Test : Pokkén Tournament

Pokkén Tournament - Wii U

Genre : Baston de Pokémon

Date de sortie : 18 mars 2016

Genre
Baston de Pokémon
Date de sortie
18 mars 2016 - France
2ème trimestre 2016 - USA
18 mars 2016 - Japon
Développé par
Bandai Namco Entertainment
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Wii U
Modes de distribution
Boutique

Depuis leurs débuts il y a désormais 20 ans, les Pokémon ont eu droit à tout un tas de genres de jeux vidéo différents (sans parler de la série animée et des nombreux films) : le RPG ''basique'' au tour par tour, le rogue-like, le logiciel destiné à apprendre à taper au clavier, le safari-photo, le jeu de cartes ou encore le free-to-play sur mobiles. Il n'en manquait finalement plus qu'un seul, à savoir le jeu de baston. La chose est désormais réparée avec Pokkén Tournament sur Wii U, développé par l'équipe derrière la licence des Tekken. Il ne reste plus qu'à voir si ce mariage est heureux.

Test effectué à partir d'une version Wii U

La première chose qui frappe avec ce Pokkén Tournament, c'est son roster extrêmement réduit, surtout lorsqu'on le compare au nombre de Pokémon actuellement présents dans le Pokédex : 721. Il y a à l'heure actuelle 721 Pokémon de types variés (feu, acier, roche, fée, vol, combat...), et seulement 14 ont finalement été retenus au casting du titre de Namco Bandai – sachant que Pikachu est en double. Forcément, il y a de quoi décevoir le joueur qui s'attendait à du fan service à fond, d'autant plus que certaines bestioles ne font pas forcément partie des plus emblématiques de la licence, comme par exemple Lugulabre ou Dimoret. Si le sentiment de frustration se fait déjà ressentir lors du choix de son combattant, il ne fait que se renforcer lorsqu'il s'agit de choisir une équipe de soutien. Car Pokkén Tournament permet à chaque combat de s'offrir les services d'un duo (prédéfini et sans possibilité d’inter-changer) de bestioles aux bonus divers divisés en trois catégories, à savoir attaque, entrave et renfort. Pourquoi ce système renforce-t-il la frustration ? Parce que pas moins de 30 Pokémon de soutien sont disponibles, soit deux fois plus que le roster de base. Sachant que, bien entendu, ils ne sont pas jouables même lorsqu'on les débloque. Rageant.

Pokkén Tournament

Pikachu lance High Kick dans ta face ! C'est super efficace !

Au moins, ces équipes ont le bon goût d'ajouter un petit zeste de stratégie aux combats, même si certains duos se montrent absolument inutile puisqu'ils font partie de la même catégorie. Mais si l'on choisit bien les aides, on peut par exemple récupérer des PV ou encore empêcher son adversaire d'effectuer des coups critiques pendant un certain temps. Mais les affrontements de Pokkén Tournament ne reposent (heureusement) pas sur ce seul aspect : en fait, leur principal argument est le fait d'alterner constamment entre deux phases de jeux différentes, les phases de terrain et les phases de duel. Ces phases changent en fonction des actions des joueurs, comme un contre bien placé ou un type d'attaque spécifique lancé sur l'autre, et sont à priori destinées à booster le rythme des matchs. Malheureusement, en pratique, ce n'est pas aussi simple. D'abord parce que les changements ne sont pas forcément aisés à appréhender, mais également parce que dans les premiers temps le joueur ne comprend pas forcément comment il a fait basculer le combat (surtout s'il n'a pas suivi assidûment le tutoriel), et surtout parce qu'elles n'ont pas franchement le même intérêt. Si la phase de duel se montre efficace puisqu'assez classique – l'un en face de l'autre et on se colle des beignes, la phase de terrain est déjà moins passionnante, et ce que ce soit contre l'I.A. ou contre un autre joueur, mais pour des raisons différentes.

Pokkén Tournament

Ainsi, l'I.A. profite du fait que les combats se déroulent dans des arènes assez petites pour se planter dans un coin et balancer des projectiles au joueur – surtout Lugulabre, cet adversaire insupportable. Résultat, on tente tant bien que mal de s'approcher et de frapper en priant pour avoir opté pour la combinaison qui fera basculer la phase. Contre un autre joueur, le problème vient surtout de la manière de se déplacer des Pokémon : en fonction de leur morphologie, ils sont plus ou moins rapides, ce qui déséquilibre grandement les affrontements. Par exemple, avec son petit gabaris Pikachu se montre assez vif, là où Ectoplasma prend tout son temps pour faire bouger son petit ventre rebondi. Un déséquilibre qui se ressent d'ailleurs également dans bien d'autres aspects, comme par exemple les méga-évolutions instaurées par les derniers épisodes classiques de la série. Ces formes boostées des Pokémon se lancent lorsque la jauge de ''synergie'' est pleine, et autant dire que les points de vie se réduisent bien vite une fois que l'adversaire est méga-évolué – et encore plus s'il parvient à placer son super coup spécial de la mort. A cause de ce système, il est donc parfois carrément impossible de toucher ne serait-ce qu'une seule fois l'adversaire : s'il lui prend l'envie de spammer le joueur avec des projectiles lors de la phase de terrain, puis de se méga-évoluer et de placer une attaque spéciale dans la foulée, le pauvre joueur en face n'a aucune chance.

Pokkén Tournament

Tabassez-les tous !

Mais même en dehors de ça, l'équilibrage global des Pokémon n'est pas franchement optimal et mériterait une bonne mise à jour, avec par exemple des chopeurs actuellement surpuissants. Car le gameplay de fond de Pokkén Tournament se base sur une trilogie de coups bien connue des amateurs de jeux de baston : les chopes, donc, mais aussi les contres et les coups normaux. Ce trio répond à une logique bien précise, qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler les forces et faibles des types de Pokémon (le feu bat la plante, qui bat l'eau, qui bat le feu). Ainsi, le joueur comprend rapidement que les attaques normales battent les chopes, qui battent les contres, qui eux-mêmes battent les attaques normales. Un système que l'on suit scrupuleusement durant les premiers affrontements... jusqu'à ce qu'on se rende compte que, au fond, ce système de force et faiblesse n'est pas si poussé que ça. Là encore, c'est dommage, car ce manque de profondeur dans le gameplay rebutera les habitués du genre, qui n'y verront pas grand intérêt, mais également les néophytes, qui craindront une prise en main pas forcément intuitive et quelques combos difficiles à placer – même si en règle générale le tout est tout de même aisé à sortir (par exemple L + R pour l'attaque spéciale). Il reste tout de même un intérêt pour les fans de la licence Pokémon, qui retrouveront avec plaisir les attaques spécifiques à chacun, ce qui montre d'ailleurs que les développeurs n'ont tout de même pas oublié qu'il ne s'agissait pas d'un jeu de combat ''classique''. Mais pas de quoi annuler le côté ultra répétitif des affrontements, qui pousse le joueur à laisser tomber au bout d'une poignée de matchs.

Pokkén Tournament

Le contenu, pour sa part, est en demi-teinte. Si Pokkén Tournament est doté d'un vrai mode solo, ce dernier se montre assez peu intéressant : un jeune dresseur gravit les échelons des différents tournois en battant d'autres dresseurs et leurs Pokémon, en rencontrant de temps à autres une mystérieuse jeune femme dont la capuche empêche de voir son visage. Une adversaire pas comme les autres, puisque son Pokémon, Shadow Mewtwo, est capable de rentrer en synergie de lui-même, sans l'intervention de son dresseur, ce qui est normalement impossible. Pas bien passionnant, mais au moins il y a un semblant de scénario. Quant au reste, les joueurs retrouveront les classiques matchs rapides contre l'I.A. ou le multi, en local ou en ligne, qui fonctionne très bien. Bref, rien de bien foufou, mais tout de même le minimum syndical. La technique propose également le minimum syndical, mais pas dans le bon sens du terme, puisque Pokkén Tournament fait certainement partie des jeux les moins beaux sur Wii U. Les textures sont baveuses, les décors sont vides et reviennent rapidement en boucle, les couleurs sont criardes, un désagréable filtre flou est omniprésent et les temps de chargement sont nombreux, malgré le peu d'éléments présents à l'écran. Au final, seuls les effets d'ombres et de lumières sont convaincants, tout comme la modélisation globale des Pokémon. Les voix sont pour leur part plutôt réussies, qu'elles soient anglaises ou japonaises, même si le joueur a bien vite envie de les désactiver à cause de l'animatrice-accompagnatrice du héros qui parle en permanence.

Article rédigé par Shauni Chan , le

En général, la licence Pokémon se divise en deux catégories : les jeux de base, toujours très réussis... et les autres (même si certains tirent parfois leur épingle du jeu). Malheureusement, Pokkén Tournament se classe dans cette seconde catégorie. Si l'idée d'avoir entre les mains un jeu de combat tiré de cette licence est alléchante pour les fans, la dure réalité revient bien vite : un petit contenu, un roster rachitique, une stratégie quasiment inexistante, un gameplay loin d'être profond, un équilibrage aux fraises et une technique franchement à la ramasse. Seuls les fans hardcore des petits monstres y trouveront un certain intérêt, mais en dehors de ce fan service, Pokkén Tournament n'est finalement qu'un jeu de baston certes pas totalement raté, mais moyen, tout au plus.

Points positifs

  • Pouvoir ENFIN se battre avec des Pokémon !
  • Les attaques spéciales des Pokémon
  • Un multi bien foutu
  • Un gameplay classique...

Points négatifs

  • ...Mais pas assez poussé
  • L'équilibrage pas terrible
  • Visuellement vilain
  • Roster ridicule
  • Vite répétitif

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires

Jeux similaires