Test : Virtue's Last Reward

Virtue's Last Reward - PSVita

Genre : Enigmes et choix moraux

Date de sortie : 30 novembre 2012

Genre
Enigmes et choix moraux
Date de sortie
30 novembre 2012 - France
Développé par
ChunSoft
Edité par
Rising Star Games Limited
Disponible sur
3DS, PSVita
Modes de distribution
Boutique
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 16 ans
 Grossièreté de langage
 Violence

La fin d’année 2012 n’était pas que synonyme de gros blockbusters. Entre un Assassin’s Creed III et un Hitman Absolution, il y a eu un excellent jeu qui est sorti sur 3DS et PS Vita. Il s’agit de Virtue’s Last Reward. Un jeu qui a été très discret (sûrement car il n’est qu’en anglais) mais qui mérite vraiment le détour pour son histoire monstrueuse.

Test effectué à partir d'une version PSVita

Virtue's Last Reward - PSVita Ah ! Les joies de la localisation. Souvent, cela prend des mois pour qu’un jeu arrive en France. Des fois, des jeux n’arrivent même pas jusqu’à nous. Il y a aussi le cas, comme pour Virtue’s Last Reward sur PS Vita et 3DS, où le jeu arrive chez nous mais seulement traduit en anglais. Ce qui est regrettable (les non-anglophones sont mis de côté) mais c’est aussi une chance quand on voit la qualité du dernier jeu de la saga Zero Escape de Chunsoft. En effet, il y avait déjà eu un premier opus : 999, 9 Hours, 9 Persons, 9 Doors (encore trouvable à pas trop cher sur le net). Un jeu au concept similaire à ce Virtue’s Last Reward (qui est dispo sur les plateformes de téléchargement des deux consoles et aussi sur le net en physique).

Le personnage principal (ici, il s’appelle Sigma) se réveille dans un lieu mystérieux. Un hangar aux allures militaires. Il se retrouve ici en compagnie de 8 autres personnes aux profils variés qui ne savent pas ce qu’ils font ici. Ils participent au Nonary Game : Ambidex Edition organisé par un certain Zero. Il s’agit d’un jeu en deux phases : une d’énigmes qui se rapprochent du point’n'click et une autre où il faut choisir de s’allier ou de trahir un compagnon sans le voir en face. Pourquoi ? Pour avoir 9 points et sortir de ce lieu cauchemardesque. Et, bien sûr, trahir peut rapporter plus de points que de s’allier (on ne va pas rentrer dans les détails d’un système de points liés au vote un peu compliqué).

Des hommes et des femmes de petite vertu

Virtue's Last Reward - PSVita Avant d’aborder la phase point’n'click, penchons-nous sur le point fort du jeu : son scénario dément. Tout d’abord, le jeu pourrait s’apparenter (en dehors des moments point’n'clickesques) à un roman interactif. Littéralement, puisqu’il n’y a pas de cinématique et l’histoire passe intégralement par l’écrit. Ce qui pourra en rebuter certains mais cela a l’avantage de laisser votre imagination travailler même s’il y a quelques images d’illustration. Le jeu repose ensuite sur des choix à faire. Ils sont de deux types : choisir d’aller en salle d’énigme avec telle ou telle personne ou le vote décrit plus haut. Et quand on vous dit choix, vous imaginez des fins différentes et tout le toutim. Certes, mais si vous atteignez une fin, vous serez loin d’avoir fini le jeu et il y aura encore nombre de choses à découvrir. Le scénario est dense, que ce soit sur le background du jeu ou de l’histoire des différents personnages. Il serait bête d’en rater les trois quarts.

Se met alors en place, afin de savoir ce qui passe dans ce hangar, une sorte d’exploration de l’histoire et de l'intrigue du jeu. Car, en plus de vous permettre de découvrir le fin mot de l’histoire, il faut régulièrement sauter entre les différentes timelines pour progresser dans l’une d’elles. Il y a en effet des locks dans l’histoire qui font que vous aurez droit à un To Be Continued… Et, pour le passer, il faudra découvrir des éléments sur les personnages ou sur les lieux dans d’autres versions pour reprendre l’histoire dans une timeline. Bref, c’est passionnant de devoir vadrouiller dans des univers parallèles pour arriver à nos fins. D’autant que la chose se fait très aisément avec une arborescence très claire des évènements. Et la joie de découvrir l’élément qui va nous débloquer est aussi importante que celle de résoudre une énigme. Au final, pour tout explorer, il faudra une trentaine d’heures. Et le problème, ce sera de lâcher la console tellement on a l’impression de lire un roman passionnant (avec les plus vidéoludiques qui vont bien avec).

De la bonne énigme d’élevage

Virtue's Last Reward - PSVita Mais rassurez-vous, il n’y a pas que de la lecture dans Virtue’s Last Reward, il y a aussi des vrais morceaux de jeu. De point’n'click, pour être précis. En effet, Zero, le maitre des lieux, impose de devoir explorer des pièces plus ou moins classiques sous peine d’être pénalisé. La pénalité étant la mort, cela motive pour entrer dans ces pièces. Le but du jeu dans ces phases : sortir de la pièce où vous vous trouvez, pouvoir découvrir plus de parties du bâtiment où se déroule le jeu et obtenir des cartes pour voter. Les énigmes sont somme toute assez classiques : prendre tel objet pour débloquer tel coffre qui donnera un code… Il y a aussi quelques minis-jeux qui tirent profit des fonctionnalités tactiles et gyroscopiques des consoles portables. Les énigmes pourront s’avérer assez corsées sans être insolubles pour autant. Un examen très soigneux de la pièce et des documents devrait permettre de s’en sortir. Tout cela pour ouvrir un coffre avec un code afin d’obtenir la clé pour sortir de la pièce. Il y a aussi un code spécial qui permet d’obtenir des documents afin d’en apprendre plus sur le pourquoi du comment de ce qui se passe. De quoi vous pousser à creuser encore plus vos recherches. Ajoutons que la version PS Vita souffre un peu du manque d'un stylet. Cliquer avec son doigt est en effet bien moins précis.

Virtue's Last Reward - PSVita S’il y a un reproche que l’on pourrait faire au jeu, c’est son aspect un peu austère. Les plans fixes sur les décors avec les personnages qui parlent pourront paraître repoussants. Mais, comme il est dit plus haut, cela laisse une place à l’imagination. Les musiques du jeu sont un peu dans cette mouvance aussi. Elles sont vraiment peu remarquables et auraient gagné à être mieux travaillées. Quoiqu’il en soit, le jeu jouit de dialogues bien écrits où les personnages n’hésitent pas à faire preuve d’humour. Un peu potache quelques fois mais cela permet des respirations dans une histoire aux thèmes très lourds. Parlons-en des thèmes (trahison, confiance…). Le jeu ne tombe pas dans le manichéisme et grâce aux multiples timelines, le propos est très travaillé et amène plusieurs pistes de réflexion. Bref, un jeu qui est enrichissant dans tous les sens du terme.

Article rédigé par Neo , le

Virtue’s Last Reward est un jeu fantastique qui sort un peu des carcans auxquels nous sommes habitués. Si l’anglais ne vous fait pas peur, vous vous devez d’y jouer. Un scénario monumental avec une exploration des différentes timelines fait qu’il est difficile de lâcher sa console. D’autant plus que, pour arriver à connaître tous les tenants et aboutissants du jeu, il faudra une bonne trentaine d’heures. Le jeu se permet d’aborder des thèmes majeurs en apportant plein de pistes de réflexion intéressantes. Il est renforcé par des phase d’énigmes point’n'click bigrement efficaces. Bref, hormis une réalisation un peu austère et une musique peu marquante, ce jeu est un must-have pour tous les amateurs d’expériences différentes.

Points +

  • Un scénario dément
  • Explorer les différentes timelines : un vrai bonheur
  • Du bon point'n'click
  • Des personnages admirablement écrits
  • 30 heures de jeu

Points -

  • Des musiques qui auraient pu être mieux
  • Un aspect austère qui pourra en rebuter plus d'un
  • Seulement en anglais
  • Le doigt est moins précis qu'un stylet sur PS Vita

Commentaires (0)

Aucun commentaire n'a été posté. Soyez le premier à donner votre avis !

Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je vais m'inscrire de ce pas ! C'est bon, je fais partie de la famille

Jeux similaires