Test : Total War : Warhammer 2

Total War : Warhammer 2 - PC

Genre : Stratégie

Date de sortie : 28 septembre 2017

Genre
Stratégie
Date de sortie
28 septembre 2017 - France
Développé par
The Creative Assembly
Edité par
Sega
Disponible sur
PC
Modes de distribution
Boutique
Steam

Aborder un crossover entre ces deux univers a posé un problème difficile à résoudre. Doit-on voir un Total War avant tout ou une adaptation de l’univers Warhammer en jeu vidéo ? Même si nous n’avons toujours pas trouvé de réponse satisfaisante à cette question, nous avons passé de longues heures sur le titre, et nous avons des choses à dire.

Test effectué à partir d'une version PC

Hommes-Lézards Plastique

Pour ceux qui ne connaissent pas Warhammer, il s’agit d’un jeu de plateau à grande échelle né en 1983 en Angleterre, créé par Steve Jackson et Ian Livingstone. Vous savez, les deux qui ont écrit une énorme flopée de livres Fighting Fantasy (connus sous le nom de Livres Dont Vous Êtes Le Héros en France), ou encore le jeu de carte Munchkin pour Steve Jackson. Deux gaillards qui ont l’habitude de créer des univers complets et robustes, avec un lore structuré.

 
Ils ont donc accouché de Warhammer, jeu de guerre avec des petits soldats où on peut se faire s’affronter joyeusement des Elfes Noirs contre des Rois des Tombes ou des Nains contre des Elfes Sylvains, en déboursant deux smics pour chaque armée ainsi que tous nos congés pour les peindre amoureusement en lisant un livre de règles de 380 pages. Il était évident que cet univers allait finir en jeu vidéo, et bien évidemment adapté en Total War, saga historique de jeux de grosse guéguerre avec plein de petits bonshommes qui s’étripent sur un champs de bataille.

Slaan
"Certes j'ai des petits bras, mais je crie très fort."
 
Ici, nous avons donc le deuxième de cette série et nous trouvons quatre armées : Hommes-Lézards, Elfes Noirs, Hauts-Elfes et Skavens. Le lore est très fidèle à la série d’origine, que ce soit dans les régions (la carte de Warhammer est une déformée de la nôtre), ainsi on retrouve la jungle luxuriante de la Lustrie des Hommes-Lézards avec leurs sacrifices et leur magie surpuissante (en gros, ce sont des Aztèques), les cultes vicieux des Elfes Noirs avec des armures-bikini et des créatures comme l’Hydre de Guerre, une race intelligente et tordue. En face, les Hauts-Elfes, créatures délicates et raffinées, le 16e arrondissement qui fait la guerre : ils pensent être au top mais ce sont surtout des consanguins avec des armures Gucci. Et puis les Skavens, des hommes-rats qui se voient mutuellement comme de la chair à canon, utilisant le surnombre et des matières dangereuses, n’hésitant pas à tirer sur leurs camarades si ça permet de tuer quelques elfes. Vous l’avez compris, ce sont les crackheads de la ligne 2 de l’univers de Warhammer.

 
Ces quatre races jouables pour la campagne se foutent donc constamment sur la gueule entre eux et avec les autres races de l’univers (Orcs, Chaos, Nains et Humains) pendant une course à l’accomplissement d’un rite. Certains veulent le renforcer, d’autres l’empêcher. La campagne vous conduira à récupérer des ressources primordiales à l’accomplissement du rituel. Puis, à chacune des étapes du rituel, les Guerriers du Chaos viennent casser l’ambiance en venant taper sur tout le monde tels des CRS dans une manif' parisienne.
HL
"On est venu vous présenter notre prochaine mixtape, elle envoie du lourd."

Skaven-ue des Champs-Elysées

Nous retrouvons donc tous les éléments habituels d’un Total War, comme la diplomatie entre les races, le contrôle des régions, etc. Avec quelques nouveaux éléments apportant un petit vent de fraîcheur bienvenu. Est-ce pour autant un nouveau jeu ? C’est là une question délicate. Cette suite ressemble plus à un gros DLC qu’à un jeu vendable 60€. Certes, nous trouvons une nouvelle campagne assez massive (bien qu’assez répétitive, mais ça reste du Total War : faire la même chose en boucle avec de plus en plus de temps par tour) ainsi que quatre nouvelles races. Les précédentes ne sont donc pas jouables dans celui-ci mais une importante rejouabilité d’une race à l’autre vient contrebalancer ce défaut, pour autant cela reste plus proche du contenu d’un DLC à 30€ dans l’ère actuelle du marché du jeu vidéo. 

 
Mais ne nous arrêtons pour l’instant pas à ça, parlons un petit peu du multi. Nous avons été confronté à un dilemme intéressant : soit les parties étaient très sérieuses et relativement proches du jeu de plateau (avec pas mal de restrictions pour empêcher les armées débiles), soit au contraire c’était carrément la foire à la saucisse. Les victoires ne sont arrivées qu’en construisant des armées à 30k gold, à base de l’unité la plus forte x12, machine de guerre x7 et un seigneur surpuissant. Stratégie ? C’est celui qui a la plus grosse qui gagne. Amusant, mais très loin de l’esprit Warhammer de base. Ce qui amène au deuxième défaut principal du jeu : les batailles. C’est le cœur des Total War donc c’est assez embêtant de dire ça : parfois on se retrouve avec des victoires de justesse alors qu’il ne reste rien à l’adversaire et 60% de nos effectifs (???), d’autres fois défaite humiliante alors qu’il nous reste 40% des effectifs, on croirait que c’est Asselineau qui fait les comptes.

Nous sommes très très loin d’un équilibre proche de Warhammer, mais uniquement d'un Total War. Est-ce gênant ? Cela dépend clairement de ce que vous cherchez. Si vous voulez jouer à Warhammer sur votre PC, vous risquez d’être déçus. Si vous avez envie d’un Total War avec un skin Warhammer, vous allez être heureux car les unités sont très bien modélisées, et les forces et faiblesses de celles-ci sont représentatives du jeu d’origine. De plus, l’histoire entre les factions, les modes de jeu sont très respectueux du monde d’origine. Seulement, les batailles peuvent être gênantes si on s’attend à avoir les résultats du jeu de plateau.

Skaven
"Qui a parlé de foire à la saucisse sans m'inviter ??"

Elfes-Noirs... Ah non, on va se prendre un procès

Tout comme la résolution automatique des batailles peut sembler étrange dans ce titre (je me répète, mais la guerre est le centre de l’univers de Warhammer, on ne joue pas à Warhammer pour faire des alliances commerciales), donc se retrouver à ne pas jouer des batailles pour essayer d’avancer un peu plus vite est souvent fastidieux. Car tellement de gestion entre les batailles, entre les constructions et les déplacements, que si en plus on doit gérer une bataille gagnée à 65%, ça prendra moins de temps de créer d’autres troupes et de les fusionner que de jouer la bataille pour économiser 1000g (gagnés en un tour). Au début on fait toutes les batailles, excités comme des poux, puis on se rend rapidement compte que c’est la plus grosse armée qui gagne en résolution automatique.

 
L’IA est franchement costaud, même si par moments ses déplacements laissent clairement à désirer (charger avec des archers, vraiment ?), elle est globalement solide lors des batailles. Nous avons fait la campagne avec les Skavens et les Hommes-Lézards, et la gestion était très différente, entre la corruption des Skavens (mécanique permettant de déstabiliser les régions où vous êtes présent) et les flux magiques des Hommes-Lézards (renforce le lien entre les colonies et les vents magiques), les mécaniques globales sont très différentes donc offrent une grosse rejouabilité.

Article rédigé par M.Achille , le

Total War : Warhammer 2 est globalement un bon jeu, plus un bon Total War qu’un bon Warhammer, mais si vous aimez les TW et que vous avez envie d’y voir les troupes et factions de Warhammer, vous serez servis. Avec une campagne d’environ 25-30h par faction, il saura vous occuper quelques temps, même si rapidement la résolution automatique des batailles aura raison de vous pour avancer plus vite dans la campagne et vous concentrer sur la macro gestion. Ce qui aurait du être un bon DLC saura se faire une place dans votre ludothèque en cas de promotion sur Steam.

Points positifs

  • Beau
  • Unités bien modélisées et fidèles au jeu de plateau
  • Grosse durée de vie

Points négatifs

  • Lent
  • IA à la ramasse sur certaines actions
  • Batailles passables au bout d'un moment

A propos de l'auteur

M.Achille

M.Achille

Maître des doges

Fan de Binding of Isaac, The Witness et Antichamber. J'aime les jeux (très) difficiles et qui font mal à la tête, ainsi que les périphériques lumineux.

J'aime beaucoup trop Overwatch.
Je ne joue que sur PC, parce qu'il y a Gang Beast et Rocket League.
Je n'aime pas partager ma manette, mais volontiers mon écran.
J'aime les jeux idiots, originaux, bref ce qui traîne sur itch.io.
J'aime mettre les gens mal à l'aise.
Je suis facile à corrompre avec un cookie.

Contacter

Commentaires