Preview : The Elder Scrolls : Online

The Elder Scrolls : Online - PC

Genre : MMORPG heroïc fantasy

Date de sortie : 04 avril 2014

Genre
MMORPG heroïc fantasy
Date de sortie
04 avril 2014 - France
Développé par
ZeniMax Online Studios
Edité par
Bethesda Softworks
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Steam
Site officiel
Site officiel

Il fallait bien que ça arrive un jour, Bethesda décline sa célèbre franchise Elder Scrolls en un MMORPG. Vu la qualité constante des précédents volets, on peut être confiant quant au résultat. Néanmoins, le pari est risqué, et jusqu'à présent, personne n'a su détrôner World of Warcraft malgré de nombreuses tentatives plus ou moins réussies.

 
 
Le monde de Elder Scrolls Online reprend les univers des anciens volets de la série. Durant la présentation, nous avons vu des bouts de Daggerfall et de Morrowind, mais on nous annonce aussi que des contrées encore inexplorées de Tamriel feront leur apparition. Les développeurs nous ont indiqué que le monde serait beaucoup plus grand que ceux des volets solo. Côté graphismes, le titre se débrouille bien pour un MMO, mais reste en-dessous de Skyrim. Peu importe, ce qui est montré à l'écran est largement satisfaisant pour un jeu de ce genre.
 
 
L'E3 a été l'occasion de prendre part à une session de jeu d'une quarantaine de minutes sur les serveurs de Bethesda spécialement installés pour le salon. Du coup, peu de joueurs étaient présents dans la ville de Daggerfall, et la plupart suivaient le même but, le nombre de quêtes de cette démo étant limité.
En gros, la ville est sous la menace d'assassins qui viennent buter les habitants et l'une des quêtes vous invite à enquêter sur l'origine de ces attaques. Cette quête est l'occasion de parler aux autochtones, d'explorer quelques lieux comme les soutes d'un bateau et une taverne, et bien sûr d'affronter des ennemis. Vous pouvez mener plusieurs quêtes en parallèle, juste pour le trip nous avons lancé une seconde quête dans laquelle il fallait commencer par suivre un chien, mais nous n'avons malheureusement pas eu le temps d'aller plus loin. Les objectifs des quêtes s'affichent à droite de l'écran, pour plus de clarté. D'une manière générale, l'interface est claire et rapidement accessible. Elle se veut plus sobre qu'un Skyrim, sans doute pour éviter aux joueurs de passer trop de temps dans les menus et ainsi interrompre l'action, MMO oblige.
 
 
Concernant le gameplay, on reste très proche de Skyrim et des Elder Scrolls en général. La démo se situait après quelques heures de jeu, avec un personnage ayant déjà acquis quelques compétences. La démarche est logique, le début d'un Elder Scrolls peut vite se résumer à marcher pendant une heure et à se faire buter par le premier rat venu si on ne fait pas attention. Pour l'E3, il valait mieux éviter la douloureuse séquence de gain des premiers points d'XP et entrer directement dans le vif du sujet.
Les combats nous ont paru brouillons, on est dans un style similaire à Diablo où il fallait cliquer comme un enculé et se défendre sans trop savoir ce qu'on faisait. Dès qu'il y a du monde à l'écran, l'action devient confuse, surtout que d'autres joueurs peuvent intervenir pendant les combats pour vous donner un coup de main. Gageons que les développeurs travaillent sur ce point et rendent les combats plus riches et plus lisibles.
Enfin, le monde de cet Elder Scrolls Online semble riche et très interactif. De nombreuses actions sont possibles en extérieur comme buter des poulets qui traînent dans les fermes des autochtones, et en intérieur il est possible de fouiller de nombreux tiroirs et autres caisses. Si le monde du jeu bénéficie toujours de ce même niveau de détail, le loot peut s'annoncer plus varié que dans les autres MMO.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Malgré le fait que la démo montrée à l'E3 n'était pas à un stade très avancé, cet Elder Scrolls Online est une bonne surprise. L'environnement et les mécanismes des précédents titres de la franchise semblent avoir été adaptés intelligemment dans un contexte massivement multijoueur, et le moteur graphique ne souffre pas trop comparé à Skyrim, étant donné la quantité énorme de nouveaux paramètres à gérer. Néanmoins, les développeurs devront continuer à placer la barre très haut d'ici la sortie du jeu l'année prochaine, pour pouvoir se faire une place au soleil dans l'univers impitoyable des MMORPG.

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires