Test : Dead Space Extraction

Dead Space Extraction - PS3

Genre : Rail Shooter

Date de sortie : 27 janvier 2011

Genre
Rail Shooter
Date de sortie
27 janvier 2011 - France
Développé par
Visceral Games
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
PS3, Wii
Modes de distribution
PlayStation Network

Avec son hit Dead Space 2, Visceral Games en profite pour conquérir définitivement la PlayStation 3. Comment ? En exploitant toutes ses capacités, et notamment le PlayStation Move. Ainsi s’invite sur l’édition limitée de Dead Space 2, et sur le PlayStation Store pour 15€, Dead Space Extraction, un épisode sorti sur Wii il y a quelques temps. Adaptation réussie ?

 
 
La particularité de ce Dead Space Extraction n’est pas mince : c’est un rail-shooter ! Pour les incultes, un rail-shooter, c’est un type de jeu auquel vous avez forcément joué dans les bornes arcades. Oui, vous savez là, ces gros pistolets que vous empoignez pour viser l’écran et pour dégommer un maximum de zombies ! Vous voyez, là ? Très bien. Alors non, DS Extraction ne se veut pas tout aussi pixelisé, et non, vous n’avez pas de gros flingue à la main. Juste un PlayStation Move, et c’est amplement suffisant !
 

Necro Style

L’aventure de cet opus de la série se situe chronologiquement juste avant Dead Space 1, de la découverte du monolithe au refuge dans le fameux USG Ishimura. Idéal pour éclaircir quelques trous noirs dans le scénario. Au fil des chapitres, nous incarnerons différents personnages, ce qui ne change pas vraiment la donne puisque la vue est subjective. Nous en côtoierons également, comme Nicole, la nana d’Isaac, Lexine et Gab, ces deux derniers étant les protagonistes de Dead Space 2 : Severed, et d’autres plus ou moins dispensables. Mais ce qui est drôle ici, c’est la mise en scène. Typique de la série, elle se veut bien réalisée et amène parfois à quelques sursauts, fait assez rare pour un jeu de ce type ! Cependant, elle peut aussi se vouloir longue et assez ennuyante, la faute due à une fréquence d’ennemis assez basse et à beaucoup de dialogues et d’exploration automatiques. En effet, il y aura parfois de longues phases de découverte, compensant leur manque de shoot pur par une sorte de stress parfois haletant, parfois chiant, il faut bien l’avouer.
 
 
Donc, à notre grande surprise, on ne contrôle pas les déplacements de notre personnage. Enfin, c’est un rail-shooter quoi. L’écran défile, et nous, on vise, on tire. Simple comme bonjour ! On re-découvre alors l’incroyable précision du PlayStation Move, ce qui offre un plaisir de minutie impressionnant comparé à une Wii pourtant loin d’être pourave. Si le jeu se voulait très jouable sur la console de Nintendo, l’effet est décuplé sur PlayStation 3. Chapeau. Le gameplay, lui, exploite plutôt bien l’ergonomie de l’appareil même si certaines imperfections sont présentes, particulièrement les touches Croix, Carré, Triangle et Rond qui demandent une bonne appréhension de leur emplacement sur la manette. En effet, passer instantanément d’une DualShock 3 au Move n’est pas toujours évident !
 

Bonjour, je voulais savoir si c’était normal la tentacule géante qui rentre dans le vaisseau et qui gerbe de l’acide sur la dame d’accueil

Visceral Games, ce sont des gars sympas. Conscients que nous n’avons pas tous les moyens ou l’envie d’acheter un PlayStation Move, ils nous ont fourni la possibilité de jouer à Extraction avec une manette classique. Bien évidemment, l’intérêt se voit alors diminué, mais c’est toujours appréciable. De plus, cela nous permet alors de jouer en coopération avec une plus grande facilité : l’un prend le Move, l’autre la DualShock 3, et vas-y mon coco que je te fais du scoring ! Car oui, le score, c’est tout de même un des points majeurs d’un rail-shooter. Si le jeu dispose bel et bien de missions scénarisées dont le but est simplement de s’imprégner encore et toujours de l’univers de Dead Space, une fois terminé au bout d’un après-midi (oui, c’est court), on en a vite fait le tour. On peut certes le recommencer en de nouvelles difficultés pour les trophées ou pour soi-même, mais comment ne pas résister aux dix défis qui nous attendent, nous opposant à des vagues de Nécromorphes toujours énormes ?! On ne peut pas, tout simplement ! On reprend alors plaisir à démembrer avec les armes qui ont fait la réputation de la série (sacré cutter plasma, <3 ) pour, à la fin du niveau, admirer le nombre de points obtenus pour espérer rivaliser avec les plus balèzes galaxie. cependant, ne comptez pas y jouer pendant des mois durant : c’est forcément lassant !
 
 
Du côté réalisation, Extraction s’en sort tout à fait. L’effet HD rend diablement bien et, sans atteindre celle de Dead Space 2, on se retrouve avec une version bien plus agréable à la vue que sur Wii, qui était pourtant fort jolie. La bande-son, elle, est en dessous du deuxième opus, mais est également convaincante. Bref, du bon, du pas cher, et du gore.
 

Article rédigé par Naxi , le

Dead Space Extraction sur PS3, c’est pareil que sur Wii, en mieux. Pas non plus de quoi se rouler par terre en bénissant les développeurs, mais force est de constater que les performances du PS Move et le rendu HD ont donné un petit coup de boost à un jeu déjà très correct auparavant. Disponible pour seulement 15 €, ce sera avec plaisir que l’on ira retrouver ce bon vieux USG Ishimura, véritable lieu de paradis et de paix, et de découvrir les pourquoi du comment de Dead Space 1.

Points positifs

  • La mécanique de jeu efficace
  • Le mode multijoueur
  • Le challenge aux petits oignons en niveau de difficulté élevé
  • Le lissage HD convainquant
  • La précision du Move vraiment appréciable
  • 15 €

Points négatifs

  • Les doublages flottants
  • La mise en scène parfois ennuyeuse et convenue...
  • 3,5 Go d'installation

Commentaires