Test : Sonic Free Riders

Sonic Free Riders - Xbox 360

Genre : Course

Date de sortie : 10 novembre 2010

Genre
Course
Date de sortie
10 novembre 2010 - France
Développé par
Sonic Team
Edité par
Sega
Disponible sur
Xbox 360
Accessoires compatibles
Kinect
Site officiel
Site officiel

Oh yeah ! Quand on s'imaginait les jeux sur Kinect, difficile de ne pas penser à faire le Beach Boy devant sa console, jambes fléchies et bras écartés pour bien garder l'équilibre. Le premier qui nous offre cette possibilité sera donc SEGA avec son Sonic Free Riders. Everybody goes suuuuuurfin'... Surfin' on Kineeeect.

 
 
Le temps où Sonic se foutait en boule pour effectuer des burns au démarrage dans Emerald Hills est franchement révolu. Sauter, rouler, c'est bien mais depuis, il en a fait du chemin le hérisson bleu. Entre deux séances de ski et de karting, Sonic aime à monter son fidèle destrier, un skate sans roues. Ne vous inquiétez pas, il ne racle pas le sol pendant la course, celui-ci est équipé de petits réacteurs le rendant bien plus puissant que le Hoverboard de Mc Fly. Votre objectif sera donc, à travers différentes courses, la quête des anneaux pas uniques du tout et de divers objets, mais surtout de vous frayer un chemin jusqu'en première place. Oui, je sais que c'est normal dans une course.
 

La quête de l'anneau pas unique du tout

Sonic est sympa mais un peu naïf. Il suffit de foutre une perruque au docteur Robotnik pour qu'il ne le reconnaisse pas. Pourtant, ce n'est pas comme si il se retrouvait assez inlassablement opposé à lui depuis une vingtaine d'années. On vous propose donc, à travers un scénario simpliste, d'arpenter les pistes à dos de surf à réaction, mais toujours sans manette. Sonic Free Riders a plusieurs ingrédients intéressants qui ont de quoi plaire de prime abord. Tout d'abord, il est plutôt joli, coloré, et séduira sans mal le plus jeune public. Un Sonic me direz-vous. De plus, celui-ci propose plusieurs options intéressantes sur le papier. Des courses en ligne jusqu'à 8 joueurs, deux joueurs simultanément devant sa console, des courses en équipe, la récolte des anneaux, les bonus à coller sur la tronche de ses adversaires à la manière d'un Mario Kart, etc. Comme prévu, vous pourrez dire adieu à votre manette et vous positionner de manière latérale devant la caméra de reconnaissance de mouvements. Pour tourner, il faut se pencher sur les côtés, pour accélérer, il faut se pencher en avant, sauter sur les tremplins et même tenter de réaliser des figures en l'air en faisant des pirouettes (préparez-vous à faire la connaissance des voisins du dessous). La reconnaissance propose même de manier les bras, en les tendant pour attraper les anneaux ou en mimant les gestes propres à jeter les bonus sur ses adversaires. On arrive donc à une somme d'attentions franchement honnêtes, si seulement elles ne s'étaient pas heurtées à la dimension technique de Kinect.
 

Mon royaume pour une manette

Le souci, c'est que tout ce qui aurait pu faire de Sonic Free Riders un très bon jeu le plombe. Tout d'abord, tendre les bras, se pencher, sauter, cela requiert un espace de jeu pour le moins énorme, ce qui tout de suite trie sur le volet les gens qui pourraient se sentir concernés par ce jeu. De plus, LE gros souci du soft, c'est la qualité de la reconnaissance. Celle-ci est pour ainsi calamiteuse et gâche à chaque instant le plaisir. Dévaler les pentes à toute vitesse et se voir foncer dans un mur malgré les gesticulations devant l'écran a clairement de quoi agacer. On se reprend plusieurs fois à jeter l'objet, on mange un mur, mais surtout on ne réussit vraiment que trop rarement à tourner à pleine vitesse, la faute à cette satanée reconnaissance et aussi à une latence qui ne fait que renforcer l'agacement. Seule solution ? Mémoriser le chemin pour se pencher le plus clairement possible et le plus en avance possible par rapport au virage. Le résultat ? Un manque terrible d'intuitivité. La question qui se pose est la suivante : la Sonic Team aurait-elle dû travailler plus profondément son développement pour fournir un jeu plus optimisé ou les ambitions de Sonic Free Riders sont trop importantes pour être réalisées sur Kinect ? L'avenir nous le dira, mais pour le moment, le moins que l'on puisse dire est que la copie est à revoir.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Malgré de bien bonnes intentions, Sonic Free Riders ne convainc pas, la faute à une reconnaissance de mouvements hasardeuse et un temps de latence qui rajoute une couche au problème. Peut-être aurait-il grandement gagné à être développé avec un gameplay manette. A conseiller au jeune public, ainsi qu'aux fans très tolérants.

Points positifs

  • Univers coloré et sympathique
  • Un mode coopération
  • De bonnes idées dans la reconnaissance mais...

Points négatifs

  • La technologie ne suit pas
  • Temps de latence
  • Reconnaissance difficile

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires