Test : Windbound - PC

Windbound - PC

Windbound - PC

Genre : Survie dans la mer

Partager
Énième jeu de survie, Windbound et sa direction artistique enchanteresse sont désormais disponibles sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch. Mais au milieu de ce vaste océan formé par les titres du même type, le bébé de 5 Lives Studios parvient-il à tirer son épingle du jeu ?

Test effectué à partir d'une version PS4

Windbound met en scène Kara, jeune femme dont le peuple a, semble-t-il, disparu en mer. Ayant (miraculeusement) échoué sur une île déserte, l’héroïne va tenter de survivre le plus longtemps possible tout en essayant de comprendre ce qu'il s'est réellement passé. L'occasion pour le joueur de découvrir au fur et à mesure l'histoire de ce Windbound... même s'il n'y a au final pas grand-chose à voir. Le jeu de 5 Lives Studios fait partie de ceux qui racontent par toutes petites touches, se veut poétique, sans dialogues à rallonge ni profusion de personnages à l'écran. Ici, de très courtes cinématiques, beaucoup de suggestion et roulez jeunesse. Une première petite déception puisque l'on s'attendait à quelque chose proposant un background plus fouillé, mais ce n'est hélas que le début.
 

Le vent la portera

Sous ses faux airs de The Legend of Zelda : The Wind Waker, Windbound est donc un jeu de survie pur et dur. Kara reprend connaissance sur une île déserte et devra se lancer dans l'aventure uniquement équipée de sa b*te et son couteau. Rapidement, elle trouvera une pagaie magique, ce qui va la pousser à créer un canoë à partir de rien ou presque (quelques cordes et herbes sèches, chapeau bas) et d'ensuite explorer l'océan qui s'étend sous ses yeux via un système de navigation réussi. Sans grande surprise, le craft occupe une place très importante ici, même si au final on débloque tout un tas de recettes qui ne servent pas franchement à grand-chose. On peut par exemple améliorer encore et encore son bateau, se créer des armes plus ou moins poussées... mais au final seule la nourriture se montre réellement importante.
 
Windbound

Dotée d'une barre de vie et de stamina, Kara doit en effet régulièrement se nourrir sous peine de mourir : baies, champignons ou encore viande (à faire cuire), il faut ouvrir l’œil pour trouver de quoi survivre. Et la mort se montre relativement punitive dans Windbound, qui propose d'emblée de choisir parmi deux modes : le premier où la mort vous fait repartir à poil depuis le TOUT DÉBUT et le second où vous reprenez au début du chapitre en cours mais sans avoir perdu les matériaux ramassés et les objets créés. Alors, certes, le second mode semble bien plus sympa que le premier, c'est vrai. Sauf que voilà : ce titre est tellement répétitif que même reprendre au début d'un chapitre relève rapidement de la torture.
 
Windbound

C'est la mer qui prend Kara

Car Windbound fait partie de ces jeux qui demandent, pour progresser, d'activer des trucs pour ouvrir des machins. Ici, il faut trouver dans chaque chapitre trois coquillages, tous trois disposés sur des îles différentes, puis trouver l'île permettant de passer au chapitre suivant. La première fois, passe encore. On découvre le jeu, on se dit que c'est beau, que c'est prometteur. Et puis arrive le second chapitre... et on comprend que l'on ne fera finalement que ça. Voguer d'île en île, manger un morceau et trouver les coquillages pour avancer toujours plus. Un système très clairement inintéressant, et qui ne pousse en plus pas vraiment le joueur à l'exploration vu que le craft se montre très peu utile. Il n'est même pas nécessaire de poser le pied sur une île pour savoir si un coquillage s'y trouve puisqu'il est toujours en haut d'une grande tour, visible d'assez loin.
 
Windbound

En plus d'être répétitif et de proposer une mécanique de gameplay relativement inutile, Windbound souffre aussi de combats vraiment mal fichus. Qu'ils soient au corps à corps ou à distance via un arc, par exemple, ce sont de vraies plaies : Kara est lente, lourde, elle fait des esquives loin d'être précises, sans parler des coups qu'elle met. On préférera donc les affrontements à distance, même si ceux-ci se montrent tout aussi lents et inintéressants. Mais, au moins, ils sont plus safe. L'héroïne pourra s'améliorer à chaque fin de chapitre, si elle a suffisamment de la monnaie présente en jeu, mais rien hélas ne viendra changer ce gros souci.
 
Windbound

Island in the sun

Toujours concernant les doléances, on regrette la réalisation en dents de scie. Du côté de la direction artistique, pas de souci : Windbound est vraiment très joli, il dispose d'une patte graphique réussie et le monde qu'il propose est vraiment engageant. Si la courte durée de vie du titre ne permet pas de parcourir un monde immense, les îles sont suffisamment variées tout au long de l'aventure pour ne pas se lasser. Mais on ne peut malheureusement pas en dire autant de la bande son qui, si elle est plutôt réussie, ne dispose que d'une poignée de chansons qui reviennent toujours en boucle, au point d'en devenir fou. Sans parler de bugs et autres soucis d'animation qui sont hélas aussi de la partie...
Windbound semblait prometteur, hélas le soufflé retombe bien vite manette en mains. Hyper répétitif dans sa structure, le titre de 5 Live Studios souffre également de combats ratés, d'un système de craft intéressant mais inutile ainsi que d'une réalisation loin d'être au top et d'un scénario trop en retrait. Malheureusement, la direction artistique réussie, la navigation intéressante et l'ambiance envoûtante du jeu ne le sauvent pas (du naufrage). Dommage.
28 août 2020 à 16h18

Par

Points positifs

  • Une direction artistique réussie
  • Une ambiance enchanteresse
  • De jolies musiques...
  • Le système de craft bien foutu...
  • La navigation

Points négatifs

  • Une mort très punitive
  • Hyper répétitif
  • ... qui tournent vite en rond
  • … mais inutile
  • Des combats ratés

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut