Test : Monster Lab

Monster Lab - Wii

Genre : Jeu de rôles

Date de sortie : 07 novembre 2008

Genre
Jeu de rôles
Date de sortie
07 novembre 2008 - France
Développé par
Backbone Entertainment
Edité par
Eidos Interactive
Disponible sur
DS, PS2, Wii
Site officiel
Site officiel

Après un passage récent sur la Nintendo DS, c'est au tour de la console de salon de la firme japonaise d'embarquer sa version de Monster Lab. Et même si les différences avec la version portable sont minces, le jeu peut se targuer de proposer une expérience originale et rigolote, paragon de l'imaginaire de notre jeunesse. Mais voyons cela plus en détail...

 
 
Pourquoi passer par quatre chemins ? Monster Lab sur Nintendo Wii offre une expérience rafraîchissante, clairement destinée à un jeune public. Il s'inspire goulûment de l'œuvre cultissime de Mary Shelley, autrement dit du professeur Frankenstein. Alchimie, expérimentations louches, sciences occultes et surnaturelles seront donc de la partie. Et pour créer, nous allons ici créer. En associant des morceaux de trucs, de bidules et autres machins chouettes, on invente des "choses anatomiques" qui nous permettront de survivre dans ce monde de brutes. Ambiance Halloween garantie !
 

Un univers farfelu

En tant que nouveau membre de l'alliance des savants fous, une confrérie de scientifiques saugrenus, vous serez épaulé par Farfelstein, un personnage pour le moins… farfelu. Et pour gravir les marches du succès et de son respect, il faudra affronter d'autres monstres, remplir des missions et faire évoluer vos créatures. Complètement déjanté, le monde de Monster Lab nous propose un univers coloré entre Tim Burton et Frankestein. Les musiques sont particulièrement savoureuses et le trop plein de second degré lui sied à ravir. L'histoire principale vous fera parcourir de nombreux paysages colorés. Avec un total de six contrées, le jeu nous fera découvrir du beau monde. Et sur ce point, le travail des graphistes est remarquable de créativité et d'homogénéité. Le gameplay n'est pas en reste non plus, et tient parfaitement la route. Il s'avère très agréable à prendre en main. Et même si le jeu ne prend pas particulièrement de risques, les phases de jeux variées sont souvent plutôt bien senties.
 
 
Monster Lab tourne essentiellement autour des combats et donc de la fabrication de vos petites monstruosités. Pour mettre cela en scène, on a une histoire qui se contente du minimum syndical, dans laquelle vous rencontrez d'étonnants personnages, fouinerez pour trouver de nouvelles pièces, vous battrez pour en récupérer d'autres et surtout jouerez les petits scientifiques afin d'associer, de souder et d'expérimenter. Tout cela dans le but ultime d'anéantir le terrible et machiavélique baron Mharti, et pourquoi pas en profiter pour prouver au monde que l'on est le plus fou des savants.
 
 
Les phases de combat dépendront de vos initiatives, de votre stratégie. Il s'agit ici d'un jeu d'action au tour par tour saupoudré de mini-jeux. Et comme une grande majorité des jeux au tour par tour, la puissance des attaques et de la défense dépendra des règles de Pierre, Feuille, Ciseaux. Avec ici respectivement la mécanique, la biologie et l'alchimie. Ce système obligera le joueur à trouver le meilleur compromis afin de ne jamais être désarmé face à un ennemi. Les possibilités de transformation et de personnalisation de vos créatures sont tout simplement dantesques. Des milliers de combinaisons, pour des tonnes de découvertes. D'autant qu'au-delà de ça, le gameplay s'enrichit de nouvelles manières d'attaquer son adversaire au fur et à mesure de l'aventure. Ces combats sont très sympathiques (bien qu'un peu répétitifs) et demanderont plus de réflexion que de réflexes. En effet, se déroulant au tour par tour, ils vous laisseront le temps qu'il sera nécessaire pour mettre au point votre stratégie d'attaque.
 

They are alive ! Aliiiiiive !!

Les phases de création de vos monstres constituent l'artère du soft, puisqu'elles déterminent les capacités de vos créatures de chair et d'acier. Vous devrez combiner des objets insolites entre eux pour obtenir des armes adaptées à votre horreur sur patte. Les combats ne seront pas le seul moyen de dénicher des objets, vous pourrez aussi effectuer une multitude d'épreuves qui feront appel à votre précision, votre rapidité ou encore votre motricité. Ces mini-jeux sont bien intégrés à l'univers et vous permettront de vous distraire différemment l'espace de quelques minutes.
 
 
Dès que vos nouvelles "pièces" sont créées, il suffit d'aller les "monter" sur la créature de votre choix. Cette phase d'assemblage se fait très simplement. Il suffit de placer les membres au niveau d'un des deux bras, du torse, des jambes ou de la tête. Malgré cette impression de simplicité, la diversité des pièces que l'on dénichera caché dans le monde, nous permettra au final d'obtenir une quantité incroyablement variée de membres. Il y a même certaines subtilités rigolotes. Par exemple, si on ne combine pas les bonnes pièces entre elles, ou si on ne réussit pas de manière optimale le mini-jeu correspondant à la fusion, la pièce peut avoir des défauts et donc être moins efficace en combat. Par exemple, elle peut être plus lente, perdre de l'énergie toute seule, etc. Des subtilités très agréables, qui personnalisent un peu plus nos monstrueuses bébêtes.

Enfin, si on ajoute un mode deux joueurs qui permet de prolonger l'expérience de jeu en confrontant ses propres créations avec celles de ses amis, on se retrouve avec un jeu qui tiendra les jeunes joueurs en haleine pendant de très nombreuses heures.
 

Article rédigé par elf , le

Monster Lab sur Wii constitue une bonne expérience, qui ravira de prime abord les plus jeunes d'entre nous, les membres officiels de la "génération Pokemon". Car le jeu d'Eidos possède de nombreux atouts, un style graphique léché, des environnements chatoyants, une narration sérieusement délirante, une excellente ambiance générale, le tout soutenu par une bande sonore du meilleur goût, pour un résultat fleurtant quasiment avec le sans faute. Il est à n'en point douter un bon cru de cette fin d'année, et ne peut être une mauvaise pioche pour tous les petits mécanos en herbe. Je lui souhaite de rencontrer le succès, il le mérite !

Points positifs

  • L'univers frankesteinesque bon enfant
  • La création des monstres
  • La musique enchanteresse

Points négatifs

  • Une certaine répétitivité de l'action
  • Il ne faut pas avoir peur des monstro-zombi-machin-choses

Commentaires