Test : 3D After Burner II

3D After Burner II - 3DS

Genre : Shoot'em up à l'ancienne

Date de sortie : 15 janvier 2015

Genre
Shoot'em up à l'ancienne
Date de sortie
15 janvier 2015 - France
Développé par
Sega-AM2
Edité par
Sega
Disponible sur
3DS
Modes de distribution
Nintendo eShop

Si vous étiez jeune au début des années 90, vous aviez certainement tout d'abord un goût plutôt douteux en matière de mode vestimentaire. Mais, surtout, vous passiez sûrement des heures et des heures dans des salles d'arcade. Dans ce cas, vous connaissez peut-être la licence des After Burner, un shoot'em up cultissime mettant en scène des avions de chasse. Hé bien sachez qu'After Burner II est désormais disponible sur l'eShop de la 3DS pour le plus grand bonheur des nostalgiques.

Test effectué à partir d'une version 3DS

 
 
La première chose qui vient à l'esprit du néophyte lorsqu'il découvre ce 3D After Burner II, c'est très certainement : « Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?! ». Et il n'aurait pas tout à fait tort, tant le tout va vite, extrêmement vite. Le premier niveau est à peine lancé que les avions ennemis déboulent déjà de partout et que les missiles fusent de part et d'autre de l'écran dans de joyeuses explosions de couleurs vives. Un rythme nerveux qui rappellera à coup sûr de bons souvenirs à ceux qui s'y étaient essayés à la sortie originelle de ce soft. Heureusement, le titre est extrêmement facile à prendre en main et les commandes sont assimilées en une poignée de secondes. De quoi survivre face aux assauts incessants de l'IA... Ou du moins tenter. Car le titre de Sega propose une difficulté élevée, propre à son époque. Ici, il n'y a pas de compromis : une seule erreur et c'est la mort, ni plus ni moins.
 
 
Si le titre se montre immédiatement exigeant, cette version permet toutefois d'adoucir quelque peu cette difficulté. En effet, quelques paramètres peuvent être modifiés, avec principalement le niveau de difficulté, le nombre de vies accordées au joueur et, surtout, la possibilité de sauvegarder à tout moment. Un nouveau mode a même été inclus et se débloque une fois le titre terminé une première fois (entre une et deux heures en fonction des skills du joueur, avec une vingtaine de niveaux à parcourir) : celui-ci permet de ralentir le temps, de locker plus de cibles et enfin d'esquiver les missiles ennemis de manière plus aisée. Graphiquement enfin, inutile de se mentir, le tout a vieilli. Néanmoins, il est agréable de voir que le tout semble légèrement plus fin qu'à l'époque et, surtout, que c'est fluide à tout moment. La 3D pour sa part ne sert pas à grand chose si ce n'est à donner un bon mal de crâne au bout de quelques minutes. Quant à la bande-son, elle était déjà très réussie à l'époque, elle le reste donc forcément aujourd'hui.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

3D After Burner II remplit son rôle comme à l'époque : il se montre ainsi immédiatement fun avec une prise en main rapide, tout en étant exigeant et très nerveux. Les vieux de la vieille apprécieront de retrouver les sensations de l'époque, avec en plus des graphismes plus fins et une fluidité de tous les instants, et les néophytes ne sont pas mis de côté grâce à la possibilité de sauvegarder à tout moment et, surtout, de régler la difficulté. Le seul gros problème est en fait la durée de vie minuscule de ce titre, compensée toutefois par une bonne rejouabilité.

Points positifs

  • Prise en main immédiate
  • Fluide
  • Difficulté réglable
  • La nostalgie
  • A réserver aux fans du genre, tout de même

Points négatifs

  • Durée de vie rikiki
  • Un peu bordélique au premier abord
  • La 3D pas terrible

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires