Test : The Unfinished Swan

The Unfinished Swan - PS3

Genre : Jeu en noir et blanc

Date de sortie : 24 octobre 2012

Genre
Jeu en noir et blanc
Date de sortie
24 octobre 2012 - France
Développé par
Giant Sparrow
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3, PS4, PSVita
Accessoires compatibles
Playstation Move
Playstation Move
Modes de distribution
PlayStation Network

A chaque fois c’est un réel plaisir de tester un jeu qui sort de l’ordinaire. C'est pas que les gros jeux à la Assassin's Creed ou à la Uncharted soient déplaisants, évidemment, mais un peu d’originalité et de fraicheur fait toujours du bien. Unfinished Swan est typiquement ce genre de jeu, et vous fait vivre une aventure hors du commun.

Test effectué à partir d'une version PS3

 
 
Unfinished Swan c’est l’histoire de Monroe, un petit enfant dont la maman est morte, laissant derrière elle des peintures inachevées. Ne pouvant en choisir qu’une seule, il prend celle avec un cygne dessus. Malheureusement, le lendemain le piaf a disparu laissant des empreintes dorées derrières lui. Monroe décide de le poursuivre et se retrouve transporté dans un monde un peu spécial.
Le jeu prend la forme d’un conte pour enfant à la Perrault et comme tous les contes de ce genre, l’histoire de Unfinished Swan, bien que féérique, est quelques fois cruelle et dure. Il vous faudra faire le jeu pour découvrir pourquoi. Chaque passage vers un nouveau chapitre est conté avec une voix-off féminine un peu comme si c’était notre mère qui nous la racontait. Tout est fait pour nous faire retomber en enfance, ce qui n’est pas pour nous déplaire.
 

Plus blanc que blanc

Lorsque Monroe arrive dans le nouveau monde, une chose le frappe rapidement. Il n’y a rien. On ne voit rien. Rien du tout ! On avance, on recule, mais on ne sait pas si ça sert à quelque chose. On sait que l’on marche car le bruit des pas se fait entendre. Mais sans les bruits, on ne le saurait même pas. Heureusement, Monroe possède une capacité un peu particulière, celle de lancer des ballons remplis d’encre noire. On en lance un, deux, et là c’est la révélation. En explosant, l’encre se répand un peu partout et dévoile le décor qui nous entoure. Un peu déroutant au début, on avance donc à tâtons en lançant à droite et gauche des ballons pour trouver le chemin.
On commence donc dans une pièce, puis on passe dans un couloir qui débouche dans une espèce de grand jardin avec une rivière. On lance à répétition des ballons, on traverse un pont qui nous fait déboucher sur une petite colline que l’on escalade, à moins que cela soit les remparts d’un château, on se retourne, et là c’est le drame. On se retrouve alors face à l’endroit où nous étions 5 minutes auparavant et l’on découvre un paysage noire et blanc magnifique, un peu comme une peinture qui aurait était faite uniquement à l’encre de Chine. C’est magnifique et on reste ébahi devant le rendu graphique de la scène.
 

Une expérience graphique

A ce moment, on comprend que Unfinished Swan est avant tout une expérience graphique hors du commun. Sans spoiler, cette intuition sera confortée tout au long du jeu. Chaque nouveau chapitre sera l’occasion de nous impressionner et de nous faire du bien aux yeux avec de nouveaux styles graphiques.
A ce moment du jeu on commence également à avoir peur … Est-ce que je vais passer le reste du jeu à avancer à tâtons et à balancer des ballons d’encre pour me frayer un chemin ? Ça risque d’être un peu ennuyeux à la longue quand même ! Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas le cas. De chapitre en chapitre le gameplay va lui aussi s’enrichir et se complexifier pour proposer de nouveaux challenges et donner l’envie au joueur de continuer. Ce qui n’est pas un mal, car même si l’histoire est un conte enfantin, on a envie d’en connaître le dénouement !
 

Un gameplay original

Autant poser le contexte dès le début. Le gameplay est intimement lié à l’histoire et je ne veux en aucun cas vous spoiler. Il va donc falloir vous expliquer que ce dernier est original et intéressant sans pour autant vous le décrire. Dur !
Pour commencer sachez que le jeu se joue à la première personne tel un FPS. Il peut se jouer à la manette mais aussi au Playstation Move. Ce dernier reste évidemment le choix de prédilection pour une telle expérience. Le jeu se décompose en 4 grandes parties, chacune proposant une manière différente d’utiliser vos ballons. Les situations seront également différentes. Il vous faudra des fois trouver des mécanismes pour ouvrir un passage, d’autre fois il vous faudra sauter de plates-formes en plates-formes. Il vous faudra aussi vous dépêcher, à certains moment, vous donnant ainsi une petite poussée d’adrénaline. Cette variété apporte énormément de fraicheur au jeu qui aurait pu tomber dans la facilité de son originalité et ainsi rester dans la médiocrité de la redondance. Unfinished Swan se renouvelle et ne vous laisse pas le temps de vous ennuyer durant les 4 à 5 heures de jeu qu’il demande.
Il y a de plus un petit fil rouge durant lequel il vous faudra récupérer des ballons pour pouvoir ensuite acheter des petits bonus. Rien de fondamentalement indispensable, cette collecte de ballons vous demandera de fouiller les moindres recoins pour tous les trouver. Cela rallonge un petit peu la durée de vie et vous pousse à refaire certains niveaux pour être sûr de tout avoir bien trouvé. Une quête annexe qui est donc la bienvenue.
 

Article rédigé par Wildchoc , le

Unfinished Swan est un très bon jeu qui propose une expérience originale et réellement agréable tant sur le plan graphique que sur le plan du gameplay. Son côté conte pour enfant apporte également de la fraicheur et vous fera retomber en enfance. Si vous aimez les expériences originales alors foncez vous le procurer (enfin vu que c'est le PSN pas besoin de foncer, connectez vous, ça suffira), et si vous ne les aimez pas vous n’êtes qu'un triste personnage.

Points positifs

  • Les graphismes
  • L’originalité
  • Le renouvellement du gameplay

Points négatifs

  • Court

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

32 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires