Test : Gravity Rush

Gravity Rush - PSVita

Genre : Beat'em all / aventure

Date de sortie : 13 juin 2012

Genre
Beat'em all / aventure
Date de sortie
13 juin 2012 - France
Développé par
Team Siren
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PSVita
Parfois appelé
Gravity Daze
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans
 Violence

Lorsque l’on joue à Gravity Rush, on se doute que Sony en a fait son jeu « spécial » qui se démarque de la concurrence, en proposant une identité propre, pour le lancement de la PSVita. Gravity Rush est un titre qui marque, qui vous prend par la main et vous emmène dans un autre monde. C’est un jeu que l’on n’oublie pas. Voyons par quelle alchimie mystique les développeurs ont réussi leur coup ?

 
 
Kat est une jeune fille un peu naïve. Tout ce qu’elle demande c’est être aimée des gens. Etant amnésique, le regard d’autrui est un peu tout ce qui lui reste comme référentiel. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Elle ne le sait pas. Et qui est ce chat qui la suit et semble être à l’origine de ce pouvoir spécial qui va lui permettre de jouer à l' héroïne locale ? Kat peut en effet annihiler la gravité autour d’elle afin de la réaffecter sur le point de son choix. En clair, elle peut changer le référentiel de la gravité, mais seulement pour elle (heureusement car sinon les habitants de la ville dans laquelle elle évolue vivraient de mauvais jours). Et ce pouvoir elle va en user et en abuser pour porter secours aux habitants de Hexaville, sorte de ville onirique qui aurait fusionné avec un univers steampunk, en volant tel superman dans le ciel pour aller sauver la veuve et l’orphelin.
 

Envole moi ! Envoooole moiiiiiii !

Les mécaniques du gameplay sont simples. Le bouton L annule la gravité et vous permet de flotter à l'endroit où vous êtes au moment de la pression. Vous flottez mais vous ne pouvez pas vous mouvoir. Pour se déplacer, il vous faudra appuyer sur R tout en visant le point sur lequel vous voulez affecter la gravité. Faisant cela, vous serez alors attiré par ce nouveau référentiel. En maîtrisant ce concept vous pourrez voler où bon vous semble, mais pas à l’infini car une jauge de pouvoir diminue progressivement lorsque vous êtes dans les airs. Fonction appréciable, tel un Uncharted: Golden Abyss, vous pouvez ajuster votre visé par la capacité gyroscopique de la console mais on lui préfèrera le stick analogique.
Dans le jeu vous aurez également à affronter des adversaires appelés Navi qui sont en quelque sorte des ombres, mix entre une création de Hayao Miyazaki et les Sans cœur de Kingdom Hearts. Pour les tabasser vous aurez droit aux coups de pied classiques avec la touche carrée, mais vous pourrez aussi utiliser cette même commande lorsque vous flottez dans les airs pour effectuer un coup de pied gravitationnel, sorte de dash dans les airs qui se termine par un coup de pied. Vous pouvez également à l’aide de la touche rond stopper la gravité pour un objet et le balancer à la tête d’un Navi en appuyant sur cette même touche. Les esquives quant à elles se font avec l'écran tactile. Un slide vous permet d'esquiver dans la direction souhaitée les attaques des ennemis.
Dans l’ensemble le gameplay demande un petit temps d’adaptation, surtout lorsque l’on doit faire preuve de rapidité, mais reste à la portée de tout le monde car il est assez intuitif.
 

Tu sais que t’as d’beaux yeux ?

Gravity Rush va vous faire vivre un rêve éveillé grâce à son système de jeu qui vous permet de voler. Mais il va aller encore plus loin.
Si l’on doit retenir un seul élément de ce jeu, ça sera sa direction artistique qui est tout simplement à couper le souffle. Techniquement le jeu n’est pas au top, loin de là. Il alliase, les environnements sont un peu vides et la modélisation des objets et autres éléments reste très simple. Mais le choix du Cell Shading couplé à une direction artistique magnifique permet au jeu d’en mettre plein la vue. On a envie d’évoluer dans cet univers steampunk aux couleurs ocre. En fait, on a l’impression d’être dans une BD ou un comics dont on serait le héros. Ce qui tombe bien car l’histoire est contée à travers une BD dont la réalisation n’a pas à pâlir face aux BD papier traditionnelles. La fonction gyroscope permet même de s’amuser à incliner la page sous différents angles afin de donner une fausse impression de relief à la planche en cours. Un effet vraiment bluffant, et un moyen de conter une histoire bien trouvé et réussi, qui nous donne envie de continuer à jouer ne serait-ce que pour lire de nouvelles « planches » de la BD. Le scénario quant à lui est un peu moins bien construit et le côté niais de l’héroïne ainsi que de l’histoire par moment, pourra en rebuter quelques-uns.
 

Agence tout risque

Le jeu se passe un peu comme dans un GTA-like, c'est-à-dire que la ville est ouverte et vous pouvez vous rendre où bon vous semble. Comme vous pouvez voler, un sentiment de liberté immense se dégage du jeu et vous grise dès que le tutorial est terminé. Pour ne pas vous perdre vous pouvez accéder à une carte où vous pourrez voir les différents endroits où une action peut être faite. En général ces actions peuvent être une mission qui fera avancer l’histoire, un dialogue où vous parlerez simplement à un personnage pour en apprendre plus sur l’univers, ou alors un défi qu’il vous faudra relever. Ces défis sont un des piliers du jeu. Ils sont très variés et si vous voulez obtenir la médaille d’or il vous faudra vous battre. Ils vont de la simple course où vous devez aller de checkpoint en checkpoint jusqu’à l’arrivée en un temps record, à battre un maximum d’ennemis dans le temps imparti. Parfois on vous empêchera d’utiliser vos pouvoirs et il vous faudra utiliser intelligemment vos petits petons, d’autres, vous ne pourrez pas taper, et il vous faudra au contraire utiliser votre pouvoir pour balancer des objets sur vos ennemis afin de les détruire. Au final, ils sont très variés et permettent, entre deux missions "histoire" de diversifier l’aventure. Ces défis vous permettront de vous la péter entre potes mais aussi de récolter des gemmes indispensables à la progression de votre personnage. Les développeurs ont déjà annoncé des DLC qui apporteront encore plus de défis à relever. Espérons que l'on ne paiera pas le prix fort pour peu de contenu.
 

Go go gadget !

Peut être est-ce l'univers steampunk qui le veut, mais l'évolution est omniprésente dans Gravity Rush. La ville par exemple n'est pas disponible dans son intégralité dès le début et vous devrez ouvrir progressivement l'accès à d'autres parties en utilisant les cristaux trouvés ça et là.
Le jeu prend également des aspects RPG dans l’évolution de votre personnage. Grâce à ces mêmes cristaux vous pourrez les distribuer dans diverses capacités afin de vous faire gagner des niveaux et de vous rendre la vie plus facile. Ainsi vous pourrez améliorer vos coups de pied basiques où alors vos coups de pied gravitationnels, ce qui vous permettra de terrasser plus facilement vos adversaires, mais vous pourrez également améliorer votre jauge de gravité vous permettant de rester en apesanteur plus longtemps. Cet aspect évolutif est vraiment le bienvenu et permet également de diversifier le plaisir du jeu vous donnant d’autres objectifs que simplement foncer tête baissée vers la suite de l’histoire.
Les combats contre les boss également se terminent toujours par une transformation à la Magical Girl qui permet de terrasser en toute classe les ennemis les plus coriaces.
 

Article rédigé par Wildchoc , le

Gravity Rush est un "Hardware Saler". Il justifie à lui seul l'achat d'une PSVita. Il apporte un vent de fraîcheur tant sur le fond avec des mécaniques de gameplay encore jamais vues, que sur la forme avec sa direction artistique unique et magnifique qui permet une immersion immédiate dans son univers. Les musiques de Kohei Tanaka ne font que renforcer cette impression de rentrer dans une BD interactive. On ne sait pas encore si Gravity Rush est le premier épisode d'une nouvelle franchise tel les Uncharted à l'époque de la PS3, mais ce premier épisode est une pure réussite.

Points positifs

  • La direction artistique
  • Les musiques
  • L'univers
  • La narration façon BD

Points négatifs

  • Certains temps de chargement
  • Les caméras, parfois

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

31 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires