Test : Geronimo Stilton : Le Royaume de la Fantaisie

Geronimo Stilton : Le Royaume de la Fantaisie - PSP

Genre : Enigmes choupinettes

Date de sortie : 02 novembre 2011

Genre
Enigmes choupinettes
Date de sortie
02 novembre 2011 - France
Développé par
Virtual Toys
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PSP

Personnage très connu au pays des macaronis, Geronimo Stilton débarque dans nos petites PSP françaises, plutôt discrètement d’ailleurs. Et il y a de quoi : la bête ose se confronter au maître incontesté des jeux à énigmes, ce cher Professeur Layton. Vous avez un petit frère qui devient de plus en plus insupportable à l’approche de Noël ? Mettez-lui le jeu entre les mains, ça l’occupera. Enfin, peut-être.

 
 
Vous incarnez Geronimo Stilton, une souris italienne parlant français et portant un nom de fromage anglais (WTF ?!), qui va se lancer dans des aventures rocambolesques. Notre héros, un peu maniéré soit dit en passant, est rédacteur en chef de l’Echo des Rongeurs, journal bien connu à Sourisia, et écrivain à ses heures perdues. Lors d’une panne de courant, le pauvre rongeur monte dans son grenier pour trouver des bougies, mais y dénichera plutôt un mystérieux coffre contenant un message codé. A peine a-t-il le temps de se demander ce que veut dire cette lettre qu’un escalier magique apparaît devant lui. Inutile de vous dire que, évidemment, il ne réfléchit pas une seconde et monte les marches une à une. Et là PAF ! Il se retrouve au Royaume de la Fantaisie où l’attend une grenouille répondant au doux patronyme de Scribouillardus. Ce dernier parvient à déchiffrer le message : la Reine des Fées est en danger, et c’est à notre brave journaliste d’aller la sauver.
 

GERONIMOOOOOOOO !!!

Le Royaume est divisé en plusieurs petits royaumes renfermant chacun une race de créatures légendaires. Il sera ainsi possible de croiser pendant son périple des sirènes, des dragons, des sorcières ou encore un géant. Afin de pouvoir atteindre le palais de la Reine des Fées, il faudra d’abord traverser toutes ces contrées. C’est là que la galère commence pour nos deux compères, car les autochtones ne se montrent pas spécialement coopératifs. En effet, chacun demandera au rongeur de résoudre une énigme pour pouvoir passer ou pour obtenir un objet spécial. C’est à ce moment précis qu’il faudra mettre ses méninges en route. Au menu des festivités : énigmes, épreuves de logique, d’adresse, mini-jeux et autres labyrinthes. Bien entendu, vu que le jeu s’adresse à des enfants ne dépassant pas les 12 ans, un joueur averti n’aura aucun problème à avancer. En revanche, votre petit frère n’aura de cesse de vous demander de l’aider parce que bon, ça commence un peu à l’énerver là. Vous qui espériez être peinard, c’est loupé.
 
 
En plus des énigmes, il faudra parfois donner des objets aux protagonistes. Pour ce faire, le joueur dispose d’une boutique dans lequel il peut faire ses emplettes. Chaque babiole coûte un certain nombre de Florins que l’on récupère en résolvant les énigmes. En revanche, il s’agit de bien faire puisque le nombre de pièces diminue à chaque tentative. Concrètement, si vous réussissez du premier coup, 10 Florins dans la poche. Du deuxième coup, seulement 7. Une troisième tentative ? Plus que 4, et ainsi de suite. Heureusement, pour les moins doués d’entre nous quelques mini-jeux proposent de gagner facilement une certaine quantité de Florins (casse-briques, tetris…) afin de renflouer les caisses.
 

Du style mais des tonnes de défauts (t’as pigé le jeu de mots ?)

Le jeu est joli et coloré, et entre chaque énigme une séquence animée est diffusée afin de faire progresser l’histoire. Plutôt bien doublées, elles risquent cependant d’en agacer quelques uns à cause de la voix-off faisant fortement penser à celle des Teletubbies… Mais voilà, malgré la présence de ces vidéos on ne peut que constater que les énigmes ne se suivent pas forcément de façon logique. Il en résulte une forte impression de jouer à un soft décousu, non finalisé. Mais en même temps, un enfant ne le remarquerait peut-être pas…
 
 
Heureusement, afin de compenser ce problème, la soixantaine de casse-têtes est présente pour le plus grand bonheur des fans du genre puisqu’ils sont bien fichus et souvent amusants. Même si quelques fois, notamment lors des épreuves d’adresse, l’envie de jeter la console est plus que présente. Sans oublier que certaines indications ne sont pas franchement compréhensibles et que le joueur ne pourra que perdre une première fois pour comprendre ce qu’il doit faire. Rageant. Heureusement, le menu principal propose de rejouer tous les puzzles du soft afin de faire mieux et même parfois d’obtenir des trophées. Ce bonus permet d’augmenter quelque peu la durée de vie du titre, qui peut se terminer en seulement cinq heures pour les plus expérimentés.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

Impossible de vous dire le contraire : Geronimo Stilton : Le Royaume de la Fantaisie n’atteint pas la grandeur d’un Professeur Layton. Malgré les énigmes plutôt bien pensées, le jeu souffre de bien trop de défauts, à commencer par une difficulté quelques fois mal dosée. Mais afin d’occuper un enfant quelques heures, c’est quand même pas trop mal. Quant aux autres, regardez Dora l’Exploratrice pendant 5 heures non-stop et vous devriez être dans l’ambiance.

Points positifs

  • Les énigmes plutôt funs
  • Les graphismes
  • Les doublages
  • Les personnages choupinets

Points négatifs

  • Le scénario inintéressant
  • La difficulté
  • La durée de vie
  • L’impression de « décousu »

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires