Preview : EVE : Valkyrie

EVE : Valkyrie - PS4

Genre : Multijoueur spatial

Date de sortie : 13 octobre 2016

Genre
Multijoueur spatial
Date de sortie
13 octobre 2016 - France
Développé par
CCP hf.
Edité par
CCP hf.
Disponible sur
PC, PS4
Accessoires requis
PlayStation VR
Accessoires compatibles
PlayStation VR
Modes de distribution
PlayStation Network
Site officiel
Site officiel

Qui n’a jamais rêvé de conduire son propre vaisseau spatial, de faire des loopings jusqu’à gerber en apesanteur tout en tirant des lasers à l’arrache ? Avec Eve : Valkyrie, c’est enfin possible. Plus ou moins. Disons qu’en fait, tu restes toujours sur la chaise de ta cuisine, et tu auras beau essayer de sauter sur place au ralenti en disant des phrases légendaires, tu seras toujours un peu ridicule. Mais la réalité virtuelle, la fameuse, permet quand même de s’y croire pas mal.

C’est dans une salle annexe au Paris Games Week que CCP, conjointement avec la compagnie Oculus Rift, a convié plusieurs journalistes à l’essai de son prochain jeu EVE : Valkyrie. Se situant dans le même univers que le jeu EVE : Online, Valkyrie est un projet fonctionnant entièrement sous l’Oculus Rift. Pour rappel, si jamais vous habitiez dans une tente en pleine jungle inca, il s’agit là d’un casque de réalité virtuelle très prometteur et qui a notamment lancé la grosse mode de la VR chez les autres constructeurs. En d’autres termes : c’est novateur, bien foutu et extrêmement immersif.

Val-Kilmer-Rie #jeu2mots

Et quel plaisir de pouvoir renfiler cet appareil sur sa petite caboche… À peine l’engin installé que l’on pénètre immédiatement dans l’ambiance galactique de Valkyrie. Encore une fois, tout cela est bien bluffant : alors que l’on admire bouche bée la cabine de notre vaisseau, bien sûr modélisée à 360 degrés, et notre nouveau corps de pilote aguerri (cette phase où l’on baisse la tête pour apprécier son propre buste est toujours déroutant), le tableau de bord s’illumine pendant le chauffage des moteurs. On peut y voir le HUD, incrusté par le biais d’hologrammes, avec la quantité de boost restante, nos munitions, les différentes jauges… Puis, les rampes de lancement s’allument et dégagent une profondeur excitante. Compte à rebours, accélération, manette en mode vibro-masseur puis le vide total de l’espace à une vitesse folle. DYSNEYLAND PUTAIN.


La recette de la Val Qui Rit enfin dévoilée

On s’amuse alors à se balader au milieu de notre flotte, avant l’arrivée d’une multitude d’ennemis qu’il nous faudra dégommer. Pour ce faire, la gâchette droite servira à tirer à la gatling droit devant soi tandis que la gâchette gauche sera attitrée au verrouillage automatique : on devra alors placer le réticule sur l’ennemi (grâce à sa tête et non au joystick !) puis relâcher le bouton une fois l’adversaire sélectionné. Cette petite manipulation semble bête mais prend tout son sens une fois en combat : on se retrouve alors à poursuivre des vilains en tirant comme un dératé tout en matant sur les côtés, voire derrière soi, pour contrer les vaisseaux opposants. Un peu comme dans un réel avion de chasse. Ajoutez à cela la possibilité de faire des loopings et vrilles gigantesques et vous avez un bon aperçu des sensations offertes par EVE : Valkyrie : on a même réussi à avoir des vertiges. Le feu.


Article rédigé par Naxi , le

Plus c’est long, plus c’est bon ? Ma sœur en kilt ouais. La démo présentée avait beau durer cinq minutes, on a rarement autant pris notre pied à s’engager dans une bataille spatiale. Les sensations délivrées par l’Oculus Rift sont, encore une fois, délirantes et permettent d’accéder à un nouveau créneau d’émotions, atteint par un jeu simple mais très bien pensé. Quand on sait que le titre disposera d’un énorme multijoueur et qu’il sera aussi disponible sur PS4 avec le PlayStation VR, on ne peut que piétiner d’impatience.

A propos de l'auteur

Naxi

Naxi

22 ans | Chasseur de cool

Guinness, Bacardi et 9mm : âgé de 20 ans, Naxi est le testeur le plus jeune de l'équipe. Embauché dès l'âge de quinze piges dans la rédaction, il se débrouille pour écrire sur sa passion entre deux soirées alcoolisées où se mêlent Tekken buveur, basses acidulées et lancers de nains roux. Une vie étudiante ponctuée par son addiction à Devil May Cry et son goût des bonnes femmes qu'il tente désespérément d'approcher par sa "voix d'acteur porno". Drôle d'énergumène.

Contacter

Commentaires