Test : Pikmin 3

Pikmin 3 - Wii U

Genre : Gestion de plantes (licites)

Date de sortie : 26 juillet 2013

Genre
Gestion de plantes (licites)
Date de sortie
26 juillet 2013 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Wii U
Parfois appelé
Pikmin
Modes de distribution
Boutique

Ah, les Pikmin. Mignonnes petites créatures champêtres réduites en esclavage par le Capitaine Olimar sans aucun scrupule, juste pour réparer son vaisseau et retourner fissa sur sa planète sans demander son reste. Mais si, souvenez-vous : c’était en 2002 et ça se passait sur GameCube. Deux ans plus tard, Nintendo sortait un second opus avant de laisser tomber cette licence pourtant prometteuse aux oubliettes. Mais hauts les cœurs ! Grâce à la Wii U, les petites bestioles ressortent enfin de leur trou. La seule question désormais, c’est de savoir si elles ont raison de le faire…

Test effectué à partir d'une version Wii U

 
 
Vous vous souvenez d’Olimar et Louie, les deux Hocotatiens ? Vous les visualisez ? Très bien, maintenant oubliez-les, car Pikmin 3 met en scène trois nouveaux héros. Provenant de la planète Koppai, ils se nomment Charlie, Alph et Brittany. Ces derniers sont envoyés dans l’espace afin de sauver leurs congénères. En effet, toute la nourriture a été engloutie, il faut donc trouver un nouvel astre qui pourrait leur servir de corne d’abondance. Heureusement, il en existe un. Mais, car il y a toujours un mais, alors qu’ils s’en approchent à bord du Drake, leur vaisseau, une erreur se produit et nos pauvres protagonistes s’écrasent lamentablement sur Terre, là où tout est pour eux gigantesque. C’est-à-dire la végétation, les autochtones plutôt hostiles… mais également les fruits. Sur place, ils rencontrent les Pikmin, drôles de petites créatures poussant dans le sol comme les fleurs et prêtes à donner de leur temps pour aider les Koppaiens à ramasser des fruits, les ramener à leur vaisseau et zigouiller les ennemis qui oseraient s’approcher d’un peu trop près.
 

Olimar de tout ça

La licence Pikmin fait un peu partie de ces jeux inclassables. Exploration ? Plate-forme ? Aventure ? Que nenni. En fait, il s’agit plutôt d’un habile mélange entre stratégie, action et quelques petites énigmes par-ci par-là, toujours relativement faciles. Concrètement, il s’agit de parcourir divers endroits, d’y combattre des ennemis et de ramener des objets à la base. Mais puisqu’il y a trois personnages, chacun pouvant avoir son propre groupe de bestioles, de nombreuses combinaisons sont possibles. Par exemple, on peut tout à fait imaginer que l’un d’entre eux sera destiné au combat, un autre à la récolte de fruits et items, et le dernier à l’exploration. Sachant qu’il existe plusieurs types de Pikmin, il faut bien les choisir selon ce que l’on veut leur faire faire. Ainsi, les rouges résistent au feu et ont une puissance de frappe plus importante que leurs confrères. Les jaunes conduisent l’électricité et peuvent être envoyés plus hauts, les bleus respirent sous l’eau, là où tous les autres se noient. A ces trois types de base, déjà présents dans les autres épisodes, se rajoutent les Pikmin roches, qui détruisent donc carapaces et murs grâce à leur corps, et les Pikmin ailés qui ont la faculté de voler, pouvant suivre les héros dans des étendues d’eau, par exemple.
 
 
Pikmin 3 inclut, comme ses ainés, un système de jours qui défilent. Les Koppaiens et leurs Pikmin s’affairent la journée et rentrent vite dans leur vaisseau à la nuit tombée, les lieux s’avérant alors bien plus hostiles qu’en plein jour. Chaque bestiole oubliée sera dévorée par un monstre quelconque et sera donc définitivement perdue. Heureusement, toutes les actions accomplies ne sont pas remises à zéro du jour au lendemain. Ainsi, un boss qui a déjà perdu la moitié de sa barre de vie lors d’un affrontement ne se régénèrera pas, un ennemi tué ne ressuscitera pas, et ainsi de suite. On prend donc tout notre temps pour explorer car il ne s’agit pas de finir le jeu en un certain nombre de jours, comme ce qu’il fallait faire dans Pikmin premier du nom. La liberté totale n’est pas non plus de mise, car il s’agit tout de même d’avoir des rations de jus de fruits pour ne pas être Game Over, une ration correspondant à un jour de survie. Ces rations se récupèrent évidemment en ramenant des fruits au vaisseau, où ils y sont réduits en jus et mis en bouteille. La cueillette représentant donc une part importante dans le jeu, il est important d’essayer de ramener au moins un fruit par jour au Drake. Un léger aspect survie franchement plaisant donc, car ni trop contraignant, ni totalement laxiste.
 

Attention, ils pikent

Afin de chapeauter les trois personnages et tous les Pikmin (qui ne peuvent être que 100 maximum sur le terrain), le GamePad – appelez-le ici KopPad – est un vrai atout de choc. En effet, les développeurs ont eu l’excellente idée d’utiliser l’écran de la mablette pour afficher la map. Mais pas n’importe comment, puisqu’on la voit d’en dessus en temps réel. Grâce à une simple pression du doigt, on peut mettre le jeu sur pause et déplacer cette map comme bon nous semble, histoire de voir si tous nos esclaves bossent comme il faut ou s’ils ne se font pas attaquer. Car, premier gros reproche, les Pikmin sont totalement idiots, la faute à une I.A. légèrement défectueuse. Vous leur demander de ramener quelque chose au vaisseau ? Ils le feront docilement… mais ne penseront pas à se défendre si un monstre les attaque en chemin. Vous vous rendez quelque part suivi de nombreuses bestioles ? Attention à les attendre de temps à autres, car il n’est pas rare que certains restent coincés dans des murs… Bref, autant de manières totalement idiotes de voir ses troupes mourir. Heureusement, l’I.A. ennemie n’est pas en reste, puisqu’il suffit bien souvent de se cacher sous des feuilles pour devenir invisible aux yeux des monstres. Sam Fisher n’a qu’à bien se tenir.
 
 
Ce n’est bien entendu pas le seul reproche que l’on pourrait faire à ce néanmoins sympathique Pikmin 3. En effet, ceux ayant déjà terminé les deux autres épisodes auront une désagréable sensation de déjà vu en raison du recyclage extrême effectué par Nintendo. C’est bien simple : les environnements sont sensiblement identiques et les adversaires sont quasiment tous les mêmes ! Alors certes, on oublie assez vite ce léger problème, mais un peu plus d’originalité n’aurait tout de même pas été de trop. D’autant plus que même les quelques nouveautés sont assez chiches avec, par exemple et comme dit précédemment, seulement deux nouveaux types de Pikmin. Espérons donc que si Pikmin 4 il y a, il aura droit à bien plus de features inédites. Le mode coopératif intégré dans l’épisode 2 a ici été abandonné, une décision surprenante sachant que trois héros sont de la partie cette fois-ci. A la place, il y a le Bingo Battle, qui est en fait une sorte de mini-jeu dont le but est de ramener à son vaisseau un certain nombre d’objets avant son adversaire. Sympathique, mais pas franchement indispensable. Enfin, quelques soucis de caméra se font parfois sentir, malgré la présence du stick droit permettant de la déplacer.
 

Follow the leader

Lorsque Nintendo a dévoilé les premières images du jeu à l’E3, tout le monde avait été conquis par les graphismes, espérant secrètement que ce serait le vrai rendu de la Wii U. Bonne nouvelle : les graphismes sont bel et bien aussi beaux en vrai. Ils sont même relativement magnifiques, avec des décors fouillés, des effets de lumières sympathiques et des textures travaillées. On note surtout le rendu de l’eau, bluffant de réalisme. Les personnages et les monstres sont évidemment moins réalistes mais tout aussi mignons grâce à une direction artistique rafraichissante et colorée. L’ambiance sonore n’est pas en reste, avec des thèmes printaniers collant parfaitement aux environnements et les Koppaiens parlant dans ce qui peut s’apparenter à du yaourt. Si le GamePad s’avère être un atout de choc pour un jeu de stratégie, n’oublions pas que Pikmin 3 peut tout aussi bien se jouer avec le Pro Controller ou le combo Nunchuk / Wiimote. Ceux voulant viser avec précision – car rappelons que pour combattre un ennemi on lui balance nos Pikmin dessus un à un – favoriseront d’ailleurs ce système. Bref, il y en a pour tous les goûts, et c’est tant mieux.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

Nintendo espère que Pikmin 3 lancera les ventes de la Wii U. Pour notre part, on ne peut que penser la même chose tant ce titre est clairement réussi. Il y a certes eu beaucoup de recyclage, et c’est bien dommage, mais les développeurs ont su reprendre les bases solides des deux autres épisodes pour y inclure quelques nouveautés bien senties, avec en tête de ligne les deux nouveaux types de Pikmin et cet aspect survie franchement sympathique. Espérons donc que ce troisième opus saura convaincre le grand public, là où ses prédécesseurs sont principalement connus par un petit groupe d’initiés, car c’est une licence qui mérite clairement le détour.

Points positifs

  • Le retour des Pikmin !
  • Le GamePad, outil de poids pour un jeu de stratégie
  • C’est bôôôôô !
  • L’aspect survie
  • Les deux nouveaux types de Pikmin

Points négatifs

  • L’I.A. déplorable des Pikmin
  • Du recyclage à outrance
  • Quelques soucis de caméra
  • Pourquoi pas de mode multi ?

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires