Test : Theatrhythm Final Fantasy : Curtain Call

Theatrhythm Final Fantasy : Curtain Call - 3DS

Genre : Rythmes de J-RPG

Date de sortie : 16 septembre 2014

Genre
Rythmes de J-RPG
Date de sortie
16 septembre 2014 - France
Développé par
Indies Zero
Edité par
Square Enix
Disponible sur
3DS
Modes de distribution
Boutique

Il n’y a pas à dire, ces derniers temps on se moque bien des joueurs dans le milieu du jeu vidéo. Entre les DLC à foison et les jeux que l’on paie trente fois pour pouvoir y jouer à chaque nouvelle génération. Sans parler des versions GOTY ou Enhanced qui justifient un prix complet pour trois petits ajouts. Bref, ce n’est pas demain la veille que l’on cessera de prendre les joueurs pour des vaches à lait, mais tant que les joueurs achètent, pourquoi s'arrêter ? La question que nous allons nous poser aujourd’hui est donc la suivante : Final Fantasy Curtain Call nous prend-il pour une vache à lait ?

Test effectué à partir d'une version 3DS

 
 
Avant de tester quoi que ce soit, il faut remettre les choses dans leur contexte. Final Fantasy Theatrhythm est sorti 2 ans auparavant. Petite révolution mêlant jeu de rythme et RPG, le titre était une petite merveille tachée cependant par un gros défaut, un contenu musical trop faible (seulement 80 chansons), surtout compte tenu du nombre colossal de choses à débloquer. Pour pallier à ce problème, et aussi un peu pour se remplir les poches, Square Enix a mis à disposition des DLC afin de renouveler le contenu. Payant évidemment. Les gens ayant investi dans ces DLC seront surement heureux d’apprendre que FFCC propose désormais un contenu de 231 chansons avec la plupart des DLC inclus d’office dans le jeu...
 

Va ! Chat laid !

Mais restons ouvert d’esprit et ne jugeons pas hâtivement. 231 chansons de base c’est énorme pour un jeu de rythme et le bienvenu lorsque ce dernier a des mécaniques rodées. C’est le cas pour FFCC qui a un gameplay solide et propose maintenant la possibilité de jouer aux touches si jamais vous êtes allergique au stylet. Bon point. Surtout que pour atteindre le rang SSS qui s’obtient par un 100% de critique, l’approximation du stylet est parfois rageante. Cette fois, tous les jeux de Final Fantasy, du 1 au 14, sont présents, y compris la version américaine FF America (Mystic Quest Legend) et autres Crisis Core ou Advent Children. Du bonheur. Comme dans l’ancien opus, les chansons sont toujours divisées en 3 types. Les EMS (Event Music Stage) qui se jouent sur fond de cinématique, les FMS (Field Music Stage) qui proposent des morceaux joués sur les cartes et les BMS (Battle Music Stage) qui offrent des musiques plus nerveuses, celles des combats.
 

Choco choco chocobon !

C’est sur ces deux derniers types de morceaux que l’aspect RPG prend toute son ampleur. Lorsque vous commencez le jeu, il vous faut former votre équipe avec 4 de vos héros préférés qui prennent des niveaux et augmentent ainsi leur stats. Si les FMS vous demandent d’aller le plus loin possible grâce à votre réussite et vos caractéristiques comme l’agilité, les BMS vous demandent de tuer un maximum d’ennemis pour arriver au boss et looter ainsi des récompenses de qualité. Des phases spéciales durant le jeu vous permettent d’appeler un chocobo pour aller plus vite ou une invocation pour détruire l'adversaire, et ces derniers sont plus ou moins puissants selon votre taux de réussite. Les techniques spéciales que vous débloquerez seront aussi d’une aide précieuse pour remplir vos objectifs.
FFCC se voit implémenté d’un mode Quest, une version améliorée du « sanctuaire du Chaos » qui vous propose de vous balader sur un damier dont chaque case est un morceau FMS ou BMS. Chaque quête qui est plus ou moins longue en fonction de son niveau de difficulté aura un objectif qui en général vous propose de tuer un boss précis. Ce mode de jeu vous permet d’amasser facilement les cristaux afin de débloquer du contenu ainsi que des levels grâce au multiplicateur de niveaux qui grossit si vous réussissez plusieurs niveaux à la suite.
 

Un verre (de) Suze ?

En plus du mode libre (dans lequel, rappelons-le, les modes de difficulté élevés sont directement accessibles) et du mode Quest, un mode versus a été ajouté. Après avoir enchaîné quelques parties contre l’IA, vous aurez la possibilité de jouer en local ainsi que sur Internet. Ce mode ne propose que les morceaux BMS, ce qui est dommage, mais ajoute la possibilité de se balancer des malus à la tronche. Ces derniers vont de l’accélération de la vitesse, plutôt bénin, à l’apparition au dernier moment des touches qui complique considérablement les choses. Le point malheureux est que tout est aléatoire, rendant parfois les combats un peu injustes. Pouvoir choisir quelle malédiction balancer à la tête de son adversaire aurait été plus fun.
Si collectionner les cristaux ne vous suffisait pas, ce mode vous permet de collectionner des cartes, et il y en a un paquet (hoho). On ne pourra pas dire que FFCC n’est pas généreux !
 

Article rédigé par Wildchoc , le

FFCC ne nous prend finalement pas pour des abrutis. Oui, on peut rager de devoir repayer des morceaux préalablement payés en DLC, mais FFCC améliore réellement le niveau de qualité justifiant ainsi un nouvel achat. Si vous êtes fan de l’univers FF c’est un indispensable. Si vous êtes seulement un adepte de jeux de rythme, il reste tout de même solide et propose un challenge touffu en versus contre une IA impitoyable ou en Quest Medley avec les quêtes les plus dures. Vous savez ce qui vous reste à faire.

Points positifs

  • Les musiques
  • Le contenu oufissique
  • Le gameplay aux touches
  • Le mode Quest couplé du StreetPass

Points négatifs

  • Stylet parfois imprécis sur les slides
  • Pas mal de redondance avec l'opus précédent
  • Le foutage de gueule avec les DLC

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires