Test : Tekken Tag Tournament 2

Tekken Tag Tournament 2 - Xbox 360

Genre : Baston

Date de sortie : 14 septembre 2012

Alors que la mode était à la baston 2D les deux dernières années, 2012 semble marquer le retour sur le devant de la scène des rois du combat en trois dimensions. Après Soul Calibur, Virtua Fighter et en attendant Dead or Alive, c’est Tekken qui revient pour le plus grand plaisir des fans, dans un nouvel épisode Tag. Véritable nouveau jeu ou simple best-of de la saga ?

 
 
Tekken c’est, avec Virtua Fighter, l’une des licences qui a lancé le jeu de combat en trois dimensions. Ayant vu le jour en 1994 sur bornes d’arcade avant de débarquer sur PlayStation une année plus tard, la saga a eu le temps de gagner ses lettres de noblesse, chaque épisode étant accueilli avec plaisir par les joueurs. Aujourd’hui, Namco nous livre un second opus Tag qui, comme son nom l’indique, propose des combats en équipe en deux contre deux. Après le succès du premier “hors-série” il y a une douzaine d’années de cela, ce Tekken Tag Tournament 2 était attendu au tournant.
 

King of the Iron Fist Fucking Tournament

Malheureusement, tout ne commence pas pour le mieux lorsqu’on insère la galette dans la console et qu’on plonge sans trop tarder dans un premier combat. Si la cinématique d’introduction nous décolle la rétine de joie, comment ne pas être immédiatement refroidi une fois dans l’arène de combat ? L’aliasing est ultra présent, beaucoup trop pour un soft voyant le jour en 2012. Pas que ce soit foncièrement gênant une fois dans le feu de l’action, mais tout de même. Mis à part ça, un pas en avant a été fait depuis Tekken 6 et on apprécie le bond effectué par les graphismes. Les quelques détails gênants du précédent opus ont également été gommés, comme les effets de blur un peu trop présents et qui avaient tendance à faire un peu tâche par le passé. Les animations des différents combattants sont une fois encore magnifiques et la décomposition des différents mouvements est juste splendide. Quel que soit le personnage choisi, quel que soit le style de combat mis en avant, les attaques s’enchaînent avec fluidité et élégance. Du grand art !

Techniquement, le seul reproche que l’on puisse faire au jeu de Namco Bandai est la présence occasionnelle de légers freezes qui viennent compliquer certains combats. Attention, cela ne se produit que très rarement et ne vient pas franchement ternir la bonne image que l’on a du jeu, mais il est tout de même important de le signaler.
 

Nina Williams, voulez-vous m’épouser ?

A part cela, Tekken Tag Tournament 2 a tous les atouts dans sa manche pour s’imposer comme une référence du jeu de combat sur la génération de consoles actuelle. Le roster, tout d’abord, est tout bonnement impressionnant et compte plus d’une cinquantaine de personnages, dont quatre sont disponibles en DLC gratuits. Toutes les stars de la saga ont fait le déplacement, à la seule exception de Gon qui, pour des raisons de droits, n’a pas pu être reconduit. Certains ancêtres sont de retour et viennent se rappeler au bon souvenir des joueurs après une décennie d’absence : Jun, Forrest Law, Ogre, True Ogre, Angel, Michelle, Alex ou encore P. Jack ; d’autres, comme Heihachi, ont connu une petite cure de jouvence. Jaycee est à vrai dire la seule petite nouvelle au casting, et encore. Il s’agit en fait de Julia Chang, qui a changé de style depuis qu’elle est devenu lutteuse.

Ce n’est donc pas à de la nouveauté qu’il faut s’attendre avec Tekken Tag Tournament 2 car, à l’instar du casting, c’est le jeu dans son ensemble qui n’a pas changé. Le gampeplay reste radicalement le même - heureusement, d’ailleurs - et les combos dévastateurs sont toujours de la partie. Un petit tour par le mode Entrainement ou dans les derniers stages du mode Arcade sera d’ailleurs l’un des meilleurs moyens de voir qu’il est possible de se prendre un enchaînement enlevant la totalité de la barre de vie, pour peu qu’on passe suffisamment de temps à travailler sa technique (ou qu’on soit une saloperie de boss de fin de merde qui m’a fait perdre des heures de mon temps !). Les principales “nouveautés”, si tant est que l’on puisse les appeler comme cela, résident dans les combinaisons en équipe, bien évidemment au centre du gameplay. Plusieurs possibilités sont offertes au joueur pour faire intervenir son second perso, comme une projection Tag permettant de rosser son adversaire à deux, dans la joie et la bonne humeur. Les combos Tag sont là également, permettant au second joueur d’intervenir pour continuer un enchaînement. Le célèbre bounce de Tekken est une fois de plus mis en avant avec les assauts Tag, qui consistent à faire rebondir son adversaire au sol avant de faire intervenir son pote pour lui asséner quelques tatanes bien senties. Enfin, on note la présence d’un écrasement Tag permettant à un joueur au sol de s’en sortir en lançant une attaque de son ami. A noter que le mode Rage, incorporé dans les épisodes précédents, fait son retour ici, au détail près que c’est le combattant qui n’est pas sur le terrain qui voit sa puissance augmentée pendant un laps de temps. De quoi apporter une dimension un peu plus stratégique encore aux combats.
 

Tekken : the social network

Du côté des modes de jeu, le classicisme est également de rigueur. Hors Ligne, on ne retrouve absolument rien d’original si ce n’est le Labo, un mode Practice quelque peu scénarisé qui permet de se faire la main de façon plus sympa que d’habitude. A côté de ça, on oublie les hypothétiques modes Tekken Force ou autre, il faut se contenter d’Arcade, de Chrono, de Versus ou de Combat en Equipes. C’est du côté des modes en ligne que l’intérêt est plus grand. Outre les classiques matchs classés ou non, ce TTT2 incorpore la World Tekken Federation (la WTF quoi !), partie communautaire du soft. A l’image des MMO, ce mode permet de créer des clans pour jouer entre amis et mettre en commun les ressources, permettant ainsi de débloquer plus rapidement les trouzaines d’objets de personnalisation disponibles pour chaque personnage. Incorporation de Facebook, Twitter et Youtube prévue, histoire de montrer au monde entier qui est le meilleur combattant. Bref, il y a de quoi faire pour ceux qui veulent afficher leur suprématie sur internet.
 

Article rédigé par Mac Fly , le

En définitive, ce Tekken Tag Tournament 2 se pose comme un excellent jeu, comme on pouvait s’y attendre. Reprenant tout ce qui a fait le succès de la série depuis des années, à commencer par son casting de plus de cinquante combattants, le jeu de Namco Bandai affiche clairement la couleur en se présentant comme une compilation du meilleur de Tekken, un best-of façon “Johnny’s Greatest Hits” qu’on retrouve sous le sapin d’un tonton bizarre à chaque Noël. Certains pourront donc lui reprocher son manque de risques pris, sa non-originalité et son côté très classique. Ils n’auraient sans doute pas tort, mais l’amateur de jeu de baston, le vrai, se contentera de prendre un pied monstrueux en enchaînant les parties avec ses potes, que ce soit à quatre dans un canapé ou sur internet.

Points positifs

  • Le casting de plus de 50 combattants
  • Le retour du Tag, ça nous manquait
  • Nina Williams est quand même super bonne !

Points négatifs

  • Quelques petits freezes occasionnels
  • Pas ou peu d’innovations

Commentaires