Test : Per Aspera - PC

Per Aspera - PC

Per Aspera - PC

Genre : Terraformation simulator

Partager
Par leur simple évocation, certains jeux arrivent à nous émoustiller. Parfois avant même leur sortie, comme ce fut le cas avec Cyberpunk 2077 cette année. Et puis il y en d’autres qui, quand vous entendez leur nom, ne provoquent rien de plus qu’un “gnééé ? “ Per Aspera, développé par Tlön Industries, fait partie de cette dernière catégorie. Pourtant, il a de sérieux atouts à faire valoir.

Test effectué à partir d'une version PC


Per Aspera

Dans Per Aspera, votre objectif est aussi ambitieux que simple à formuler : il faut terraformer Mars. Le titre vous met aux commandes d’AMI, une intelligence artificielle chargée de mener à bien cette mission, ce qui est un moyen habile de justifier le point de vue omniscient du joueur. Vous débutez votre tâche titanesque quelques années avant l’arrivée des premiers colons, le but étant de leur préparer le terrain. Tenant les rênes de la mission, vous devrez vous assurer d'avoir les ressources nécessaires pour faire tourner vos usines et les infrastructures indispensables pour accueillir les colons.
 

Terraformars

Et c’est loin d’être aussi facile qu’on pourrait le croire. Pour commencer, le climat martien, particulièrement hostile, endommage vos bâtiments au fil du temps. C’est déjà gênant en temps normal, mais vous devrez également composer avec des tempêtes de sable, des tornades et des pluies de météorites. Ce sont autant d’éléments qui mettront à l’épreuve la résilience et l’optimisation de votre base. Une autre chose à prendre en considération est le bien-être des colons. Il faudra donc vous assurer qu’ils aient assez d’espace, d’eau et de nourriture pour qu’ils puissent vivre convenablement. Ce dernier paramètre est très important, car si vous n’y prenez pas garde, les colons retourneront sur Terre... dans le meilleur des cas.

Per Aspera

Science & Vie

Inciter les colons à rester sur Mars devient vite primordial, car ce sont eux qui s’occupent de développer les nouvelles technologies et les projets spéciaux. Et plus vos colons sont nombreux et heureux, plus ces recherches avancent vite. Cela devient réellement critique avec l’apparition des Enfants de Carmine, faction hostile qui aura pour seul objectif de vous expulser de Mars. Dans ce contexte, développer votre armée rapidement et maintenir une avance technologique est primordial. En tout, quatre arbres technologiques sont disponibles. Simples et clairsemés en comparaison avec ce qui est proposé dans d’autres titres du genre, il sont néanmoins clairs. Et développer une technologie plutôt qu’une autre a un réel impact sur la suite de votre partie. Ce qui est fort appréciable, même s’il disparaît au fil du temps.
 
Per Aspera

Moi pas comprendre

Vous l’aurez compris, le gameplay de Per Aspera est complet et profond. Ce qui ne va pas sans une certaine complexité. Si les premières heures de jeu sont accessibles, notamment grâce à une explication efficace des principes de base en tout début de partie, la suite se complexifie. Les choses se corsent d’autant plus que le jeu est avare en informations concernant les mécaniques de jeu avancées. Si bien que vous pourrez passer de longues minutes à essayer de comprendre la cause d’un problème. Par exemple, si une usine disposant de toutes les ressources nécessaires et suffisamment alimentée en énergie cesse de fonctionner, aucun indicateur ne vous donnera la raison de ce dysfonctionnement. Ce sera à vous d’en trouver la cause, et la solution. D’ailleurs, aucune alerte ne vous signale ces problèmes : c'est à vous de checker vos usines régulièrement. A ce titre, il manque au titre un listing de vos différentes structures, avec les différentes statistiques associées. Au lieu de cela, il préfère vous faire cliquer sur chacune d’entre elles sur la carte, ce qui est beaucoup moins pratique. 
 
Per Aspera

AMI pour la vie

Mais toute cette histoire de terraformation n’est qu’un prétexte pour aborder des thématiques bien plus complexes, d’un point de vue philosophique et métaphysique. Dans la campagne du jeu, la terraformation de Mars sert de toile de fond à l’éveil d’AMI. En début de partie, cette dernière prend conscience de son existence, ce qui l’amènera à se poser de nombreuses questions sur son rapport au monde extérieur, les conséquences de ses actes et sa relation avec les Humains. Au final, le scénario, s’il ne propose pas une intrigue passionnante, réussit tout de même à capter notre intérêt de part les sujets qu’il aborde et sa manière de les aborder. Ce qui est déjà très bien.

Per Aspera

Derrière son apparence de petit jeu modeste, Per Aspera cache un jeu ambitieux au gameplay profond... au point d’en devenir complexe. Et c’est bien dommage, car cette complexité le coupe de tout un pan de la communauté, qui ne s’intéresse au genre que de manière occasionnelle et qui passera à côté de ses nombreuses qualités. Les connaisseurs trouveront pour leur part avec Par Aspera un titre au gameplay abouti et qui les fera réfléchir.
16 décembre 2020 à 11h24

Par

Points positifs

  • Gameplay riche et profond...
  • Un scénario intéressant
  • Une direction artistique réussie
  • Des doublages de qualité

Points négatifs

  • … Mais qui perdra les non-initiés
  • Quelques manques au niveau de l’interface
  • On aurait aimé pouvoir accélérer le jeu davantage

Gribouillé par...

pattoune

pattoune

Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.
Revenir en haut