Test : Supremacy MMA

Supremacy MMA - PS3

Genre : Combat libre réaliste et violent

Date de sortie : 23 septembre 2011

Genre
Combat libre réaliste et violent
Date de sortie
23 septembre 2011 - France
Développé par
Kung Fu Factory
Edité par
505 Games
Disponible sur
PS3, Xbox 360

Les jeux de baston 2D font leur come back, ça n'a échappé à personne. Et, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, le MMA a le vent en poupe. THQ a ouvert une brèche avec UFC Undisputed, EA s'y est engouffré allègrement avec EA Sports MMA... "Alors pourquoi pas nous ?" s'est probablement demandé 505 Games qui nous propose aujourd'hui Supremacy MMA qui surfe un petit peu sur les deux vagues à la fois.

 
 
Allez, on se fait un petit rappel de l'histoire du combat libre. A la base, un mec nommé Helio Gracie fonde une école d'un dérivé du jujitsu au Brésil, pensant le sport pour être le plus efficace possible dans un combat où tous les coups ou presque sont permis. Un peu plus tard, un de ses enfants, Rorion, monte la première compétition d'Ultimate Fighting aux Etats Unis et met son frère Royce sur le ring pour prouver que leur art, nommé aujourd'hui jujitsu brésilien, est le plus efficace. A l'époque, il n'y a presque pas de règles puisque les combattants sont en cage, il n'y a pas de catégorie de poids, il n'y a même pas de round d'ailleurs et les combats se déroulent les uns après les autres durant la même soirée. Il est d'ailleurs fréquent qu'un combattant, même gagnant, soit obligé de forfaiter le match suivant tant les séquelles sont nombreuses. Pour la petite histoire, Royce Gracie a remporté les deux premiers UFC et a abandonné au cours du 3e, incapable d'assurer sa finale après une victoire difficile en demi. Les championnats d'UFC s'enchainent et évidemment un jour, on renifla le filon. Afin de pouvoir retransmettre les matchs d'UFC à la télévision et de vendre les droits très chers, la compétition se détend un peu et devient plus "encadrée". Des rounds, des catégories de poids, plus de coups interdits, le free fight s'offre une seconde jeunesse en passant par la case sagesse. S'en suit le succès qu'on lui connait, des adaptations vidéo-ludiques réussies, etc... Ah oui, le jeu ?
 

Et si je m'essuyais les pieds sur tes côtes ?

Supremacy MMA a la volonté de bien faire, très sincèrement. D'abord, il offre quelques têtes d'affiche connues non négligeables, comme le français Jérôme Le Banner, champion de K1 et autres compétitions toutes aussi violentes, ou encore Jens Pulver, triple champion d'Ultimate Fighting Championship, ou même Mongkhon Wiwasuk ( mais vous pouvez l'appeler Malaipet ), légendaire boxeur de Muay Thaï. Chacun possède sa propre petite histoire scénarisée et inspirée ( plus ou moins ) de sa véritable biographie. Ces scénarios ont, malgré une mise en scène un peu cheap ( à savoir des images fixes doublées ), un certain charme et se révèlent contre toute attente plutôt plaisants à suivre. Le souci, là comme ça de but en blanc, c'est qu'ils sont une douzaine à se coller sur la tronche quand les concurrents principaux en affichent une petite centaine. Mine de rien, ça fait une sacrée différence et du coup, on tourne rapidement en rond. La bonne surprise, c'est que les combattants sont plutôt bien modélisés, tout comme leurs décors respectifs d'ailleurs. Les coups font saigner, le matraquage de côtes montre les débuts d'hémorragies internes, et même parfois les membres se brisent en fin de combat. Chacun possède une spécialité, Muay Thaï, MMA, Kickboxing, Judo, Karaté, Soumission, etc.
 

J'en connais une qui va te dire bonjour à la gueule

Contrairement à UFC ou MMA, les combats sont en réalité entièrement en 2D et on se tourne autour uniquement à l'occasion d'une prise qui change un petit peu la position des adversaires. L'intention de Supremacy MMA est plutôt évidente, tenter de rendre le combat libre plus "accessible" aux joueurs, peut-être plus intuitif, en abandonnant un peu le superflu pour ne garder que l'essentiel. Coups simples, esquives, tartes concentrés, prises de soumission et contres, voilà de quoi est bâti le système de combat de Supremacy MMA. Le souci, c'est qu'à vouloir faire simple, on tombe hélas de dans le simpliste. Le système n'est pas stupide en réalité, puisqu'il est surtout basé sur l'esquive et la réplique, qu'elle soit à base de tartes ou de prises de soumission. Certains enchainements sont franchement bien sentis, et la violence des impacts est plutôt bien rendue. Le problème c'est qu'au final, étant donné que c'est la manière la plus efficace de gagner un combat, on se retrouve rapidement à se regarder dans le blanc des yeux, prêts à se contrer mutuellement. Tout d'abord, il y a un certain souci d'équilibre dans le casting des combattants. Tout d'abord, c'est esthétique puisqu'ils n'ont manifestement pas bénéficié du même soin dans la modélisation. Ensuite, c'est physique puisque malgré la volonté d'avoir mis les deux seules gonzesses du roster dans une catégorie à part, les différentes techniques de combat ne sont pas du même niveau. Difficile pour ceux qui ne maîtrisent pas la soumission de s'en sortir hélas. C'est en fait vraiment le simplisme dgameplay et surtout sa redondance qui gène le plus.
 

Article rédigé par JoKeR , le

De bonnes intentions pour Supremacy MMA, notamment celle de donner un gameplay arcade à du Free Fight. Le souci étant que ce système n'est pas vraiment équilibré, se veut assez répétitif et tend finalement vers le simplisme. Peut-être qu'avec plus de possibilités dans le gameplay et une meilleure balance, on aurait obtenu quelque chose de plus pertinent mais en l'état, sans être un jeu catastrophique, c'est hélas loin d'être assez pour égaler les classiques du genre, ou même pour proposer une alternative intéressante.

Points positifs

  • Jérôme "Géronimo" Le Banner
  • Quelques enchainements bien sentis
  • La narration des scénarios personnalisés

Points négatifs

  • Mise en scène des histoires un peu cheap
  • Inégalité dans les capacités des combattants
  • Système de combat trop limité
  • Le roster de combattants trop faible

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires