Test : Transformers : La Chute de Cybertron

Transformers : La Chute de Cybertron - PS3

Genre : Action

Date de sortie : 21 août 2012

Il faut être honnête. Quand on voit arriver un jeu tiré d’une franchise, comme Transformers, on se dit rarement qu’on va passer un moment vidéoludique inoubliable. C’est même tout le contraire. Pourtant, une fois de temps en temps, un jeu vient plus ou moins nous contredire. Après La Guerre pour Cybertron, ce nouvel opus de Transformers, sous-titré la chute de Cybertron, en fait partie.

 
 
Ce Transformers : La Chute de Cybetron, avec son prédécesseur La Guerre pour Cyberton, auraient pu être renommés Transformers Begins. En effet, les évènements comptés dans ces jeux relatent tout ce qui a mené les Autobots et leurs ennemis les Decepticons à arriver sur notre bonne vieille planète et taper la causette avec Shia LaBeouf et Megan Fox. De ce fait, le scénario de cet opus est bien mené même s’il ne vous ébouriffera pas outre mesure. Alors que le précédent opus comptait les affrontements entre Autobots et Decepticons, celui-ci se penche plus sur, comme le dit son titre, l’apocalypse de Cybertron et comment les Autobots et les Decepticons, tout en n'oubliant pas de se taper sur la gueule, essayent de trouver une autre planète pour vivre.

Le jeu vous fera interpréter les deux camps. Comme le premier, diront ceux qui suivent le dossier depuis La Guerre pour Cybertron. Certes. Certes. Mais, cette fois, il n’y a pas le choix entre deux campagnes (une Decepticon et l’autre Autobot). Dans La Chute de Cybertron, il n’y a qu’une seule campagne dans laquelle vous alternez entre Autobot et Decepticon. Ce qui est un peu désarçonnant et a de quoi rendre schizophrène. Ainsi, dans un chapitre vous vous évertuez à récupérer de l’énergon (l’énergie pour les Transformers) en tant qu’Autobot et dans la suivante vous êtes un Decepticon qui essaye de s’emparer de l’énergon en question. Cela dit, ce genre de retournement de chemise serait un bon entrainement pour la politique.
 

L’avantage, c’est qu’il n’y a pas Shia Labeouf…

Mais cette alternance entre les deux camps a un avantage indéniable, le jeu est très varié. Même dans un seul camp vous interpréterez une multitude de robots. Ce qui vaut le coup, c'est que chaque robot à un pouvoir spécial. Optimus Prime peut appeler des bombardements destructeurs. Un autre peut devenir invisible ce qui fait un chapitre un peu infiltration. Un dernier aura une épée, ce qui donnera un niveau beat’em all avec un nombre impressionnant d’ennemis à charcler. A cela s’ajoutent les transformations. Mais le bilan est moins dithyrambique en ce qui les concerne. Elles permettent aussi de belles variations de gameplay. En effet, avec les transformations en voiture ou en avion, il y a des passages adaptés à ces moyens de transports. Malheureusement, en dehors de ces zones, on a tendance à éviter les transformations. Avec une maniabilité un peu douteuse, les véhicules ne sont pas très pratiques dans les couloirs. Tout juste pourra-t-on les ressortir pour profiter des armes propres aux transformations.

La seule transformation que l’on apprécie à fond est celle en dinosaure lors des niveaux avec Grimlock. Le bougre peut se transformer en T-Rex qui détruit tout sur son passage. Assez jouissif, il faut l’avouer. Bon, tout cela n’est pas révolutionnaire. Et les différentes variations de gameplay sont loin d’êtres transcendantes en elles-mêmes. Mais le tout réuni dans une campagne fait vraiment plaisir et donne envie de continuer l’aventure. Bref, tout ça se greffe sur un gameplay de TPS tout ce qu’il y a de plus classique. Vous avancez, vous tirez, vous ne pouvez transporter que deux armes… Le seul regret à ce niveau-là est l’impossibilité de pouvoir se mettre en couverture. Surtout quand les ennemis le fond à foison. Mais au final, le jeu est un vrai petit plaisir non-coupable. Pour assouvir vos pulsions destructrices, une belle variété d’armes est disponible. Il est aussi possible de les améliorer chacune avec des crédits récupérés sur le champ de bataille. Et après trois améliorations, vous obtiendrez une attaque spéciale bien utile en combat.
 

Mais y a pas Megan Fox non plus en revanche…

D’autant plus que le jeu s’en tire bien au niveau des graphismes. Bien sûr, en cherchant dans les détails, on peut trouver des textures un peu approximatives mais le spectacle pour les mirettes est assuré. Cependant, les décors sont loin d’être variés et la planète Cybertron n’offre pas beaucoup de couleurs chatoyantes. La musique est sympathique également mais elle se répète beaucoup. Le jeu pourra être cependant un peu too much avec son déluge d’explosions, de musiques épiques et de robots qui gueulent. Mais cela fait un peu le charme de la saga et fait que le jeu est un peu "Michael Bay approved". Au final, vous passerez une petite dizaine d’heures sur le solo. En revanche, le jeu est bugué à ne plus savoir qu'en faire. Il y a surtout des freezes à répétition et quelques autres bugs bien relous. Une mise à jour est sortie récemment mais on n'a pas pu la tester assez longtemps pour savoir si les bugs avaient été éradiqués.

A cela s’ajoute un mode multijoueur plutôt bien fait. Les modes proposés sont loin d’êtres originaux. Il y a le match à mort par équipe, la capture du drapeau et un simili mode horde avec ses vagues d’ennemis successives. Il y a aussi le mode conquête, où il faut contrôler trois points stratégiques pour remporter des points jusqu’à 400, et un mode où il faut tuer les ennemis mais récupérer leur spark pour le ramener dans une zone définie. Cela reviendrait, dans Call of Duty, à arracher le cœur de ses ennemis pour le ramener à la base. Tout ces modes sont sympathiques et le fait de pouvoir se servir des transformations et des pouvoirs du mode solo est agréable. La structure en arène des maps permet d’ailleurs d’utiliser plus facilement les transformations dans ce mode.
 

Article rédigé par Neo , le

Au final, les équipes High Moon Studios ont appris un peu des erreurs du précédent opus. Ils nous proposent une aventure variée avec un scénario un peu plus étudié et un gameplay plutôt bien géré. Le problème reste les transformations que l’on utilise de manière trop sporadique. Les pouvoirs de chaque Transformer sont en revanche plutôt bien vus. Le jeu est un peu plus court que le premier, mais cela est contrebalancé par un mode multijoueur bienvenu.

Points positifs

  • Un gameplay varié et efficace
  • Un bon mode multijoueur
  • Une réalisation honnête
  • Les dinobots
  • Les transformations sont toujours aussi sympas...

Points négatifs

  • ... mais toujours aussi peu utilisées
  • Pas mal de bugs
  • Pas de couverture

Commentaires