Test : Bustafellows - PC

Bustafellows - PC

Bustafellows - PC

Genre : Visual Novel / Drague

Partager
Mais dites dont, ça ne ferait pas un bon bout de temps que nous n'avons pas testé d'otome par ici ? Il est grand temps de rattraper cette faute inexcusable. Et ça tombe bien, parce que c'est le moment qu'a choisi PQube pour sortir son Bustafellows sur PC et Nintendo Switch. La vie est quand même vachement bien faite, quand on y pense.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Développé par Nippon Cultural Broadcasting Extend Inc., Bu$tafellows propose de suivre les aventures de Teuta (ou tout nom relativement court que vous lui donnerez), une jeune journaliste vivant dans la ville de New Sieg (inspirée par New York). En raison d'une suite d'événements que nous vous laissons découvrir, elle va faire la connaissance d'un petit groupe d'hommes combattant le crime et les inégalités. Ils sont tous membres d'une organisation souterraine attaquant de vilaines sociétés s'adonnant à différentes petites choses pas très charlie vegans food truck, comme de la traite d'êtres humains ou de la vente d'armes, parmi bien d'autres joyeusetés. Évidemment, sa vie va basculer du jour au lendemain... et devenir bien plus dangereuse.

Let's get dangerous


L'histoire de Bustafellows prend donc place sur cinq routes différentes, qui sont autant d'hommes à draguer, ainsi que sur un dernier chapitre ''neutre'', sachant que chaque route dispose de plusieurs fins. Tour à tour, on apprend donc à connaître Limbo l'avocat, Helvetica le chirurgien plastique, Shu l'homme de main, Mozu le médecin légiste et enfin Scarecrow le chef de la bande et hackeur de génie. Bien évidemment, ils ont tous des personnalités différentes, mais restent tous attachants à leur manière. Scarecrow, par exemple, est un joyeux gaffeur, là où Helvetica passe son temps à flirter mais sans jamais être lourdingue et où Shu est plus taciturne mais reste suffisamment bien écrit pour se montrer agréable. A côté d'eux, on retrouve un petit casting de personnages secondaires là encore réussis, comme Carmen la tenancière de bar particulièrement tactile et Valerie, la sœur de Limbo que tout le monde craint.

Bustafellows

Si les personnages de Bustafellows sont particulièrement réussis, c'est également le cas de l'histoire principale. En fonction des routes, elle permet de découvrir des sujets plus ou moins graves (à chacun d'ailleurs de savoir s'il veut aller crescendo dans le grave via les routes, ou l'inverse), comme mentionné juste avant. Après tout, on se retrouve dans une grande ville un peu dangereuse et au sein d'une organisation combattant le crime, il faut donc s'attendre à retrouver des sujets plutôt sérieux. Et c'est un vrai plus, car cela permet de faire autre chose que de la drague, qui passe d'ailleurs pendant une bonne partie des routes au second plan (ce qui risque de ne pas forcément plaire aux fans du genre). On se retrouve en tout cas là encore avec quelque chose de très bien écrit et plutôt rythmé, alternant sujets graves et plus légers, avec de nombreuses touches d'humour. Même si on ressent à certains moments des baisses de rythmes inhérentes à tout visual novel, difficile de ne pas accrocher au scénario qui nous embarque dès le départ dans une aventure palpitante.

Bustafellows

Captain Ginger à la rescousse

Car il y a un élément que nous avons omis de vous dire jusqu'à présent : l'héroïne dispose d'un super-pouvoir particulièrement important, à plus forte raison lorsque l'on se retrouve dans un environnement dangereux. Elle peut remonter dans le temps ! Bon, dit comme ça c'est hyper cool, mais en fait ça s'accompagne de différents petits soucis, le plus important étant qu'elle atterrit alors dans le corps d'une personne choisie au hasard par le destin (même si le destin choisit toujours quelqu'un se trouvant dans la même ville, quel heureux hasard tout de même). De quoi rajouter encore un peu de piquant à l'aventure, même si l'on aurait aimé pouvoir utiliser ce pouvoir durant les (nombreuses) phases de choix qui ponctuent le jeu. Ces choix déterminent évidemment la route que prendra le récit et se montrent suffisamment bien inclus dans la narration pour ne pas donner l'impression de forcer. Comprenez par là que vous ne saurez jamais réellement vers quel ou quel homme ces choix vous emmèneront, contrairement à d'autres otome, rendant donc la progression plus naturelle. Notons à ce sujet que certains sont chronométrés et qu'il n'est pas forcément obligé d'y répondre, ce qui est assez rare pour être souligné.

Bustafellows

Les développeurs ont fait un vrai beau boulot en ce qui concerne la réalisation de ce Bustafellows, avec de très jolis décors, bourrés de détails, ainsi que des personnages disposant d'une belle variété d'expressions. Les doublages japonais sont particulièrement qualitatifs, et les sous-titres anglais (pas de localisation en français, hélas) ''sonnent'' de manière très naturelle, avec même quelques références, ce qui n'est pas forcément le cas de toutes les adaptations (on te voit Aksys Games !) Évidemment, on peut regretter quelques petites choses agaçantes, comme le fait de devoir utiliser le backlog au début de chaque nouvelle scène (sauf si l'on parle japonais) car les sous-titres n'apparaissent pas, ou encore le fait qu'il soit impossible de sauvegarder durant les phases de choix (il faut alors retourner un peu en arrière), mais rien qui empêche de profiter jusqu'au bout de l'aventure.
 
 
 
 
 
Si vous aimez les visual novel / otome, jetez-vous sur ce Bustafellows, vous ne le regretterez pas (vous pouvez même d'ailleurs rajouter un point à la note finale puisque vous faites partie du public de niche ciblé). Si vous ne connaissez rien au genre mais que vous parlez anglais, il s'agit d'un bon point d'entrée dans le genre : la romance n'est jamais lourdingue, les personnages sont tous très attachants et bien écrits, l'histoire est passionnante à suivre et traite de sujets assez graves, ce qui permet à tous ceux qui ont un peu de mal avec la drague de tout de même avoir quelque chose d'intéressant à découvrir. Si l'on rajoute à ça une réalisation au top, on obtient un joli petit must-have, un bon petit bouquin à embarquer en vacances, les images en plus.
09 août 2021 à 10h19

Par

Points positifs

  • Une histoire très prenante dès le départ
  • Des personnages attachants et bien écrits
  • Des choix qui font naturels (qui ne pointent pas vers l'un ou l'autre des hommes à draguer)
  • Réalisation au top (illustrations et doublages)
  • Belle durée de vie
  • Des sujets sérieux...

Points négatifs

  • ...Qui prennent peut-être un peu trop le pas sur la romance
  • Forcément quelques baisses de rythme
  • Impossibilité de sauvegarder durant les phases de choix
  • English only (mais localisation impeccable)

Gribouillé par...

Shauni

Shauni

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut