’il n’en faut pour manger une chipolata crue et les néophytes seront ravis de faire les leurs sur un titre de qualité. Call of Duty : Black Ops mérite son titre de blockbuster de fin d’année.

Points positifs

  • Scénarisation
  • Musique
  • Immersion
  • Multijoueur

Points négatifs

  • Maniement des véhicules
  • Liste des amis online
  • Le doublage en français

Commentaires