Souris SteelSeries Rival 710

Souris SteelSeries Rival 710
Partager
Après les 110, 300, 310, 500, 600 et autres 650, SteelSeries complète encore un peu plus sa gamme Rival avec la 710, équipée de l’excellent TrueMove3, d’un moteur haptique et d’un écran OLED. Il ne manque plus qu’une machine à café et un lance-missiles intégré, non ?
Sur le marché de la souris gaming, on ne peut pas dire que les danois de SteelSeries soient les derniers arrivés. Après la sortie de nombreuses souris mythiques (comment ne pas évoquer la Sensei), la gamme des Rival s’est tranquillement installée avec de nombreux produits de qualité et notamment la 650 que nous avions testé il y a quelques mois. Aujourd’hui, c’est au tour de la 710 de passer sur le grill.

SteelSeries Rival 710

Sortie de sa boîte, la souris arbore des courbes sobres malgré une épaisseur notable, surtout au niveau de l’arrière du périphérique (76,2 mm). En forme de goutte d’eau, l’arrière de la souris est légèrement désaxé sur la droite pour mieux adapter votre main mais qui posera des problèmes pour nos amis les gauchers. La souris est livrée avec deux câbles, un câble court en PVC lisse ainsi qu’un plus long câble tressé (tous deux USB). Le fait d’en avoir deux dans la boîte n’est pas surprenant lorsque l’on constate qu’ils sont détachables de la souris et s’accrochent facilement à l’avant du périphérique. Toutefois, veillez bien à presque forcer sur la poussée lors de la première installation, auquel cas le socle du câble ne serait pas totalement enfoncé et pourrait « gratter » votre tapis et vous faire sentir une sorte de rugosité très déplaisante. D’un poids de 135 grammes, la souris se situe dans la gamme des poids moyens, et ce malgré la présence d’un écran OLED à l’avant de la demoiselle ainsi qu’un petit moteur en son centre, générant un retour haptique lorsque certains événements en jeu se produisent. Par exemple, elle pourra booster votre réactivité sur un jeu comme DotA 2 où la souris vibrera légèrement lorsque l’ultimate de votre héros est de nouveau prêt. Eh oui, c’est ça le monde moderne. Concernant l’écran, c’est un gimmick plus qu’autre chose puisque vous pourrez y afficher n’importe quelle petite image (en noir et blanc, du moment que le poids et la taille convient) et donne des indications comme votre vie ou vos munitions restantes durant la partie.

SteelSeries Rival 710

La souris compte sept boutons : classiquement, vous en trouverez trois, très ergonomiques, du côté de votre pouce, surmontant une partie antidérapante (que vous trouverez également sur tout le côté droit de la souris). Les boutons de clic gauche et droit sont très (très) longs et franchement légers ce qui pourra en déstabiliser plus d’un. Une fois l’habitude prise, il devient très facile de cliquer tant la profondeur d’activation est faible. La molette de la souris est sensiblement la même que celle que l’on trouve sur les autres souris de la marque, légèrement crantée, et très agréable au toucher lors du défilement. Il faut aussi savoir que trois parties principales de la souris peuvent être enlevées et changées avec d’autres : la coque arrière (là où se trouve le logo), le bump arrière et le capteur laser Pixart 9800.

SteelSeries Rival 710

Parlons capteur et technique d’ailleurs, puisque pour le prix à dégainer afin de vous procurer cette souris (une centaine d’euros), sachez qu’au niveau qualité, vous en aurez pour votre argent. La présence de la technologie TrueMove 3 de la marque (que vous pouvez déjà trouver sur d’autres souris de la gamme Rival), le périphérique est incroyablement précis et sur plus ou moins n’importe quelle résolution. Cette facilité à pointer est aidée par l’incroyable souplesse de la 710 qui glisse littéralement sur le tapis de souris : on a rarement eu cette sensation d’être aussi à l’aise aussi bien en 1080p qu’en 4K et sur des moniteurs de tailles variables. Si vous êtes tatillon, sachez que les réglages de la souris peuvent être aménagés à votre guise via le très bon logiciel de la marque.

SteelSeries Rival 710

Comme tous les autres produits de chez SteelSeries, la Rival 710 se gère à travers leur logiciel maison baptisé SteelSeries Engine 3. Sans trop entrer dans les détails techniques, vous pourrez modifier et personnaliser vos profils en réglant l’accélération et la décélération native de la souris, l’accrochage d’angle (qui permet de, selon votre préférence, lisser vos mouvements horizontaux, ce qui s’avère très utile dans des jeux où vous utilisez une lunette de sniper, par exemple), ou le plus classique taux d’interrogation entre le périphérique et le PC. Bien évidemment, vous pourrez directement régler la distance de soulèvement maximale, mais aussi le DPI ou encore les options relatives à l’autonomie de la souris. Allant également de soi : chaque bouton est configurable et vous pourrez programmer autant de macros dont vous aurez besoin. Côté esthétique, c’est un peu plus sobre que les autres modèles puisqu'il n'y a que deux zones de la souris dont vous pourrez modifier la couleur (la molette et le logo).

SteelSeries Rival 710
Nous ne passerons pas par quatre chemins : souris aux matériaux, à la technologie et à la finition impeccable, cet appareil est à la pointe de ce que vous pourrez trouver à l’heure actuelle. Équipée du TrueMove3 et à l’ergonomie faite pour le jeu, la précision redoutable de la 710 nous vous laissera pas indifférent. Même les deux principaux gimmicks (l’OLED et le moteur haptique) peuvent se révéler utiles à certains moments et apportent une réelle plus-value à l’ensemble du périphérique. Bien évidemment, il vous faudra mettre la main à la poche pour une souris au prix qui fait écho à la qualité globale de l’objet (entre 100 et 110 euros selon le revendeur).
17 octobre 2019 à 16h43

Par Lorris

Gribouillé par...

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Twitter : @Yolorris

Revenir en haut