Test : Final Fantasy XIII

Final Fantasy XIII - PS3

Genre : RPG

Date de sortie : 09 mars 2010

Final Fantasy XIII, en voilà un titre qui s'est fait attendre. Une horde de fans est déjà postée devant l'entrée de la Fnac, guettant la sortie de LA licence enfin disponible sur consoles Next Gen. Est-ce que le fan moyen a raison de se ruer sur le titre ? Est-ce que le néophyte peut se jeter à corps perdu dans la saga, et commencer par le 13 sans avoir vu les 12 épisodes précédents ? C'est que nous allons essayer de déterminer.

 
 
Japonaise jusqu'au bout des ongles, la licence Final Fantasy n'en finit pas de s'agrandir. Entre la saga principale (13 opus, un 14e en préparation) et toutes les préquelles, séquelles, spin-off, cross-over et autres éditions spéciales, vous pouvez compter déjà plus de 70 jeux différents, bien souvent déclinés sur plusieurs supports. Et entendons-nous bien, on ne compte pas les animes et autres dérivés non vidéoludiques. Mais la saga a de quoi plaire. Extérieurement, il faut bien avouer qu'on a parfois tendance à dire "c'est beau mais on ne comprend rien". Ce n'est pas faux. Les histoires sont alambiquées, tordues, poétiques, artistiques donc parfois difficiles à saisir... bref, correspondent à un public bien particulier. Mais il faut avouer qu'une fois dans l'histoire, il est difficile d'en décoller le crâne. Final Fantasy XIII ne déroge pas à la règle, c'est magnifique et l'histoire existe. Que l'on y adhère ou pas, il existe un scénario et il est pensé. Loin d'être un prétexte à l'action, celui-ci se déroule à travers de magnifiques vidéos, qui d'ailleurs occupent peut-être plus de place que l'action elle-même. Autant dire qu'il vaut mieux accrocher et savoir lâcher la manette toutes les 5 minutes pour apprécier quelques jolies images.
 

Vous pouvez suivre Sam, la vérité est au bout du couloir

Final Fantasy XIII vous propulse dans un scénario dont seul Square Enix a le secret. Dans un monde à la frontière entre l'Heroïc Fantasy et le Cyberpunk, vous suivrez les aventures d'un groupe de héros recherchés pour le seul crime d'exister. Bien sûr, l'histoire est extrêmement plus compliquée et nous n'allons ni spoiler, ni raconter bêtement ce qui vous pousse à agir en tant que fugitifs, mais pour résumer, sachez que le scénario est très bien pensé et vous donnera envie d'en découvrir la suite pour peu que vous y accrochiez. Effectivement, il faut parfois aimer les héroïnes un peu nunuches et ne pas s'étonner de voir un gamin de 12 ans philosopher avec la perspicacité de Freud sur la situation actuelle, sa vie, son but, mais dans l'ensemble, on se prend facilement au jeu. Hélas, l'aventure se déroule avec une incroyable linéarité. En effet, si dans les précédents opus on vous demandait, au moins en surface, parfois votre avis, qu'il y avait des dialogues auxquels vous pouviez répondre ce que vous vouliez, c'est ici complétement oublié. Vous devez emmener vos personnages d'un point A à un point B, et tout détour est absolument impossible.
 
 
Vous ne visiterez pas grand chose d'autre que ce qu'on vous impose, tant et si bien qu'on finirait presque par être claustrophobe à force de traverser des couloirs et de se retrouver dans des espaces confinés. C'est clairement sur ce point que FFXIII déçoit. Vous n'aurez pour missions secondaires que des chasses dans un univers ouvert très limité, et auquel vous aurez accès après la bagatelle d'une trentaine d'heures de jeux. Si vous décidez de réaliser toutes les missions secondaires, terriblement similaires, vous pouvez ajouter une vingtaine d'heures à une durée de vie qui, de base, atteignait déjà les cinquante heures de jeu. Mais le fait est que dans cet opus, vous avez perdu votre liberté d'action, déjà toute relative dans les épisodes précédents. Un choix artistique disent les développeurs, une approche du pied vers le marché US qui ne digère que très peu les jeux typiquement nippons diront les détracteurs.
 

C'est beau. C'est Chocobeau même

Final Fantasy est, clairement, un gage de qualité certaine. Techniquement, le jeu est d'ailleurs absolument irréprochable. Les graphismes sont superbes, pour peu évidemment que l'on soit sensible aux démonstrations de force technique. La résolution s'affiche même en 1080p sur Playstation 3 et celle-ci s'offre du même coup son premier jeu affichant de meilleurs graphismes que sur Xbox 360. Les vidéos réalisées avec le moteur du jeu sont incroyablement jolies et se mêlent aux autres performances graphiques pour afficher un résultat final incroyable. Oui, Final Fantasy c'est aussi ça. Simplement le plaisir des yeux, et de ce côté, il ne déçoit pas un seul instant. Mais outre la performance graphique, on appréciera un système de combat simple et efficace qui finalement donnerait plus dans la stratégie que dans le role-play. Vous ne contrôlez maintenant qu'un seul membre de l'équipe directement, à savoir le leader. Vous n'avez pas le choix de vos équipiers durant la première moitié du jeu, et la composition de votre team vous sera imposée au rythme de l'histoire. Les groupes se font, se défont, se dispatchent, s'embrouillent et s'embrassent, tant et si bien que pendant 25 heures vous pourrez tester les alliances de plusieurs personnages et donc différentes tactiques. En effet, si vous ne contrôlez véritablement que votre leader, vous pouvez mettre au point des stratégies afin de combattre les ennemis.
 
 
Chaque héros a plusieurs rôles auquel il peut accéder : Attaquant (spécialiste des attaques physiques), Ravageur (spécialiste des attaques magiques), Saboteur (pour affaiblir l'ennemi), Tacticien (pour renforcer l'équipe), Défenseur (pour attirer les coups et renforcer sa défense) et enfin Soigneur (comme son nom l'indique). Vous définissez en dehors des combats plusieurs stratégies que vous programmez afin d'être utilisables en combat. Si vous n'avez pas le contrôle direct de vos coéquipiers, ceux-ci sont fort intelligents et savent quoi faire avec le rôle que vous leur donnez. A vous de choisir la meilleure tactique, en fonction des faiblesses des adversaires que vous affronterez. Il faut bien sûr alterner les stratégies en cours de combat, quitte parfois à prendre TRES longtemps à défaire un ennemi difficile. Trop d'ardeur et de précipitation peut vous causer beaucoup de soucis, et une mort rapide. Le combat se termine à la mort de votre leader, les autres pouvant être réanimés en cours d'action. Le rythme est parfois harassant et la difficulté assez élevée dans son ensemble. Vous serez surpris du temps que vous pouvez passer pour défaire un adversaire coriace. En fonction du temps que vous mettez à éliminer vos ennemis d'ailleurs, vous serez noté à la fin de chaque combat et obtiendrez les récompenses en fonction de vos aptitudes.
 
 
Les personnages et les armes évoluent en fonction de ce que vous décidez. En fonction des rôles que vous avez attribués à chaque protagoniste, à vous de renforcer leurs qualités ou compenser leurs défauts pour créer les meilleurs combinaisons de personnages et de tactiques. Les armes évoluent aussi selon ce que vous voudrez bien y consacrer, en revanche l'argent est une notion que, si l'on ne peut tout de même pas la qualifier d'inutile, n'est toutefois pas primordiale. Si toute la partie stratégique de FFXIII est extrêmement efficace, il faut avouer que la partie exploration et liberté manque cruellement. Finalement, Final Fantasy XIII est vraiment un très bon jeu, mais qui a de quoi déplaire aux fans de la série qui ne retrouveront peut-être pas tout ce qu'ils ont pu apprécier dans les différents épisodes. Pourtant, il reste un très très bon jeu, qui ne manquera pas de trouver son public, ne serait-ce que pour sa réalisation minutieuse et son système de combat très très bien pensé.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Difficile de noter ce Final Fantasy XIII. Il représentera à coup sûr une déception pour certains fans de la série qui y verront une régression. Pourtant, il reste un très très bon jeu d'un point de vue stratégique et technique. A conseiller tout de même les yeux fermés, même s'il risque toutefois de ne pas incarner les attentes de tous.

Points positifs

  • Graphismes époustouflants
  • Plus de 50 heures de jeu
  • Scénario travaillé
  • Côté stratégique très bien pensé

Points négatifs

  • L'aventure est un long, un très long, un très très long couloir.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires