American Gods : Livre VS Série

American Gods : Livre VS Série

Dans Geekérature, par Valet2trefle le 28 juillet 2017

Vous ne pouvez pas l'avoir loupé avec toute la pub qu'Amazon a balancé partout sur Internet : le best-seller de Neil Gaiman, American Gods, a été adapté en série télé.


Mais alors, est-ce qu'il faut la regarder ? Quelles sont les différences avec le livre ? Quelle est la meilleur version ? Mes réponses ici.

Pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur, Neil Gaiman est un écrivain anglais qui s'est fait connaître par ses scénarios de comics, notamment la série Sandman qui raconte les tribulations de la famille des Éternels : le Destin, la Mort, le Délire, le Désir, le Désespoir, la Destruction et surtout le Rêve, aussi connu sous le nom de "marchand de sable" ou de Morphée. Ses écrits sont très inspirés des mythes et légendes de toutes civilisations et la religion est un thème récurrent dans ses romans. Même lorsqu'il collabore avec Terry Pratchett, c'est pour rédiger De bons présages qui revoit l'histoire de l'apocalypse avec un humour parfaitement british ! C'est donc plutôt logique qu'il soit devenu célèbre pour son roman American Gods.

L'histoire

A peine sorti de prison, Shadow (Ombre dans la version française) apprend que sa femme et son meilleur ami sont morts dans un accident de voiture. C'est sur le vol qui l'emmène à l'enterrement qu'il va rencontrer Wednesday (Voyageur), un homme mystérieux qui lui propose de l'employer comme assistant personnel pour l'accompagner lors d'un long périple à travers les Etats-Unis. Shadow ne sait alors pas encore qu'en acceptant il va devenir l'acteur d'une intrigue complexe qui débouchera sur une guerre divine. Parce que oui, les Dieux existent et ils vivent parmi nous.

Le postulat de départ est à la fois simple et génial : et si tous les immigrants, en arrivant aux Etats-Unis, avaient amené avec eux leurs croyances et donc leurs Dieux, leur donnant corps par leur fervente adoration ? Et si ces Dieux, maintenant désuets, gardaient toujours l'envie de vivre et décidaient de lutter contre les nouveaux Dieux qui ont surgi avec le temps, et qui ne sont autres que Média, Télévision, Argent ou encore Internet ? Au fur et à mesure que les pages et les kilomètres défilent, le lecteur rencontre une panoplie de créatures mystiques plus inquiétantes et fascinantes les unes que les autres, toutes empruntées à des religions et mythologies différentes.

Mais American Gods, c'est aussi une vision de la société américaine contemporaine avec ses visages contrastés, ses grandes métropoles modernes et ses petits villages aux valeurs conservatrices. C'est l'histoire de l'opposition entre d'anciennes valeurs qui ont un jour fait notre identité et de nouveaux idéaux avec lesquels il faut cohabiter.

American Gods

Les principales différences

Comme dans chaque adaptation, les différences entre le livre et la série sont pléthore. Afin de ne pas vous spoiler complètement l'histoire, je ne vais pas vous raconter tous les petits écarts que l'on peut distinguer entre le roman et le scénario, mais plutôt les modifications plus générales qui ont été apportées au récit.

La première et plus évidente, c'est le relooking des personnages et la mise à jour des environnements. En effet, le roman avait été rédigé à la fin des années 90 et publié en 2001. Le monde a pas mal évolué depuis et les créateurs de la série ont préféré remettre le livre à jour plutôt que de faire une adaptation qui se déroulerait il y a presque 20 ans afin que les spectateurs puissent s'identifier plus facilement et se plonger sans difficulté dans l'histoire.

Les deux exemples les plus flagrants de cet update vestimentaire sont Mad Sweeney le leprechaun et Internet (Technical boy). Alors que ce premier est décrit comme ayant une dégaine de camionneur dans le livre, la série le montre plutôt comme un hipster un peu trash et survolté. Quant à Internet, le garçon en surpoids couvert d'acné et fringué à la Matrix ressemble maintenant à un ado friqué qui aurait regardé trop de clips de rap américain et d'artistes pop.


Technical Boy

En amenant l'histoire dans les années 2010, les scénaristes, aidés par Neil Gaiman, exploitent également le thème de l'immigration d'une façon nouvelle et plus politique que dans le livre. Le sujet est devenu en effet beaucoup plus controversé de nos jours qu'avant le 11 septembre (et encore plus depuis l'élection de Donald Trump).

Autre grand changement, la série ne se focalise plus sur Shadow et Wednesday mais fait la part belle aux personnages secondaires. Le rôle des différents Dieux et autres entités fantastiques est donc mis en avant, notamment celui de Laura (la femme de Shadow) et de Mad Sweeney qui auront droit à leur propre road trip. En plus de tout ça, de nouveaux personnages apparaissent, aussi insignifiants que... Jésus, par exemple (d'ailleurs, on se demande pourquoi il n'était pas dans le bouquin, lui !).


Jesus American Gods

Quelle version choisir?

Tout dépend de ce que vous attendez.

Si vous souhaitez explorer à fond le monde créé par Neil Gaiman et connaître mieux les différents Dieux et leurs histoires : go for the show. Les flashbacks racontant l'arrivée des diverses divinités en Amérique sont particulièrement bien intégrés et le travail effectué sur les personnages secondaires est bienvenu. Le rôle des déesses est mis en avant, ce qui rajoute une touche féminine qui manquait au roman, concentré sur l'histoire de deux mecs.

Par contre, si vous voulez vous plonger dans l'atmosphère mystique et poétique qui entoure les aventures de Shadow, sautez sur le livre ! Il n'y a pas à dire, rien ne peut remplacer la mélodie des mots, pas même le talent de Bryan Fuller pourtant connu pour ses séries aux esthétiques ambitieuses comme Hannibal. Les ralentis, le sang couleur rouge pétant qui vole de partout et les plans surtravaillés font plus tape à l'oeil que poétiques. A longueur de temps, on s'en lasse, et on aimerait que le réalisateur arrête de nous proposer des tableaux j'melapètetellementc'estbeau et se focalise plus sur ses acteurs et leur jeu de scène.

American gods


Pour ceux qui n'ont pas encore lu le roman, je vous conseillerais de commencer par lui (évidemment, les livres sont eux aussi des Dieux, il faut les vénérer !). Mais, malgré certains défauts et une tendance à la j'melapètisme, la série apporte un renouveau plutôt bienvenu à l'histoire créée par Neil Gaiman, en l'encrant dans une époque plus moderne et en donnant un rôle plus important aux personnages secondaires.


Pour les fans, passé l'esthétisme parfois douteux, vous retrouverez des dialogues mémorables tirés du roman et les nouveautés vous permettront de ne pas vous ennuyer !

Commentaires