Suda51 donne des nouvelles

Suda51 donne des nouvelles

Dans Actu , par SiMouth le 05 décembre 2012 à 21h01

Lors du dernier Toulouse Game Show, les 1er et 2 décembre derniers, le fameux Suda51 (Killer7, No More Heroes, Lollipop Chainsaw…) était l’un des invités d’honneur et a tenu une conférence faisant le point sur ses activités passées et en cours. Tout son parcours a été revu, et il a même abordé le métier qu’il faisait avant de rejoindre le monde merveilleux du jeu vidéo. Il exerçait alors une fonction pleine de joie et de bonne humeur : mettre en place des cérémonies d’adieu pour les défunts. Selon lui, c’est ce qui explique que le thème de la mort soit prépondérant dans ses jeux. Sur l’un des premiers dont il a eu la charge, Super Fire Pro Wrestling Special, le héros se suicide une fois parvenu à l’apogée de sa carrière. Oups ! J’ai oublié de prévenir du spoiler, désolé. Suda51 dit avoir fait ce choix en ressentant le « Game Over » présent dans les jeux vidéo comme une sorte de mort, le moment où l’on a fini un jeu et qu’on le range dans l’étagère presque pour toujours est un moment triste, et il souhaitait que cette séparation entre le joueur et son jeu soit quelque chose qui ait du sens, qu’elle fasse suite à une véritable mort. Plus tard, il dit avoir trouvé l’inspiration dans le film Nouvelle Vague de Jean-Luc Godard, principalement dans sa narration décousue, un peu floue, pour construire celle de The Silver Case, un jeu d'enquête et d'aventure sorti au Japon sur PlayStation dont un portage pour Nintendo 3DS est prévu en sortie mondiale (après avoir été annoncé sur DS). Ses inspirations sont multiples, il a par exemple été impressionné par Another World de notre Eric Chahi national, et il se passionne notamment pour le catch et les histoires de combats de robots, ce que l’on constate facilement dans une bonne partie de ses jeux. Pour Lollipop Chainsaw, ceci dit, la réflexion qu’il y a derrière est moins subtile : « On m’a dit plusieurs fois que je faisais des jeux idiots, que ce soit en bien ou en mal. Alors j’ai cherché cette fois à faire un jeu le plus idiot possible. Quand j’ai proposé ce jeu, j’avais eu l’idée la veille. Je m’étais dit « tiens, ce serait bien que l’héroïne soit une cheerleader. Et puis, de quoi a-t-on besoin pour tuer des zombies ? Une tronçonneuse ! ». Et donc voilà comment Juliet est née. En général, je m’en tire mieux quand je propose un jeu dont je viens d’avoir l’idée plutôt qu’un concept auquel j’ai réfléchi pendant deux mois ! » Dans la dernière partie de cette conférence, il a évoqué l’avenir. Il n’a évidemment pas voulu révéler la date de sortie de Killer is Dead, prévu pour l’année prochaine, qui (rappelons-le) n’est pas une suite de Killer7 malgré la ressemblance des noms. D’ailleurs, il dit ne pas penser aux suites de manière générale, il préfère créer de nouvelles licences, la seule exception étant No More Heroes qui fut l’une de ses expériences les plus agréables. Autre information intéressante, il serait en train de préparer un film en lien avec l’un de ses jeux, mais il n’a pas précisé lequel, le projet en étant à un stade primaire de développement. Un film aussi décalé que ses jeux ? Nous verrons bien s’il se concrétise…

Commentaires