Assassin's Creed Origins : que vaut le DLC The Curse of the Pharaohs ?

Assassin's Creed Origins : que vaut le DLC The Curse of the Pharaohs ?
Partager
Après The Hidden Ones, premier DLC sympa sans être totalement foufou, Assassin's Creed Origins s'offre ici un second contenu téléchargeable, baptisé pour sa part The Curse of the Pharaohs. L'occasion pour le titre d'Ubisoft d'enfin plonger totalement dans la mythologie égyptienne, qui manquait cruellement au jeu de base.
 

Le joueur retrouve donc encore une fois ce bon vieux Bayek, envoyé à Thèbes par cette feignasse d'Aya qui apparemment ne veut plus bouger son postérieur de là où il est. La raison ? Une mystérieuse malédiction semble planer sur la région. Et le medjay comprend immédiatement que quelque chose cloche puisque, dès son arrivée, ''l'ombre'' – comprenez par là une sorte de fantôme - d'un pharaon apparaît et tue impitoyablement ceux qui se trouvent sur son chemin. Une fois l'ennemi vaincu, le héros va donc enquêter pour tenter de mettre un terme à cette malédiction. Une enquête qui va l'emmener jusque dans l'Au-Delà et qui fera aborder à ce DLC les thèmes de la vie, de la mort et des Dieux. Un changement radical par rapport au très terre à terre The Hidden Ones qui se concentrait pour sa part sur la naissance du credo des Assassins. Bon, ne vous attendez tout de même pas à de grandes envolées philosophiques, la narration de The Curse of the Pharaohs restant, malheureusement, au niveau du jeu de base. Malgré tout, on apprécie ce changement et l'apparition de ce genre de questionnements. Un bon point qui aurait mérité d'être creusé, donc.
 
Assassin's Creed Origins : The Curse of the Pharaohs

Comme dit précédemment, ce DLC s'aventure du côté du fantastique en plongeant le joueur dans la mythologie égyptienne. Et quel plaisir pour les fans d’Égypte Antique ! The Curse of the Pharaohs permet de visiter donc plusieurs versions de l'Au-Delà, chacune d'entre elles étant liée à une personnalité en particulier, avec des éléments liés à sa vie. On aimerait vraiment en dire plus, mais l'on préfère vous tenir éloignés des spoils pour profiter pleinement de la découverte. Tout juste pouvons-nous préciser que ces lieux permettent d'affronter de nouveaux ennemis, à savoir les scorpions géants et les guerriers d'Anubis (qui attaquent à vue, puisqu'un mortel n'a rien à faire là-bas !). Quelques boss sont également de la partie, comme les Ombres des Pharaons qui apparaissent régulièrement et prennent le relais des Phylakes du jeu de base. De quoi se rendre compte que la difficulté a été légèrement revue à la hausse pour ces boss et mini-boss. Ici, plus encore que dans le jeu de base, un niveau peut faire la différence... D'ailleurs, le niveau maximum a été augmenté puisqu'il peut désormais grimper jusqu'à 55, avec une poignée de nouvelles compétences à débloquer grâce aux points acquis.
 
Assassin's Creed Origins : The Curse of the Pharaohs

Côté contenu, on est en revanche sur du grand classique, avec les traditionnelles quêtes principales et annexes ainsi que les endroits à découvrir et terminer. Extermination de bestioles, pillage de trésors, forts ennemis à nettoyer, il y a assez peu de nouveautés. Tout juste pouvons-nous citer la lecture de tablettes, présentes dans l'Au-Delà et qui donnent des indices sur des trésors à aller chercher, un peu comme les papyrus (mais en plus compliqués). En revanche, côté quantité, on est servis. Si The Hidden Ones ne comportait que quatre régions et à peine 8h de jeu, il y a beaucoup plus à se mettre sous la dent ici. Comptez au moins une bonne dizaine d'heures en ligne droite, et même presque la trentaine pour atteindre les 100%, voire plus en fonction du temps de flânerie du joueur... Ne vous laissez pas avoir par le nombre de régions au premier abord, car certaines sont cachées. Les fameuses régions de l'Au-Delà, liées chacune à une personnalité différente et donc accessibles via des tombeaux différents. Et la découverte de ces dernières est un vrai plaisir pour la rétine tant le côté fantastique se fait ressentir et est réussi. On apprécie tout particulièrement la zone recouverte de champs de blé à perte de vue, sur lesquels naviguent lentement de grands vaisseaux...
 
Assassin's Creed Origins : The Curse of the Pharaohs

Alors, on achète ou pas ? L'amoureuse de la mythologie de l’Égypte Antique que je suis vous dirait oui, et la journaliste que je suis vous dirait oui aussi. Car si le côté narratif est toujours perfectible, Ubisoft livre avec The Curse of the Pharaohs un contenu copieux qui rallonge encore d'une trentaine d'heures l'aventure de cet Assassin's Creed Origins, pour peu qu'on veuille le faire à 100%. Si l'on conseille rarement d'acheter des DLC, on ne peut vous laisser passer à côté de celui-ci tant il prolonge de manière plus qu'agréable l'aventure de base.
16 mars 2018 à 13h02

Par Shauni Chan

Autres news...

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut