Preview : Red Dead Redemption : Undead Nightmare

Red Dead Redemption : Undead Nightmare - Xbox 360

Genre : Action (DLC)

Non content du succès de The Ballad of Gay Tony et de The Lost and the Damned, les deux excellent DLC de GTA IV, Rockstar compte bien reconduire l'opération avec Red Dead Redemption en nous proposant un add-on digne de l'original. Vu les qualités de ce dernier, on est loin du pari gagné d'avance. Et pourtant, avec Undead Nightmare, cela semble plutôt bien parti.

 
 
C'est dans une suite d'un hôtel cinq étoiles parisien qu'a eu lieu la présentation du titre. Nous avons alors pu poser nos mimines et sur le solo, et sur le multijoueur.
Nous avons donc commencé par le solo. Il faut savoir que le scénario de la campagne en question prend place avant la fin du jeu original. On retrouve donc John Marston et toute sa bande. La présentation commence par une cinématique où on retrouve donc notre cow-boy solitaire rejoignant son pote Seth, le profanateur de tombes, qui joue tranquillement aux cartes avec Moses. Le problème, c'est que ce dernier est un peu mort. Il reste debout, figé tel un piquet, et tiens simplement les cartes. Vous l'aurez compris, l'humour made in Red Dead Redemption est bel et bien présent. Suite à cette délectable mise en bouche, il est temps d'entrer dans le vif du sujet et de prendre la manette.
 
 
On remarque d’emblée le travail qui a été fait sur la map. En effet, les p'tits gars de Rockstar ne se sont pas reposés sur leurs acquis, et c'est tout à leur honneur. On remarque de suite un changement, on ne sait pas exactement ce qui à changé mais l'ambiance n'est plus la même. Elle est plus pesante, plus morbide. Ce n'est que plus tard qu'on arrive à voir des changements précis : les arbres, autrefois verts, sont maintenant morts, le ciel est gris tout le temps, etc... Tout un tas de détails viennent soutenir cette ambiance à la Georges Roméro.
Le but de la mission en question est de nettoyer un cimetière. Il est à noter que les cimetières rempliront dans Undead Nightmare le même office que les repères de gang dans le titre original. Pour ce faire, on doit d'abord en brûler les cercueils à l'aide de la torche à laquelle on a désormais accès. Ensuite, il faut exterminer tous les zombis présents sur place. Mais il ne faut pas s'attendre à les voir arriver à deux à l'heure. Ils se déplacent aussi vite que des humains normaux . En plus des zombis de base, on a pu dézinguer des zombis coureurs, qui se déplacent très vite à quatre pattes, et des zombis cogneurs, de véritables molosses redoutables au corps-à-corps. Pour pulvériser tout ce petit monde, on a donc accès à de nouvelles armes dont la torche, les appâts, normaux et explosif, le tromblon, sorte de fusil surpuissant se rechargeant avec des morceaux de carcasse, et l'eau bénite qui fait aux zombis le même effet qu'aux vampires. Les plus fun à utiliser sont sans conteste le tromblon, si puissant qu'il fait littéralement exploser les zombis, et l'appât explosif. Les voir tous s’agglutiner les uns sur les autres pour ensuite exploser en fera marrer plus d'un. Il va de soi qu'avec des armes classiques, viser la tête sera indispensable pour terrasser définitivement ces ennemis. Une fois tout ce petit monde réduit en poussière, un dernier mort-vivant sort de terre et fait office de boss sans être pour autant franchement plus difficile à abattre que ces congénères. Celui-ci s'appelait Alma. Un petit clin-d'oeil à F.E.A.R, en passant.
 
 
On est ensuite allé faire un tour du côté de Rathskeller Fork qui subissait une attaque de zombis. On a bien évidement le choix de sauver la ville ou de simplement passer notre chemin. Bien entendu, sauver la ville nous donnera accès à de nouvelles missions et habitations. Parmi les nouvelles missions disponibles, on notera les recherches de personnes disparues qui remplacent les missions de chasseur de primes avec une différence de taille tout de même : ramener la cible vivante est désormais une obligation. Concrètement, il s'agit d'aller chercher la cible et d'éliminer les zombis qui l'attaquent. Une fois ceci fait, il faut la conduire dans une zone sécurisée contrôlée par l'armée. Il y en a deux sur la carte et celle à atteindre était Fort Mercer. Pour ce faire, on préférera se déplacer à cheval. Mais attention, les zombis pouvant nous faire tomber de cheval, on ne sera pas à l'abri de leurs attaques. Une fois arrivé à destination, il a fallu nettoyer l'entrée du fort tout en s'assurant que notre cible reste en vie avant de pouvoir pénétrer les lieux et terminer la mission.
 
 
Pour le multijoueur, on a pu s'essayer à un mode survie efficace à 4 joueurs. Se jouant en coopération, il comporte quelques subtilités plutôt bienvenues. Il s'agit toujours d'éliminer des vagues d'ennemis successives. Cependant, elles sont ponctuées d'objectifs à atteindre en un temps limité. En effet, au début de chaque vague, un cercueil, indiqué par un point jaune sur la carte, apparaît. Celui contient des munitions et autres petits bonus bien utiles. Ouvrir ces cercueils devient vite primordial étant donné qu'ils sont la seule source de munitions des joueurs. Bien entendu, les zombis sont attirés par ces petites boites. Et celles-ci demandant un certain temps pour être ouvertes, une bonne couverture de la part de nos petits camarades de jeu est indispensable. Et pour corser un peu plus le tout, les cercueils disparaissent au bout d'un certain temps. Il ne faut donc pas traîner. Suivant le même principe, d'autres caisses apparaissent aléatoirement nous procurant de nouvelles armes. L'acquisition d'une arme puissante telle que le Tromblon peut être déterminante quand on avance dans les niveaux élevés. Ce mode de jeu nécessite une bonne entente, une bonne communication et une bonne coordination entre les joueurs pour durer.
 

Article rédigé par pattoune , le

Vous l'aurez compris, Undead Nightmare n'as rien du DLC développé uniquement pour palper notre fric. Suite à ce premier contact, on peut déjà dire qu'il apporte une vraie valeur ajoutée à Red Dead Redemption. On attendra de parcourir la version complète pour en cerner les éventuelles faiblesses. Mais sachez qu'il est parti pour être d'une qualité bien supérieure à ce qui se fait en moyenne pour les DLC.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires