Test : Automachef

Automachef - PC

Genre : Puzzle-game

Date de sortie : 23 juillet 2019

Genre
Puzzle-game
Date de sortie
23 juillet 2019 - France
Développé par
Hermes Interactive
Edité par
Team17
Disponible sur
PC, Nintendo Switch
Modes de distribution
Steam

Déjà éditeur des deux sympathiques Overcooked, la Team17 vous propose de rester encore un peu en cuisine avec Automachef. Avec toutefois une grosse différence : les chefs courant partout pour rendre leurs plats à temps ont laissé la place à des machines. Les robots sont en marche pour envahir le monde, et ils ont décidé de commencer par les restaurants. Chacun son truc.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Dans sa trentaine de niveaux de base – mais aussi dans une poignée d’autres totalement optionnels – Automachef vous demande donc de construire totalement votre cuisine robotisée et de la faire tourner afin de répondre correctement aux demandes des clients. Évidemment, la chose est bien plus délicate que ça puisque vous devez aussi faire attention à votre budget, au nombre d’ingrédients utilisés, à votre consommation électrique et même parfois à l’espace utilisé, certaines cuisines étant particulièrement étroites. A vous donc de gérer vos machines de la meilleure manière possible. Car c’est là le but, mais aussi toute la difficulté : à chaque niveau, créer et faire tourner la cuisine la plus optimale qui soit.

Chef oui chef !

Pour ce faire, vous avez droit à tout un tas de machines qu’il faudra dompter : le distributeur d’ingrédients, l’assembleuse, le bras robotisé, le grill et bien d’autres. Si un tutoriel bienvenu est proposé, Automachef lance tout de même un peu le joueur dans le grand bain sans brassards puisqu’il n’explique pas toujours à quoi sert telle ou telle machine, ni comment elle doit être associée à une seconde pour que le tout fonctionne. Alors on comprend immédiatement qu’on va clairement en chier, mais que la récompense sera à la hauteur de l’effort fourni. Autant vous dire que dans les niveaux les plus longs, qui peuvent facilement prendre une heure, on est particulièrement heureux de voir tout notre beau monde tourner correctement, sans faire attendre aucun client ni laisser d’aliment tourner. Un vrai bonheur.

Automachef

Mais bien entendu, rien n’est simple dans Automachef et un bon paquet de machines devront être réglées manuellement pour que la chaîne soit optimisée. Il faudra d’abord indiquer aux distributeurs quels ingrédients sortir, demander aux bras robotiques de ne retirer que les viandes cuites du grill ou encore préciser à l’assembleuse quelle recette on désire créer. Mais il faudra aussi gérer la vitesse à laquelle tout cela sera fait : par défaut, un distributeur fait par exemple apparaître un aliment toutes les cinq secondes. Ce qui est très rapide et qui pourrait mener à de nombreuses pertes si les clients ne se pressent pas. Au joueur de correctement gérer ces paramètres, sachant qu’il faut aussi faire attention à la puissance électrique et donc imposer aux machines un temps de repos entre deux commandes pour ne pas tout faire péter (incendie, coupures de courant, etc). Bref, il faut penser à tout, tout le temps.

Automachef

Créer, cuire, assembler, recommencer

Évidemment, plus on progresse dans le jeu et plus le tout devient délicat, avec par exemple de plus en plus d’ingrédients à mettre dans une recette ou même plusieurs recettes à exécuter dans le même niveau. Et c’est sans compter sur certains paramètres aléatoires, comme la venue d’un client mystère à satisfaire très vite, un flot d’affamés commandant tous en même temps ou encore la distinction entre les commandes du restaurant et celles à emporter. Bref, vous l’aurez compris, Automachef n’est clairement pas dans le fun d’un Overcooked mais plutôt dans la précision, la réflexion et au final le sentiment de réussite lorsque l’on termine un niveau après moult essais. Précisons à ce sujet que le joueur peut à tout moment tester l’efficacité de sa cuisine afin de voir si le tout marche, et si ce n’est pas le cas pourquoi cela ne fonctionne pas, pour ensuite retourner dans son bidouillage.

Automachef

Alors bien sûr, qui dit grande satisfaction lorsque l’on termine un niveau dit aussi forcément frustration lorsque rien ne fonctionne. Automachef tombe donc aussi dans ce schéma et peut être parfois particulièrement agaçant, surtout dans les niveaux les plus longs où l’on aurait juste envie de tout foutre en l’air après un trop grand nombre d’essais. Il est donc plus sage de ne s’adonner qu’à de très courtes sessions de jeu, de un ou deux niveaux à la fois, histoire de ne pas trop se créer un mal de crâne colossal. Au moins, le titre se prend très facilement en mains. Si ce genre de jeu est forcément plus adapté au PC, la Switch s’en sort plutôt très bien, avec des contrôles finalement assez intuitifs, même si une fois de plus rien ne remplace une souris et un clavier pour un titre de ce genre.

Article rédigé par Shauni Chan , le

 Automachef peut se montrer particulièrement frustrant, mais le bonheur de voir la cuisine tourner correctement, et donc de voir que les efforts payent, prend finalement le dessus (la plupart du temps). Un titre simple dans son approche mais difficile dans son exécution qui saura sans aucun doute plaire à tous ceux qui aiment se triturer les méninges devant un jeu.

Points positifs

  • Très satisfaisant…
  • Une bonne trentaine de niveaux
  • Des commandes assez bien foutues sur Switch

Points négatifs

  • ...Mais aussi incroyablement frustrant
  • Un peu plus de clarté n’aurait pas fait de mal
  • Certains niveaux trop longs

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires