Test : Nintendogs + Cats

Nintendogs + Cats - 3DS

Genre : Simulation de vie

Date de sortie : 24 mars 2011

Genre
Simulation de vie
Date de sortie
24 mars 2011 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS

Un clebard, c'est marrant, mais ça pue, ça bave, et si on l'oublie quelques jours, on finit toujours par le retrouver raide mort, sur le dos et les quatre pattes en l'air. Heureusement, Nintendo a pensé à tout et vous offre depuis quelques années la possibilité de posséder votre animal de compagnie virtuel : tous les avantages d'un gros clebs plein de puces, les inconvénients en moins. Le pied intégral.

 
 
Vous l'aurez compris, le Tamagotchi de Nintendo est de retour pour le lancement de la 3DS. Ce nouvel opus est disponible en trois versions, proposant diverses variétés de chiens, mais aussi de chats, la grande nouveauté de cette nouvelle édition. Nous avons testé la version Golden Retriever (et ses nouveaux amis, comme c'est indiqué sur la boîte), même si vous vous fichez probablement royalement de cette précision.
Le jeu commence au chenil : seules neuf races de chiots sont disponibles au départ, sur les 27 proposées lorsque vous aurez débloqué de nouvelles bêtes. Une fois choisi le chien de vos rêves, vous pourrez customiser son apparence en choisissant sa couleur. Une fois de retour chez vous, vous devrez alors lui apprendre à retenir le nom que vous lui aurez choisi, à l'aide du micro de la 3DS. Vous devrez ensuite lui apprendre à s'asseoir et le tuto de Nintendogs + Cats se termine enfin et à vous la liberté !
 

De nombreuses possibilités

Vous aurez alors accès à tout un tas de fonctionnalités classées en trois catégories : jouer avec votre chien et lui apprendre des tours, accéder à votre inventaire, ou bien sortir (dehors, pas du jeu). L'inventaire propose la panoplie classique pour faire survivre votre clebard : des boissons, de la bouffe, mais aussi des accessoires pour le distraire tels que des jouets, ou pour son confort avec la présence, par exemple, d'un panier. Tous ces items s'achètent au supermarché.
Lorsque vous choisissez de sortir, vous avez accès à une liste de lieux, correspondant à autant d'activités différentes. Parmi les possibilités offertes, vous pourrez bien sûr sortir votre chien : lors de votre promenade, vous serez amené à rencontrer d'autres chiens, ce qui permettra au vôtre de se faire des amis. Vous devrez lui apprendre à uriner dans la pelouse et vous devrez bien entendu ramasser ses crottes. Lors d'autres sorties, vous aurez l'occasion de l'entraîner à plusieurs disciplines pour gagner un peu d'argent en transformant votre animal en machine à fric : vous pourrez lui apprendre à courir derrière un frisbee, à obéir à vos ordres et à participer à des concours de leurres.
Pour veiller au confort et à la santé de votre chien, vous pourrez faire les courses, mais aussi revendre ce qui ne vous sert plus à rien. Si vous trouvez qu'il manque de compagnie, vous pourrez acheter 2 animaux supplémentaires au chenil, monnayant une certaine somme d'argent. Au-delà, il faudra songer à vous séparer de l'une de vos bêtes...
 

Evolution ou révolution ?

Les possesseurs des précédentes versions de Nintendogs l'auront compris : cette version 3DS est très proche de ses aînées. Bien sûr, son atout principal reste le support de la 3D sans lunettes, l'attraction principale de la nouvelle portable de Nintendo. Cette dernière est plutôt bien gérée et n'agresse pas les yeux : c'est toujours un plaisir de voir ses animaux de compagnie s'agiter en troidé, d'autant plus que les animations sont toujours réussies et variées. Les décors quant à eux, restent sommaires et évoquent fortement ceux de l'univers Wii.
Mais ce Nintendogs + Cats a plus d'un tour dans son sac. Comme c'est la tradition chez Nintendo, les nouvelles fonctionnalités de la 3DS sont pleinement exploitées. Ainsi, vous pourrez utiliser les cartes de réalité augmentée fournies avec la console pour poser avec vos chiens : par exemple, vous pourrez les mettre dans le creux de votre main ou bien sur une table chez vous. Le Podomètre est lui aussi exploité pour permettre à votre chien de faire une promenade lorsque vous vous baladez avec la 3DS sur vous. Enfin, le Street Pass est lui aussi de la partie : si vous croisez dans la rue d'autres personnes possédant elles aussi le jeu, vous vous échangerez des photos et des cadeaux. Vous pourrez même organiser des rendez-vous avec ces mêmes personnes, ce qui vous permettra par exemple de débloquer de nouveaux chiens.
 

Nintencats

Comme promis au début de ce test, revenons donc aux chats, grande nouveauté de ce Nintendogs + Cats. A l'instar des Canis lupus familiaris (merci Wikipedia !), vous pourrez les acquérir en vous rendant au chenil, contre une somme d'argent bien plus importante que pour un "chien standard". Comme dans la vraie vie, les matous se montrent très autonomes et les interactions avec le joueur s'en trouvent très limitées : vous ne pourrez pas leur apprendre de tour et ils se contenteront de jouer un peu et de se promener tout seuls pour vous ramener quelques cadeaux. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, mais leur modélisation est impeccable et ils apportent tout de même un bonus à l'ensemble du jeu. C'est toujours ça de gagné !
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Pas vraiment un jeu, Nintendogs + Cats est un soft que l'on conseillera avant tout aux marmots, que des parents offriront volontiers pour éviter les inconvénients que peuvent entraîner la possession d'un animal de compagnie. Et aux geeks invétérés qui ne pourraient pas accorder suffisamment d'attention à leur bestiole et qui n'ont maintenant plus aucune excuse, puisque leur animal de compagnie leur apparaîtra plus vrai que nature sur la nouvelle portable de Nintendo !

Points positifs

  • La 3D bien gérée et agréable à l'oeil
  • Les nouvelles fonctionnalités de la 3DS pleinement exploitées
  • La présence des chats...

Points négatifs

  • ... mais pour des possibilités assez limitées
  • Manque de challenge pour en faire un vrai jeu

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires