Test : Frostpunk

Frostpunk - PC

Genre : Gestion dans le froid (très froid)

Date de sortie : 24 avril 2018

Genre
Gestion dans le froid (très froid)
Date de sortie
24 avril 2018 - France
Développé par
11 bit studios
Edité par
Deep Silver
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Steam

Déjà responsable du particulièrement jouasse (non) This War of Mine, 11 Bit Studio revient avec un nouveau titre qui va encore vous filer la banane pendant les longues soirées d'hiver (ou pas). Frostpunk, puisque tel est son nom, déjà disponible sur PC depuis plus d'un an, arrive désormais sur consoles, et nous nous sommes empressés de nous y essayer.

Test effectué à partir d'une version PS4

L'apocalypse est arrivée. Point de démons, zombies et autres pandémies ici mais, comme son nom l'indique un peu tout de même, Frostpunk a décimé une grande partie de l'Humanité avec l'arrivée d'une nouvelle ère glaciaire. Les quelques survivants se sont regroupés et ont décidé de se rendre au nord de l'Angleterre pour atterrir dans un cratère où se trouve un immense générateur, synonyme de source de chaleur bienvenue. Mais ce dernier ne va pas tourner tout seul et les arrivants devront rapidement récolter les quelques ressources dispatchées dans les alentours, charbon, acier et bois, pour pouvoir commencer à s'établir et à lancer le générateur, qui produira un petit cercle de chaleur autour de lui. A partir de là, au joueur de correctement gérer son petit monde, qui deviendra de plus en plus exigeant au fur et à mesure de l'avancée des jours.

Winter is coming

On ne va pas se mentir, pas de ça entre nous : Frostpunk est très exigeant. Pas vraiment injuste, mais il vous fera payer cash une mauvaise décision, que ce soit immédiatement ou un peu plus tard. Jeu de gestion de son état, le titre de 11 Bit Studio se découvre comme leur autre production, This War Of Mine : on enchaîne des parties qui deviennent de plus en plus longues au fur et à mesure que l'on apprend de nos erreurs. Et les erreurs seront nombreuses lors des premiers runs, tant ce jeu peut se montrer obscur sur différents points. Par exemple, en ce qui concerne son arbre technologique. Rapidement, la petite cité en construction permet en effet d'assigner des ingénieurs à un bâtiment spécifique qui effectuera des recherches en échange de matériaux de base. Sauf que voilà : les améliorations ne sont pas explicitées et on naviguera un peu à l'aveugle au départ, sans savoir vraiment quels sont les choix les plus importants à faire.

Frostpunk

Un fait qui finalement disparaît au fur et à mesure que l'on progresse dans les différents scénarios – au départ un seul est disponible, puis les autres se débloquent rapidement – et que les mêmes demandes reviennent de la part des habitants. On pense notamment à la chaleur, qui devient rapidement un problème de santé puisque la température baisse drastiquement de jour en jour, pouvant entraîner de graves maladies. Le joueur apprend également bien vite à utiliser correctement le livre des lois, et a finalement toujours promulguer les mêmes. A intervalles réguliers, il a en effet la possibilité de faire passer une loi mettant à profit des dilemmes moraux et influant sur les jauges de mécontentement et d'espoir : faire travailler les enfants (perte d'espoir mais gain de main d’œuvre), diluer la nourriture (augmentation du mécontentement mais des rations qui diminuent moins vite) ou encore amputer les habitants qui en ont besoin (et donc là encore perdre de la main d’œuvre), et ainsi de suite.

Frostpunk

Snow White

Ce livre des lois ''générique'' est rapidement rejoint par un second qui diffère en fonction du choix du joueur : voie autoritaire ou voie spirituelle. Ici, les lois se montrent encore plus complexes à choisir puisqu'elles tapent encore plus dans des choix moraux drastiques. Autant vous le dire d'office, si vous avez déprimé devant This War of Mine, vous aurez pas mal de chances de faire de même avec Frostpunk, même si l'impact est ici un peu moindre, la faute à un jeu qui demande avant tout de faire tourner une petite ville et non pas forcément de faire survivre une poignée de civils en temps de guerre. L'empathie n'est donc pas aussi forte mais certains choix feront tout de même un peu tiquer les plus sensibles.

Frostpunk

Il faudra également faire des choix durant les excursions. Car un petit groupe de survivants peut en effet être envoyé à l'extérieur de la cité en devenir, pour aller chercher d'autres survivants ou des matières premières, voire un élément en particulier (les noyaux de vapeur) qui devient indispensable sur les parties les plus avancées, notamment pour construire des bâtiments complexes. Une fois une expédition arrivée dans un nouvel endroit, un petit texte s'ouvre et au joueur de choisir ce qu'il veut faire. Par exemple : vous entendez des survivants dans une grotte, et ils peuvent avoir des matériaux... mais des ours barrent le chemin. Préférez-vous les affronter, au risque de perdre des membres, ou au contraire passer votre chemin ? A la fin de chaque excursion, il est aussi demandé au joueur de choisir entre ramener le petit groupe à la maison ou l'envoyer directement dans un autre endroit... à ses risques et périls.

Frostpunk

Les rois de la neige

Si Frostpunk est pétri de bonnes intentions et qu'il propose un gameplay solide qui fait rapidement ses preuves, vous aurez sans doute déjà compris son point faible : son aspect scénarisé. Une bonne idée sur le papier mais qui empêche finalement le joueur de relancer encore et encore de nouvelles parties afin d'essayer de nouvelles choses. Le titre de 11 Bit Studio n'est pas un bac à sable et les runs finissent par tous se ressembler, ce qui veut aussi dire une durée de vie un peu faiblarde pour un titre du genre, puisque la rejouabilité n'est pas forcément intéressante une fois un scénario bouclé. Le bon point, c'est que les différents scénarios ne se ressemblent pas et mettent les skills du joueur à rude épreuve en jouant avec ses propres codes et en détournant son gameplay de base. Bref, un mal pour un bien, ou inversement.

Frostpunk


Il n'y a toutefois rien à dire en ce qui concerne la direction artistique de ce Frostpunk, qui propose un steampunk sublime. On s'émerveille devant les différents bâtiments qui se construisent, mais aussi devant les lumières qui s'allument la nuit ou encore sur les effets des tempêtes de neige sur ce petit monde. Bref, du tout bon, tout comme en ce qui concerne l'ambiance sonore, avec notamment des bruitages particulièrement réalistes qui auront de quoi vous faire frissonner devant votre écran. Enfin, précisons que la jouabilité à la manette se montre assez réussie, avec notamment un menu radial et des raccourcis destinés aux tâches les plus fréquentes qui pallient un peu au manque du combo clavier / souris. En revanche, on espère un patch rapide venant corriger les sous-titres des cinématiques qui ne sont pas complets, voire comportent de grosses coquilles !

Article rédigé par Shauni Chan , le

Après This War of Mine, 11 Bit Studio propose avec Frostpunk un autre jeu réussi et relativement difficile moralement parlant. Avec des mécaniques de gestion bien huilées, des décisions difficiles à prendre et qui peuvent se retourner contre le joueur, une réalisation quasi sans faute et plusieurs scénarios disponibles, ce titre est une bonne pioche. Néanmoins, la présence de ces scénarios est aussi un point faible : durée de vie réduite puisque peu de rejouabilité et surtout absence de vraie liberté durant les parties.

Points positifs

  • Un gameplay solide et efficace
  • Une réalisation vraiment réussie
  • Des choix moraux
  • On apprend de nos erreurs pour progresser
  • Plusieurs scénarios

Points négatifs

  • Peu de rejouabilité sur les scénarios
  • Scénarios qui empêchent d'être totalement libre dans les choix
  • Pas de mode bac à sable
  • Durée de vie un peu faible pour le genre

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires